Vettel: "Un week-end parfait"

  • A
  • A
Vettel: "Un week-end parfait"
Partagez sur :

Sebastian Vettel a réalisé le carton plein avec une aisance inquiétante pour ses adversaires, ce dimanche à Valence. Avec 77 points d'avance au classement, le pilote allemand prétend ne pas penser à un titre qui lui tend pourtant les bras. Il reconnaît tout de même qu'après six victoires en huit courses il se donne un grand bol d'air à la tête du classement des pilotes.

Sebastian Vettel a réalisé le carton plein avec une aisance inquiétante pour ses adversaires, ce dimanche à Valence. Avec 77 points d'avance au classement, le pilote allemand prétend ne pas penser à un titre qui lui tend pourtant les bras. Il reconnaît tout de même qu'après six victoires en huit courses il se donne un grand bol d'air à la tête du classement des pilotes. Sebastian, pourquoi une telle explosion de joie à l'arrivée ? Cela pouvait ressembler à une course ennuyeuse, mais je vous assure que je prends énormément de plaisir quand la bataille est entre moi et ma voiture à chaque tour. Évidement, j'avais de la pression car les stratégies de Mark et Fernando étaient différentes. Parfois ils s'arrêtaient aux stands avant moi, parfois après. Même si j'avais de l'avance avant de m'arrêter, quand je ressortais, ils étaient toujours assez proches. Mais pour une raison que j'ignore, j'adore cette piste. L'année dernière, j'ai eu un week-end très tranquille et cette année aussi, du début à la fin. L'équipe a fait un excellent boulot sur la voiture. Même si on vient ici chaque année en disant que cette course peut être délicate car il y a peu de virages rapides, mais on a réussi à se mobiliser sans faire aucune faute. Vous avez 77 points d'avance en tête du championnat. A l'approche de la moitié du championnat, est-ce que vous allez commencer à prendre les choses un peu plus tranquillement ? Pas vraiment, je ne regarde pas l'avance que j'ai. La saison est longue. Nous avons eu un début de saison phénoménal et notre objectif sera de continuer dans ce sens. Mais nous ne devons pas sauter d'étapes et prendre chaque course comme elle vient. Bien sûr, maintenant nous n'avons pas besoin de gagner en prenant des risques. C'est magnifique. Lorsqu'on a l'occasion de gagner alors il faut la saisir. Si un jour on galère et que la voiture n'est assez bonne que pour finir troisième au mieux, alors c'est notre devoir de finir troisième et pas septième. C'est incroyable ce que l'équipe a accompli ces deux dernières années, chaque département de l'écurie s'est amélioré, notre réaction face aux problèmes également. Il faut que l'on continue à toujours avoir faim, envie de gagner des courses et de progresser un peu plus chaque week-end. Vous avez mené du début à la fin. Vous semblez avoir tout maitrisé, et ce depuis vendredi. C'est toujours long un week-end de course. J'adore venir ici. L'atmosphère ici est toujours spéciale, les tribunes sont pleines. C'est un peu similaire à Monaco mais en beaucoup plus relax, avec moins de cohue et d'agitation. Même si le public soutient Fernando, et que le tracé n'est pas idéal pour nos Red Bull, ça reste au final un Grand Prix très agréable. C'est un week-end parfait. On a bien posé les fondations samedi pour réaliser une dure et longue course dimanche. Je n'avais aucune attaque majeure à affronter et personne à rattraper, donc je me suis vraiment régalé. Silverstone: "J'ai hâte d'y être!" Comment comparez-vous les différents types de pneus utilisés? Je pense que Mark était le premier à mettre les durs. Je l'ai vu aller aux stands et j'ai demandé à la radio quelle était sa vitesse comme personne ne savait combien de temps ils allaient mettre pour chauffer. On a décidé de ne rentrer aux stands qu'en dernier pour trouver la meilleure solution. Quand on est en tête avec de l'avance, on peut s'offrir ce luxe de rester un ou deux tours de plus en piste. Donc au final, je pense que nous avons eu une très bonne stratégie et réalisé une course sans faute. Et on enchaîne avec les virages rapides de Silverstone. Oui je pense que c'est un rendez-vous que tous les pilotes apprécient et plus particulièrement notre équipe. J'ai gagné en 2009, Mark l'année dernière, donc on affectionne d'autant plus cette piste. Ce n'est pas loin de notre usine donc c'est notre Grand Prix, on est à domicile en quelque sorte. C'est bien pour notre équipe qui peut venir voir la course et admirer la voiture en vrai. J'ai hâte d'y être avec, de plus, un nouveau garage et une nouvelle zone de stands à découvrir. Qui pensez-vous être votre adversaire principal dorénavant? Mark, Fernando ou les McLaren ? Mark, Fernando, Lewis, Jenson... Pour être honnête, je ne regarde pas trop le classement. Il faut prendre l'année dernière comme un exemple. On peut réaliser de très bonnes courses mais les choses peuvent rapidement dégénérer ensuite, et on avait perdu beaucoup de points en 2010. Tellement de choses peuvent arriver... Comme les conditions climatiques au Canada par exemple. Pas nécessairement des erreurs, mais juste des choses qui ne tournent pas dans le bon sens. La voiture de sécurité qui ne sort pas au meilleur moment... Ça peut totalement changer le résultat. Bien sûr notre objectif est de conserver la première place mais la seule chose qui compte c'est d'être en tête après le dernier Grand Prix. Est-ce que l'énorme avantage que les deux Red Bull avaient sur les courses précédentes est en train de fondre aujourd'hui ? Je pense qu'il faut attendre. C'est très serré avec McLaren. Mais chaque course a ses différentes caractéristiques. Traditionnellement, nous préférons les courses rapides donc celle qui arrive (Silverstone ndlr) devrait nous réussir.