Watney met tout le monde d'accord

  • A
  • A
Watney met tout le monde d'accord
Partagez sur :

Grâce à sa constance tout au long du week-end, l'Américain Nick Watney a remporté le World Golf Championship de Doral, dimanche soir, coiffant au poteau son compatriote Dustin Johnson, auteur d'une carte ultime de 71 fatale. En embuscade au terme du deuxième tour, le n°1 mondial Martin Kaymer s'est lui écroulé, lesté par deux cartes de 74 consécutives. A noter le bon finish de Tiger Woods, 10e à huit longueurs du lauréat.

Grâce à sa constance tout au long du week-end, l'Américain Nick Watney a remporté le World Golf Championship de Doral, dimanche soir, coiffant au poteau son compatriote Dustin Johnson, auteur d'une carte ultime de 71 fatale. En embuscade au terme du deuxième tour, le n°1 mondial Martin Kaymer s'est lui écroulé, lesté par deux cartes de 74 consécutives. A noter le bon finish de Tiger Woods, 10e à huit longueurs du lauréat. Nick Watney tient sa revanche. Deux ans plus tôt, sur ce même green du 18, son putt d'une dizaine de mètres était venu mourir à cinq centimètres du trou. Ses espoirs de victoire avec, Phil Mickelson inscrivant alors son nom au palmarès du World Golf Championship de Doral. Dimanche, l'Américain n'a pas tremblé pour conclure sur un birdie, là où il avait concédé un double-bogey la veille, pour remporter cette deuxième étape de l'année, avec deux coups d'avance sur son compatriote Dustin Johnson et trois sur le Danois Anders Hansen et l'Italien Francesco Molinari, trop courts pour mettre pour la première fois de son histoire l'Europe à l'honneur dans ce tournoi. "C'est le jour le plus important de ma carrière golfique", s'est félicité le Californien qui fêtera ses 30 ans fin avril. "Vu comment s'est terminée la journée hier et ce qui s'est passé il y a deux ans, cette victoire signifie beaucoup pour moi et je suis très, très, excité." Avec deux coups de retard à l'entame du quatrième et dernier tour sur Johnson, l'Américain aurait pu maudire ce double-bogey concédé samedi au 18. Et revivre ce même scénario qu'il y a deux ans. "C'est sympa de terminer deuxième d'une étape du World Golf Championship mais en même temps, c'est la pire des places dans un tournoi comme celui-là", rappelait-il dimanche, fort de sa troisième victoire sur le circuit, la plus belle assurément. Woods à point nommé Johnson se contente de la deuxième place, passant une nouvelle fois à côté d'une victoire de prestige, lui qui s'était totalement écroulé lors du dernier tour de l'US Open l'été dernier. "Nick est un ami", a-t-il réagi. "Je lui ai dit sur le parcours que, quitte à perdre, j'étais content que cela soit à son profit. Il a très bien joué. Je ne lui ai pas donné la victoire. Il l'a gagné seul." Une bataille pour la gagne que Tiger Woods a encore regardé à distance. Mais l'ancien n°1 mondial, toujours relégué au cinquième rang de la hiérarchie, a terminé son tournoi sur une bonne note, avec une carte de 66 qui lui permet de revenir dans le Top 10, son meilleur résultat de l'année. De quoi lui faire retrouver le sourire, satisfait de sa frappe de balle. "Dans l'ensemble, c'est très bon. Ma trajectoire s'améliore. Mes frappes sont plus compactes. Le driver n'est pas encore tout à fait là, je ne frappe pas encore la balle comme je l'aimerais mais mon swing est de nouveau fluide et ce n'est plus qu'une question de temps pour que tout se mette en place", a expliqué le Tigre. Reste à croquer cette victoire derrière laquelle il court depuis plus d'un an désormais. "Bien sûr que ça m'ennuie (de ne pas gagner). Je veux gagner des tournois. C'est mon objectif quand je m'aligne au départ. Mais il y a des signes positifs pour mon prochain tournoi." Le rendez-vous est pris pour la semaine prochaine, chez lui, à Orlando. L'occasion, à un mois du Masters d'Augusta, de constater les progrès de Woods.