Vettel y croit dur comme fer

  • A
  • A
Vettel y croit dur comme fer
Partagez sur :

F1 - Après sa victoire de dimanche au Japon, Sebastian Vettel conserve une petite chance de remporter le titre de champion du monde.

Vainqueur dimanche du Grand Prix du Japon, Sebastian Vettel s'est replacé dans la course au titre de champion du monde. Si Jenson Button (Brawn GP) dispose encore d'une avance confortable au classement, à deux courses du terme de la saison, l'Allemand de l'écurie Red Bull croit toujours en ses chances.Alors qu'il reste encore deux Grands Prix à disputer, la saison de Formule 1 n'a pas encore livré son verdict. Fort de son succès de dimanche sur le circuit sélectif de Suzuka, Sebastian Vettel a refait une partie de son retard sur les Brawn GP, qui dominent le haut du classement depuis plusieurs mois. Avec 69 points, le pilote Red Bull n'est plus qu'à deux longueurs de Rubens Barrichello. Certes, Jenson Button conserve encore une marge importante, avec 16 points d'avance sur l'Allemand, mais la pression sera sur ses épaules.Car Vettel compte bien saisir la moindre opportunité, comme il a pu le faire au Japon, pour décrocher sur le fil le titre suprême. "Vous l'avez dit, tout peut encore arriver, a-t-il confié lors de la conférence de presse organisée à l'issue de la course par la Fédération internationale de l'automobile (FIA). Ce serait mieux d'avoir deux courses de plus mais on est là pour se battre et la meilleure chose à faire est de s'imposer comme je l'ai fait aujourd'hui. Je pense que nous avons une super monoplace, que les gars à l'usine continuent d'améliorer. On verra ce qu'on peut faire. On va se concentrer sur nous et quoi que fassent Jenson et Rubens de leur côté, on va donner le maximum".Prost: "Les autres ont du souci à se faire"Pour Alain Prost, consultant d'Europe 1, l'état d'esprit et le comportement du pilote allemand pèsent beaucoup dans sa réussite actuelle: "Il fait vraiment l'unanimité. C'était déjà le cas l'an dernier chez Toro Rosso. C'est ce qui avait fait la différence avec Sébastien Bourdais. Ce n'était pas uniquement la vitesse sur la piste. C'est très important pour une équipe. Aujourd'hui, ils sont vraiment derrière lui. Après la casse moteur subie à Valence, tout le monde était abattu et disait que le championnat du monde était perdu, sauf lui qui disait que ça n'était pas fini et qu'il fallait continuer à se battre. Et il avait bien raison. A Sao Paulo, il sera très difficile à aller chercher. Ça marche bien et il est en confiance, je pense que les autres ont du souci à se faire sur cette course". Au dessus du lot en début de saison avec cinq victoires lors des sept premières manches, Jenson Button, qui a inscrit un point supplémentaire lors de l'épreuve nippone grâce à sa huitième place, dispose encore d'une avance confortable. Il lui suffit en effet de marquer quatre points au Brésil ou à Abu Dhabi pour écarter définitivement Vettel. Le Britannique aborde donc les échéances à venir avec confiance: "J'ai seulement perdu un point sur Rubens aujourd'hui (dimanche, ndlr), ce qui était ma priorité. Évidemment, nous avons perdu quelques points sur Sebastian, mais nous nous attendions à ce qu'il soit fort ici. Les deux derniers circuits devraient convenir à notre monoplace. Je suis donc enthousiaste pour cette fin de saison et je suis déjà impatient d'être au Brésil".S'il faut un miracle pour que Sebastian Vettel coiffe sur le poteau Jenson Button, l'Allemand peut s'inspirer de l'exemple de Kimi Räikkönen. Lors de la saison 2007, le Finlandais comptait 17 points de retard sur Lewis Hamilton à deux courses de la fin de la saison. Ce qui ne l'a pas empêché d'être sacré avec une petite longueur d'avance sur l'Anglais.