Vonn joue sa dernière carte

  • A
  • A
Vonn joue sa dernière carte
Partagez sur :

Tarvisio et ses trois épreuves (Super Combiné vendredi, Descente samedi, Super-G dimanche) pourraient marquer un nouveau tournant dans la lutte que se livrent Maria Riesch et Lindsey Vonn pour l'obtention du gros globe de cristal. L'Allemande dispose désormais d'un matelas confortable de 196 points, rassurée aussi par ses nets progrès en vitesse. Mais Vonn, victorieuse ces trois dernières saisons, n'a pas encore totalement abandonné "son" globe...

Tarvisio et ses trois épreuves (Super Combiné vendredi, Descente samedi, Super-G dimanche) pourraient marquer un nouveau tournant dans la lutte que se livrent Maria Riesch et Lindsey Vonn pour l'obtention du gros globe de cristal. L'Allemande dispose désormais d'un matelas confortable de 196 points, rassurée aussi par ses nets progrès en vitesse. Mais Vonn, victorieuse ces trois dernières saisons, n'a pas encore totalement abandonné "son" globe... Opération remontée, deuxième chance ! A neuf manches de la fin de la Coupe du monde, Lindsey Vonn est désormais dos au mur. Alors que le week-end suédois la semaine dernière devait lui permettre de refaire tout ou partie de son retard sur Maria Riesch, les manches de vitesse d'Are ont au final accouché de 40 points de handicap supplémentaires. La faute à un Super Combiné mal maitrisé (6e) dont Riesch a profité en s'imposant puis à ce fameux centième tournant du mauvais côté lors du Super-G de clôture dimanche (Riesch en tête, Vonn deuxième). Un souffle, un rien à l'importance psychologique et comptable immense, effaçant totalement la victoire de Vonn en descente samedi, la troisième en six descentes courues cette saison. L'étape de Tarvisio n'en prend que plus d'importance. La station italienne a en effet récupéré l'organisation du Super Combiné de Sestrière annulé le 30 janvier dernier, ajouté à la descente et au Super-G déjà prévus samedi et dimanche. Trois manches donc 300 points à prendre... ou reprendre dans le cas de Lindsey Vonn, un challenge peu évident au vu de la forme de Maria Riesch sur les épreuves de vitesse. L'Allemande le sait, ses gros progrès en descente et Super-G lui permettent désormais une sérieuse marge, très justement analysée par Lindsey Vonn dans sa chronique pour le Denver Post. "Même si je gagne, elle termine deuxième", se désole Vonn "Elle me prend des points dans les épreuves de vitesse, là où, normalement, je gagne du terrain", explique la championne olympique de descente. "Elle est tellement rapide que je ne peux jamais réaliser un écart que ce soit en descente et en Super-G. Même si je gagne, elle termine deuxième et c'est seulement une différence de 20 points au classement de la Coupe du Monde. En slalom et en géant, si elle est 1ere ou 2e et que je suis soit 10e soit non classée, elle prend beaucoup plus de points que moi. Il est difficile de rester avec elle quand mes épreuves techniques ne sont tout simplement pas bonnes..." Alors que Maria Riesch avait sans doute perdu le dernier globe par des performances insuffisantes en Super-G, la native de Garmisch-Partenkirchen a en effet largement rectifié le tir, remportant à Are sa première manche sur cette discipline depuis deux ans. "Ça a été un super week-end, j'ai pu battre Lindsey Vonn deux fois", résumait d'ailleurs la double médaillée de bronze aux derniers Mondiaux sur le site de sa fédération. Égalité parfaite au calendrier Du coup, les lacunes de Vonn en slalom deviennent criantes. L'Américaine reste en effet sur quatre abandons entre les piquets, suivi d'un non-engagement à Arbel-Zwiesel... Une grosse faiblesse qui s'ajoute à des performances insuffisantes en géant (aucun podium, deux septièmes places à Saint Moritz et Semmering pour meilleurs résultats). A Tarvisio, la skieuse de Vail n'a plus le choix : elle doit tout rafler et compter sur quelques défaillances de Riesch. Un Grand Chelem que l'Américaine a réalisé cette année à Val d'Isère sur deux courses (Super-G et descente) mais surtout à Haus im Ennstal l'an passé (trois succès en trois jours). Vainqueur des trois derniers gros globes de cristal, Vonn ne baissera donc pas les armes sans combattre: "Je vais skier comme si je n'avais rien à perdre, parce que je n'ai rien à perdre ! Si Maria gagne le titre, je serais vraiment heureuse pour elle mais je sais que je dormirais bien la nuit parce que je sais que j'aurais donné tout ce que j'ai", explique-t-elle au Denver Post, rappelant son amitié avec Maria Riesch. Un fort lien que la compétition ne semble pas avoir trop gêné. Une fois sur la piste, les deux se livrent à fond. Vonn aura pourtant quasiment besoin d'un miracle. Car dès le week-end prochain, portes resserrées de géant et piquets de slalom se présenteront à Spindleruv Mlyn en République Tchèque. Pour le plus grand bonheur de Maria Riesch, prête à y glaner le Globe avant la grande finale de Lenzerheide... Même le calendrier permet le suspense avec quatre manches de vitesse, quatre de technique et un Combiné. Le sprint final est lancé et Riesch, forte de 196 unités de plus, s'y élance avec une belle longueur d'avance...