Vichy, c'est cuit ?

  • A
  • A
Vichy, c'est cuit ?
Partagez sur :

Pour croire encore un peu en ses chances de maintien, Vichy doit s'imposer dans la salle bouillante de Limoges. Car la JAV serait larguée en cas de défaite. Un duel de relégables qui intéressera aussi Paris-Levallois et Poitiers, juste au-dessus de la zone de flottaison et adversaires ce samedi soir, lors de la 16e journée de Pro A.

Pour croire encore un peu en ses chances de maintien, Vichy doit s'imposer dans la salle bouillante de Limoges. Car la JAV serait larguée en cas de défaite. Un duel de relégables qui intéressera aussi Paris-Levallois et Poitiers, juste au-dessus de la zone de flottaison et adversaires ce samedi soir, lors de la 16e journée de Pro A. Maintenant que les As sont connus, place aux valets ! La lutte pour le maintien est, elle aussi, une réalité en Pro A. Une source de maux de tête que doivent gérer au quotidien Vichy, la lanterne très rouge, Limoges, Poitiers et Paris-Levallois. Ces quatre équipes vont se livrer samedi soir, à l'occasion de la 16e journée, un mini-championnat qui pourrait être décisif en fin de saison, au moment de faire les comptes et de déterminer quelles seront les deux clubs dans l'ascenseur pour la Pro B. Bonne dernière du classement, avec deux victoires de moins que ses trois prédécesseurs, la JAV n'a plus vraiment le choix. Si elle veut encore croire à son maintien, elle doit s'imposer à Beaublanc contre Limoges, une équipe qui l'avait largement battue à l'aller (72-58). "J'espère qu'on va enfin stabiliser l'effectif et qu'on va pouvoir repartir sur des bases qui nous permettront de nous en sortir", confie le coach vichyssois Jean-Philippe Besson sur le site de La Semaine de l'Allier. De l'optimisme, il en faudra aux joueurs de Vichy pour sauver le club. Le successeur de Jean-Louis Borg sur le banc en est conscient. Les blessures, les remplacements de joueurs et le train-train pesant des défaites qui se sont accumulées ont peu à peu enfoncé la JAV dans une situation d'urgence permanente. "Je crois qu'il nous manque un match déclic, un match référence qui pourrait nous faire enchaîner une série derrière, estime l'entraîneur auvergnat. Avant de parler de série, on va parler de victoire une par une. Mais je crois que ça pourrait donner confiance à l'équipe. On a un vrai potentiel aujourd'hui, avec une vraie équipe. On mérite d'avoir une chance." Encore une claque pour Paris-Levallois ? Ce n'est pas Limoges qui lui donnera, cette chance. Dans la bouillante salle de Beaublanc, le CSP ne fera pas de cadeau à son adversaire. Car les hommes d'Eric Girard, eux aussi relégables à mi-saison, ne veulent surtout pas redescendre à l'échelon inférieur un an seulement après leur promotion parmi l'élite. Les pépins physiques de Banks et Guinn sont désormais oubliés puisque les deux joueurs devraient être sur le parquet. Et le potentiel de Massie à l'intérieur, un secteur dans lequel Vichy n'excelle pas, est un atout considérable pour les Limougeauds, qui espèrent se relancer après quatre défaites sur les cinq derniers matches de championnat. Pour Paris-Levallois et Poitiers, surprenants promus la saison dernière, le contexte est le même. Avec vingt points au compteur, comme Limoges, Franciliens et Poitevins sont concernés de près par la zone rouge. Mais leur dynamique est différente. Le PL, qui avait sursauté après le licenciement de Jean-Marc Dupraz en dominant Orléans (79-73), est retombé dans ses travers face à Pau-Lacq-Orthez (70-103). A l'inverse, le PB86 reste sur un exploit contre Cholet, le champion de France en titre (67-65). "On a une revanche à prendre par rapport à la défaite à domicile (63-75), où ils ont fait un bon match, mais où on a aussi déjoué, assure Pierre-Yves Guillard sur le site de la LNB. On a vraiment envie de se racheter par rapport à ça."