Webber: "Un succès remontant"

  • A
  • A
Webber: "Un succès remontant"
Partagez sur :

Mark Webber s'est adjugé le Grand Prix du Brésil ce week-end, ultime manche de la saison 2011, une performance de choix pour l'Australien qui a vécu une année en dent de scie. Il marque de son empreinte, pour la seconde fois, le circuit d'Interlagos. Un succès qu'il va savourer en compagnie de son coéquipier, Sebastian Vettel, qui remporte le titre de champion du monde pilote.

Mark Webber s'est adjugé le Grand Prix du Brésil ce week-end, ultime manche de la saison 2011, une performance de choix pour l'Australien qui a vécu une année en dent de scie. Il marque de son empreinte, pour la seconde fois, le circuit d'Interlagos. Un succès qu'il va savourer en compagnie de son coéquipier, Sebastian Vettel, qui remporte le titre de champion du monde pilote. Mark, une victoire avant d'aborder l'hiver, comment vous sentez-vous à présent? Très bien, je me suis senti très bien tout au long du week-end pour être honnête. Seb (Vettel) a été performant durant les qualifications hier mais aujourd'hui, il est vrai que j'ai été plus en réussite. J'aurais aimé faire la course au côté de Sebastian du début à la fin mais il semble qu'il a eu un petit problème (de boîte de vitesses, ndlr). C'est une victoire que je vais savourer bien sûr, parce que j'ai eu suffisamment de malchance cette saison. C'est le propre du sport mécanique. Un succès important pour moi mais également pour l'équipe qui finit la saison sur une note positive. J'ai vraiment apprécié les derniers tours de circuit. Gagner ici est une façon idéale de clôturer cette saison. Être sur la plus haute marche du podium au Brésil vous procure-t-il un petit soulagement? Oui bien entendu. Rien que les sensations sont agréables. Une victoire qui s'est construite à mesure que les tours s'enchaînaient. J'ai maintenu un bon rythme jusqu'à la fin. J'ai fait en sorte de pousser jusqu'au bout, malgré quelques petits problèmes de course, de contrer toutes les tentatives de Fernando. Une fois installé en tête de la course, il fallait s'assurer de monter les bons pneus pour atteindre le drapeau à damiers. Sur les dix derniers passages, j'ai réalisé ma chance de finir l'année par une victoire, ma chance de bénéficier d'une voiture performante, ma chance de gagner pour la seconde fois ici au Brésil. J'ai toujours aimé ce circuit. Cette année n'équivaut pas à 2010, mais elle reste un bon cru (4 victoires l'an passé, contre une seule en 2011). Vous évoquez ces dix derniers tours, nul doute que les trois derniers ont été les plus rapides de la course. Oui, ça en devenait frustrant parce que je continuais à perdre du temps sur mes poursuivants. Sur le dernier tour j'ai repris du poil de la bête, sinon je me serais assurément fait rattraper. Une fin de course qui résume bien l'essence de ce sport, le dépassement de soi, la résistance à la pression, sans ça impossible de l'emporter. Qu'est-ce que l'équipe vous a dit à propos des problèmes rencontrés par Sebastian Vettel? C'est arrivé assez rapidement dans la course, je pensais qu'il était victime soit d'un problème avec ses pneumatiques, soit d'une panne au niveau du Kers. J'étais convaincu que ce n'était pas le résultat d'une erreur de conduite, Sebastian est trop habile pour ça ! Lorsque j'ai commencé à le distancer sérieusement on m'a informé qu'il avait des ennuis avec sa gearbox (système de transmission, ndlr). Mon sentiment était partagé, j'étais sur le point de l'emporter mais, par ailleurs, j'étais attristé à l'idée que ces problèmes mécaniques puissent l'empêcher de bien figurer sur ce dernier Grand Prix de l'année. Honnêtement je ne pensais pas qu'il serait en mesure de finir la course mais la voiture a miraculeusement tenu le choc. Concernant l'année prochaine, allez-vous donner un peu plus de fil à retordre à votre coéquipier ? Je pense que je pourrai réaliser une saison plus solide que cette année. Clairement, j'ai mal débuté pour diverses raisons. La barre était haute, pas seulement de par les performances de Sebastian. Je ne suis pas focalisé sur lui, il existe de nombreux autres pilotes de talent dans d'autres équipes: Jenson Button, Lewis Hamilton ou encore Fernando Alonso pour ne citer qu'eux. C'est ce qui rend cette victoire gratifiante. Ce succès est un petit remontant pour moi à l'aube d'une nouvelle saison, durant les derniers tours de circuit j'ai communié avec ma monoplace, une manière de lui faire mes adieux. Je vais garder cette journée en mémoire durant tout l'hiver. Cependant, il est évident que Sebastian a passé une année formidable, il en va de même pour l'équipe, Renault. Nous sommes à l'épreuve des bombes dans beaucoup de domaines, ce qui rend difficile le travail de la concurrence. Je suis impatient d'apprendre à faire du surf cet hiver, de prendre du recul, recharger les batteries puis revenir en février avec l'envie de bien faire.