Walchhofer, triplé sur la Stelvio

  • A
  • A
Walchhofer, triplé sur la Stelvio
Partagez sur :

Pour la troisième fois de sa carrière, Michael Walchhofer a remporté ce mercredi la descente de Bormio. Après son doublé en 2006, le puissant skieur autrichien a écoeuré la concurrence sur la Stelvio, l'une des pistes les plus difficiles du circuit. Silvan Zurbriggen et Christof Innerhofer ont complété le podium. Le premier français, Adrien Théaux, a pris une belle 7e place.

Pour la troisième fois de sa carrière, Michael Walchhofer a remporté ce mercredi la descente de Bormio. Après son doublé en 2006, le puissant skieur autrichien a écoeuré la concurrence sur la Stelvio, l'une des pistes les plus difficiles du circuit. Silvan Zurbriggen et Christof Innerhofer ont complété le podium. Le premier français, Adrien Théaux, a pris une belle 7e place. Plus le tracé est dur, plus Michael Walchhofer a de chances de s'imposer. Cela s'est de nouveau vérifié ce mercredi avec la victoire de l'Autrichien dans la descente de Bormio, réputée comme l'une des courses les plus difficiles du grand cirque blanc. Il est en plus un habitué de la Stelvio puisqu'il y a signé le troisième succès de sa carrière en Italie, après son doublé en 2006. Autre satisfaction pour Walchhofer: le voilà désormais en tête du classement de la discipline et deuxième du général de la coupe du monde, un point seulement derrière Silvan Zurbriggen, son dauphin à Bormio. "Maintenant, je peux dire au revoir Stelvio, je me suis vraiment amusé ici", a déclaré après coup l'Autrichien de 35 ans, qui prendra sa retraite à la fin de la saison et qui avait décroché le bronze aux championnats du monde sur cette même piste en 2005. "J'avais manqué un triplé similaire à Val Gardena, c'est donc une belle revanche, a-t-il poursuivi. Je n'étais pas très confiant au départ. Je ne m'étais pas senti très bien à l'entraînement mais je me suis dit: 'C'est ta dernière fois ici, profites-en'. Ça a été la clé de ma victoire." Théaux prend la 7e place, devant Miller La lutte entre les deux hommes se poursuit donc en descente. Walchhofer avait remporté la première manche à Lake Louise, avant le succès du Suisse à Val Gardena. Sur la Stelvio, c'est de nouveau l'Autrichien qui a pris le dessus, pour seulement huit petits centièmes, au terme d'une course pleine de maîtrise et de puissance. Walchhofer, parti avec le dossard n°20, a dessiné sa victoire sur le haut du parcours avant de maintenir dans un final très exigeant pour les jambes. Didier Cuche (21e à 2"32), pourtant une référence en matière de physique, est parti à la faute dans ce secteur, fait assez rare pour le noter. Plus costaud dans le bas, Zurbriggen s'est fait souffler un troisième succès en coupe du monde. Une victoire à Bormio comme un clin de l'histoire, puisque Pirmin Zurbriggen, un cousin éloigné, avait été sacré champion du monde de la descente en 1985 pour la première course sur la Stelvio. Mais ce n'est que partie remise. Il faudra aussi attendre pour voir le premier podium français dans cette discipline depuis Johan Clarey (Val Gardena en 2009). Le skieur de Tignes, blessé au genou il y a un mois, manquera sans doute au groupe France, tout comme David Poisson, lui aussi blessé. Mais la belle 7e place d'Adrien Théaux (+1"21) est porteuse d'espoirs.