Voeckler:"Je dois donner le meilleur"

  • A
  • A
Voeckler:"Je dois donner le meilleur"
Partagez sur :

Toujours maillot jaune du Tour de France à trois jours de l'arrivée à Paris, Thomas Voeckler s'est employé jeudi dans l'étape du Galibier qu'il a terminée cinquième. Le Français, qui ne compte plus que 15 petites secondes d'avance sur Andy Schleck au général, avoue avoir tout donné pour sauver sa tunique. Le coureur de l'équipe Europcar ne souhaite pas se projeter, faisant de Cadel Evans le grand favori pour remporter la Grande Boucle.

Toujours maillot jaune du Tour de France à trois jours de l'arrivée à Paris, Thomas Voeckler s'est employé jeudi dans l'étape du Galibier qu'il a terminée cinquième. Le Français, qui ne compte plus que 15 petites secondes d'avance sur Andy Schleck au général, avoue avoir tout donné pour sauver sa tunique. Le coureur de l'équipe Europcar ne souhaite pas se projeter, faisant de Cadel Evans le grand favori pour remporter la Grande Boucle. Thomas, quel scénario de folie aujourd'hui... Oui, dans les derniers kilomètres de l'ascension je ne connaissais même pas les écarts. Je ne savais pas qu'à deux kilomètres de l'arrivée je n'étais plus maillot jaune. En fait, ça ne dépendait pas de moi, je devais juste tout donner. J'ai coincé à 300 mètres de la ligne et j'ai pu sauver mon maillot pour 15 secondes... Ressentez-vous la même émotion et la même souffrance qu'il y a sept ans quand vous aviez gardé votre maillot jaune pour quelques secondes au Plateau de Beille ? De l'émotion il n'y en a pas à la fin tellement il y a de la souffrance. En revanche la souffrance est la même ça c'est sûr. A la différence qu'il y a sept ans je ne suivais pas les favoris, je me battais seul pour conserver mon maillot jaune. J'étais très concentré aujourd'hui parce qu'il y avait beaucoup de monde sur les routes. J'ai failli tomber deux fois à cause de spectateurs. Au final je suis content d'avoir sauvé ce maillot. "Evans est clairement le favori pour gagner le Tour" Est-ce inespéré ce qui vous arrive ? C'était inespéré à Luz-Ardiden, c'était inespéré au Plateau de Beille... Ce que je peux dire c'est qu'aujourd'hui il y avait beaucoup de vent et qu'Evans a été très fort pour mener la poursuite derrière Andy Schleck. Sa montée a été impressionnante. C'est clairement le favori pour gagner ce Tour de France. Après, je ne suis pas là pour chercher des qualificatifs à mes performances. Je dois juste donner le meilleur de moi-même. On fera le bilan plus tard. Là je fais juste mon travail. A-t-on un Voeckler survolté ou épuisé à l'issue de cette grande étape ? Ce que je peux vous garantir c'est que je me bats. Et je n'ai pas le droit de ne pas avoir le moral alors que je suis en tête du Tour de France à trois jours de l'arrivée à Paris. Ce serait indécent. Pensez-vous pouvoir encore résister à l'Alpe d'Huez et lors du contre-la-montre de Grenoble ? Tout le monde sait qu'Andy Schleck grimpe beaucoup mieux que moi. Il a fait un grand numéro aujourd'hui. Mais je ne peux pas vous dire ce qu'il va se passer d'ici Paris. J'ai juste envie de me reposer et de profiter du massage à l'hôtel.