Vino, chute et fin

  • A
  • A
Vino, chute et fin
Partagez sur :

Victime d'une lourde chute sur les routes du Tour de France il y a une semaine, Alexandre Vinokourov a annoncé ce dimanche son retrait du peloton professionnel. Opéré d'une fracture du fémur à Paris, le Kazakh devrait désormais s'occuper de l'équipe Astana qu'il a contribué à créer. Un poste de manager ou de directeur sportif pourrait lui être proposé.

Victime d'une lourde chute sur les routes du Tour de France il y a une semaine, Alexandre Vinokourov a annoncé ce dimanche son retrait du peloton professionnel. Opéré d'une fracture du fémur à Paris, le Kazakh devrait désormais s'occuper de l'équipe Astana qu'il a contribué à créer. Un poste de manager ou de directeur sportif pourrait lui être proposé. Il rêvait de porter le maillot jaune au moins une fois dans sa carrière avant de tirer sa révérence. Il a finalement quitté le peloton, soutenu par deux membres de son équipe, le fémur droit fracturé. Alexandre Vinokourov n'imaginait pas finir sa carrière de coureur professionnel de cette manière, mais une lourde chute, survenue dimanche dernier dans la descente du Pas de Peyrol lors de la 9e étape du Tour de France, en a décidé autrement. Opéré à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris par le professeur Yves Catonné, le Kazakh de 37 ans a annoncé ce dimanche ce que tout le monde pensait inéluctable, vue la gravité de sa blessure: il ne courra plus en compétition. Dans une interview diffusée sur France Télévisions, "Vino" a confirmé qu'il mettait bien un terme à sa carrière de coureur professionnel. "Je pense que je ne remonterai pas sur un vélo en tant que professionnel. Je vais m'arrêter là. On va essayer de trouver un nouveau rôle dans l'équipe Astana pour moi, a-t-il précisé, gardant tout de même l'envie du passionné. J'espère toujours remonter sur un vélo, mais comme amateur, juste pour la santé, pas en tant que professionnel. Pour l'instant je marche avec des béquilles, ce n'est pas facile." Sa convalescence, il la passera en famille avant d'envisager un nouveau projet professionnel. Celui-ci s'articulera autour de l'équipe Astana, bâtie pour lui et dont il devrait prendre les commandes sur le plan sportif. Vinokourov devrait sans doute revenir sur le Tour, mais dans la voiture de directeur sportif. Grande figure du sport au Kazakhstan Désormais en retrait de la compétition de haut niveau, le Kazakh garde malgré tout un oeil sur ses anciens compagnons et sur le scénario de la Grande Boucle. "J'ai été surpris que les favoris attendent les derniers kilomètres pour attaquer, a-t-il analysé à propos des étapes pyrénéennes. S'ils passent les Alpes dans la même configuration, Cadel Evans gagnera le Tour. Après ses chutes, ce sera difficile pour Contador s'il n'attaque pas. Et Voeckler pourrait bien rester sur le podium." Un podium sur lequel il est monté à Paris en 2003, année de sa meilleure performance sur le Tour. Vinokourov a également marqué le rendez-vous de juillet avec quatre victoires d'étape, à Gap en 2003, à Briançon et sur les Champs-Elysées en 2005, et la dernière en 2010 à Revel. Son palmarès est aussi riche de victoires prestigieuses dans les courses à étapes, comme sur la Vuelta en 2006, le Critérium du Dauphiné en 1999 et Paris-Nice en 2002 et 2003, sans oublier quelques belles classiques l'Amstel Gold Race en 2003 et Liège-Bastogne-Liège en 2005 et 2010. Grande figure au Kazakhstan, Vinokourov était le relais à l'international des ambitions sportives des dirigeants d'Astana, dont il a largement contribué à la création et en réussissant le coup de force d'enrôler Alberto Contador et Lance Armstrong lors de la saison 2009. Son prochain grand coup pourrait être l'arrivée de Philippe Gilbert, l'un de ses amis dans le peloton, annoncé au sein de l'équipe kazakhe la saison prochaine. "Vino" et le vélo, une histoire qui n'a pas fini de s'écrire.