Voir Sofia et sourire ?

  • A
  • A
Voir Sofia et sourire ?
Partagez sur :

L'Angleterre se rend en Bulgarie vendredi pour le compte des éliminatoires de l'Euro 2012. Leaders du groupe G à égalité de points avec le Monténégro, les hommes de Fabio Capello ne viseront rien d'autre qu'un succès, quatre jours avant de recevoir le voisin gallois. Six points seraient les bienvenus pour préparer sereinement le périlleux déplacement prévu en octobre à Podgorica.

L'Angleterre se rend en Bulgarie vendredi pour le compte des éliminatoires de l'Euro 2012. Leaders du groupe G à égalité de points avec le Monténégro, les hommes de Fabio Capello ne viseront rien d'autre qu'un succès, quatre jours avant de recevoir le voisin gallois. Six points seraient les bienvenus pour préparer sereinement le périlleux déplacement prévu en octobre à Podgorica. Les qualifications pour l'Euro 2012 reprennent leurs droits en ce début de mois de septembre. L'occasion pour le pays qui a vu naître le football, l'Angleterre, de voyager en Bulgarie pour le compte du groupe G. Une poule dans laquelle les Three Lions sont leaders avec 11 points après 5 sorties. Un total partagé par le Monténégro, devenu outsider, notamment après son match nul ramené de Wembley (0-0), le 12 octobre dernier. Une formation que Frank Lampard et compagnie ne retrouveront que le 7 octobre pour leur dernier match dans cette campagne qualificative sur le Vieux Continent. Pour s'éviter un match décisif à Podgorica et un déplacement piège au pied des Dinarides, les Anglais ont 180 minutes pour se rassurer et faire le plein de points. A commencer vendredi par une visite à Sofia où une équipe de Bulgarie privée de Dimitar Berbatov, retraité international depuis mai 2010, les attend. La sélection entraînée par Lothar Mattaüs n'est, sur le papier, pas du même acabit que les Three Lions, vainqueurs faciles du match aller (4-0), le 3 septembre 2010. "En fait, même si nous avons marqué quatre fois, nous avions eu plus d'occasions contre le Monténégro contre qui nous n'avions pas marqué. Seul le gardien avait fait la différence", a tempéré Fabio Capello, lundi devant la presse, dans des propos relayés par Sky Sports. "Suffisamment de qualités pour les battre" Invaincue depuis le début de ses éliminatoires, l'Angleterre n'est pas pour autant sûre de sa force. Le collectif a parfois du mal à symboliser la belle addition de noms qui composent le squad anglais, en atteste la dernière sortie en date des héritiers des champions du monde 1966. Sur la pelouse de Wembley, le 4 juin dernier, la Suisse menait deux buts à rien avant que l'Angleterre ne se réveille et obtienne finalement le point du match nul (2-2). Reste que les jeunes talents amenés à prendre le pouvoir, à l'image de Tom Cleverley ou Phil Jones, convoqués après leur bon début de saison sous le maillot de Manchester United, laissent augurer de jours heureux pour l'Angleterre. Et pour se sortir du piège tendu par les Bulgares, modestes 51e au classement Fifa, les Three Lions pourront toujours compter sur le génie de Wayne Rooney. Le référent offensif anglais se veut d'ailleurs confiant avant d'aller à Sofia et de recevoir le pays de Galles, mardi. "Je pense que ce sera un match très difficile en Bulgarie. Je suis sûr qu'on va évoluer dans une ambiance électrique et c'est un match compliqué qui se présente. Notre objectif sera malgré tout de prendre les trois points, a confié en conférence de presse le Red Devil. Le pays de Galles est une bonne équipe mais on est en mesure de penser qu'on a suffisamment de qualités pour les battre à la maison. On espère sortir de ces deux rencontres avec six points." Et ainsi faire un grand pas vers l'Ukraine et la Pologne, théâtres du prochain tournoi continental.