Webber insiste, Hamilton s'intercale

  • A
  • A
Webber insiste, Hamilton s'intercale
Partagez sur :

Mark Webber s'élancera dimanche en pole position du Grand Prix d'Allemagne. Un nouveau succès pour Red Bull en qualifications, même si Sebastian Vettel ne prendra pas position sur la première ligne au départ pour la première fois cette saison. C'est le pilote McLaren Lewis Hamilton qui est parvenu à s'intercaler entre les deux coéquipiers.

Mark Webber s'élancera dimanche en pole position du Grand Prix d'Allemagne. Un nouveau succès pour Red Bull en qualifications, même si Sebastian Vettel ne prendra pas position sur la première ligne au départ pour la première fois cette saison. C'est le pilote McLaren Lewis Hamilton qui est parvenu à s'intercaler entre les deux coéquipiers. Mark Webber n'a pas abandonné tout espoir de titre et l'a encore démontré samedi après-midi. Si la quête de la couronne de champion 2011 paraît des plus délicates vu le train d'enfer mené par son coéquipier Sebastien Vettel, le pilote australien de chez Red Bull a décroché au Grand Prix d'Allemagne sa troisième pole position de la saison. Et surtout sa deuxième d'affilée. Signe qu'il n'est pas tout à fait insensé de croire encore en un changement de tendance en tête du championnat du monde d'ici novembre et la dernière course de la saison, au Brésil ? Sebastian Vettel s'est en tout cas raté sur cette séance. Avec 137 millièmes de seconde de retard sur le temps de Mark Webber (1'30"079), l'Allemand a réalisé sur ses terres sa pire prestation de la saison en qualifications (troisième, excusez du peu). Car entre les deux équipiers, l'on retrouve le pilote McLaren Lewis Hamilton. De mieux en mieux au fil des essais libres puis ce samedi après-midi, le Britannique aurait pu briser l'hégémonie des Red Bull en qualifications dans son dernier tour s'il n'avait pas pris autant de retard dans le deuxième secteur. Mais avec seulement 55 millièmes de plus que le temps de Mark Webber, le champion du monde 2008 confirme en partie le regain de forme de McLaren au cours de la journée (Jenson Button, lui, n'arrive que septième). "J'ai clairement sous-estimé à quel point la voiture pouvait être performante, a avoué Lewis Hamilton. Les sensations étaient fantastiques. C'était un des tours les plus heureux et réconfortants que j'aie jamais faits." De la pluie dimanche ? Une petite surprise, car l'on guettait davantage le comportement des Ferrari, en grande forme vendredi. Vainqueur du Grand Prix de Grande-Bretagne il y a deux semaines, Fernando Alonso s'était distingué à chaque séance d'essais libres sans pouvoir, ce samedi, contrarier au moment opportun les Red Bull. Charge à lui de réaliser le même tour de force dimanche qu'à Silverstone, alors que son coéquipier Felipe Massa partira en troisième ligne. Dans son jardin, Michael Schumacher a de son côté connu des pépins toute la journée avec le train arrière de sa Mercedes et n'a pu faire fructifier son agressivité au volant, gêné dans sa manière de négocier les virages. Dimanche, il pourrait être plus à son avantage, lui l'amoureux des pistes humides. Si le temps était aux éclaircies ce samedi, la météo annonce de la pluie au moment de la course. Voilà qui pourrait aussi redistribuer les cartes aux premières lignes.