Vieille Dame cherche stabilité

  • A
  • A
Vieille Dame cherche stabilité
Partagez sur :

C'est une Juventus en chantier qui défiera l'Inter Milan pour le choc de la 6e journée de Serie A, dimanche à San Siro. Irrégulière depuis le début de la saison, la Vieille Dame et ses nouveaux visages débarqués cet été dans le Piémont aura fort à faire face au quintuple champion d'Italie pour confirmer les progrès entrevus lors de ses dernières sorties.

C'est une Juventus en chantier qui défiera l'Inter Milan pour le choc de la 6e journée de Serie A, dimanche à San Siro. Irrégulière depuis le début de la saison, la Vieille Dame et ses nouveaux visages débarqués cet été dans le Piémont aura fort à faire face au quintuple champion d'Italie pour confirmer les progrès entrevus lors de ses dernières sorties. "Nous sommes sur le bonne voie." Buteur sur le terrain de Manchester City, Vincenzo Iaquinta se veut optimiste alors que la Juventus Turin a partagé les points jeudi avec le club anglais (1-1) en Ligue Europa. Un bon résultat et un deuxième match sans défaite de rang pour des Bianconero marqués du sceau de l'inconstance depuis le début d'une saison voulue comme celle du renouveau. Et pour confronter son ambition de retrouver le devant de la scène italienne après un exercice 2009-2010 terminé à une modeste 7e place, quoi de mieux pour la Vieille Dame que de s'attaquer à ce qui se fait de mieux dans le Calcio actuellement: l'Inter Milan. Quintuples champions d'Italie en titre et déjà leaders de la Serie A après cinq journées, les troupes de Rafael Benitez font figure de favoris à leur propre succession pour décrocher le Scudetto. Si le Milan et son impressionnante armada offensive entend déloger son encombrant voisin du trône d'Italie, la Juve espère également renouer avec son lustre d'antan et redorer un blason terni par une dernière saison cauchemardesque. Pour ce faire, Andrea Agnelli a pris les commandes de la Juve et n'a pas manqué de faire se lever un vent de changement sur la cité piémontaise, se séparant de glorieux anciens, Trezeguet, Camoranesi et Cannavaro en tête, tout en recrutant pas moins de dix nouveaux joueurs et un nouvel entraîneur, Luigi Deneri. Fort d'une expérience réussie aux manettes de la Sampdoria de Gênes l'an dernier, le technicien n'a pas tardé à subir les foudres de la presse et des tifosi après un début de parcours délicat et la prise d'un seul point après deux journées de Serie A, soit le pire départ enregistré par le Zèbre depuis 1962. La zone de turbulences semble pourtant toucher à sa fin, le collectif bianconeri se dessinant au fur et à mesure que les nombreux nouveaux éléments font connaissance, sur le terrain comme en dehors. "C'était un bon test pour comprendre ce que l'on doit atteindre", confiait Delneri après le match au City of Manchester Stadium. "Il faut désormais faire preuve de consistance." La menace Eto'o L'entraîneur transalpin est lucide et ne manque pas de pointer la faiblesse majeure de la Juve en ce début de saison: sa défense. Avec une moyenne de deux buts encaissés par match lors de ses six dernières sorties, le club aux 27 titres de champion d'Italie n'affiche pas encore une solidité à la hauteur de ses ambitions. Et même lorsqu'elle gagne, la Juve voit ses filets trembler, comme dimanche dernier face à Cagliari (4-2). "La consistance est fondamentale", rappelait le capitaine Alessandro Del Piero sur le site officiel de sa formation après le déplacement en Angleterre. La solidité sera même vitale ce dimanche pour espérer ramener autre chose qu'une défaite de cette virée à Giuseppe-Meazza, où sévit actuellement un homme en très grande forme: Samuel Eto'o. Auteur de onze buts lors de ses neuf derniers matches, le Camerounais a préparé ce choc italien en inscrivant mercredi un triplé face au Werder Brême (4-0) en Ligue des champions. L'arrière-garde de la Vecchia Signora est prévenue, elle qui progresse selon Alex Manninger, portier piémontais bien placé pour en parler après avoir pris trois buts contre Lech Poznan sur la scène européenne en septembre: "La défense a fait du bon boulot à Manchester, elle s'améliore à chaque match." Charge donc à Giorgio Chiellini et consorts de répondre présent. Et si les fondations juventini venaient à résister, tous les espoirs seraient alors permis puisque de son côté, la ligne d'attaque boostée par les bonnes performances de Milos Krasic est prolifique avec pas moins de 16 buts inscrits sur les six dernières sorties. Un succès permettrait aussi à la Juve de revenir à hauteur de son prestigieux adversaire au classement. A la meilleure attaque de Serie A de continuer à s'exprimer pour fissurer l'édifice intériste, déjà secoué par une défaite à Rome la semaine passée, et immiscer le doute dans l'esprit des champions d'Europe.