Vettel tout près du but

  • A
  • A
Vettel tout près du but
Partagez sur :

Malgré une légère baisse de régime avant la trêve estivale, Sebastian Vettel se trouve aujourd'hui en position de force pour rafler son deuxième titre de champion du monde. Le moral et la confiance regonflés à bloc à Spa et à Monza, le pilote du team Red Bull peut être sacré dès dimanche à Singapour. La passe de deux ne semble être qu'une question de temps.

Malgré une légère baisse de régime avant la trêve estivale, Sebastian Vettel se trouve aujourd'hui en position de force pour rafler son deuxième titre de champion du monde. Le moral et la confiance regonflés à bloc à Spa et à Monza, le pilote du team Red Bull peut être sacré dès dimanche à Singapour. La passe de deux ne semble être qu'une question de temps. Six Grands Prix restent à courir cette saison et pourtant l'issue du championnat paraît déjà jouée. Si le suspense avait persisté jusqu'au rendez-vous ultime de l'année en 2010, à Abu Dhabi, Sebastian Vettel n'attendra probablement pas le dernier drapeau à damiers pour savourer son deuxième triomphe absolu. Singapour ce week-end, le Japon, la Corée du Sud, l'Inde ou Abu Dhabi, avant l'épilogue brésilien d'Interlagos le 27 novembre prochain, l'Allemand aura bien des occasions d'entrer dans l'histoire, en devenant le plus jeune pilote de F1 à réaliser la passe de deux. Globalement, la performance reste exceptionnelle. Sans parler des champions en série que furent Juan Manuel Fangio (quatre titres consécutifs entre 1954 et 1957) et Michael Schumacher (cinq titres de rang entre 2000 et 2004, en plus du doublé 1994-1995), rares sont les pilotes à avoir remporté deux championnats de suite. Outre Fernando Alonso, le dernier à avoir accompli pareil exploit, seuls Mika Häkkinen (1998-1999), Ayrton Senna (1990-1991), Alain Prost (1985-1986), Jack Brabham (1959-1960), Alberto Ascari (1952-1953) et les deux légendes suscitées ont su égoïstement garder leur bien d'une saison à l'autre. Sebastian Vettel, du haut de ses 24 ans, peut entrer dans ce cercle très fermé dans un fauteuil et ce dès dimanche. Nanti de 112 longueurs d'avance sur son premier dauphin au classement général, 117 ou 126 sur les suivants, le champion du monde sortant sera consacré ce week-end s'il quitte Marina Bay avec une marge de 125 points. Un podium pourrait ainsi suffire à son bonheur, selon les résultats de Fernando Alonso, Mark Webber, Jenson Button et Lewis Hamilton. "Il y a encore du chemin à faire, prévient cependant l'intéressé. Nous sommes en très bonne position mais nous le méritons parce que nous avons beaucoup travaillé et n'avons fait que très peu d'erreurs." Et d'ajouter en guise de conclusion: "Si nous arrivons sur le prochain Grand Prix avec un plus grand écart que celui dont nous disposons aujourd'hui, nous pourrons être satisfaits du travail accompli. L'objectif ce week-end, ce n'est pas de gagner le titre mais de faire le mieux possible. Savoir quand n'est pas important, du moment qu'on s'assure d'y arriver." Une concurrence pas résignée mais presque Tenant du trophée et lauréat de deux des trois Grands Prix courus par le passé à Singapour, Fernando Alonso reste le premier obstacle au triomphe prématuré de Sebastian Vettel. "Nous étions rapides cette année à Monaco, donc nous devrions être compétitifs. Après les essais libres et les qualifications, nous verrons où nous en sommes mais pour l'instant, c'est clair, nous n'avons qu'un objectif: gagner", dixit le pilote de la Scuderia Ferrari. "Vu l'avantage dont dispose Vettel, remporter le titre n'est pas complètement impossible, mais ce sera extrêmement difficile. Nous nous battrons néanmoins pour terminer à la deuxième place du championnat - ce qui est toujours mieux que la cinquième - et essaierons d'apprécier chaque dimanche." Même motivation teintée de résignation dans les propos de Lewis Hamilton, le cinquième homme, toujours imprévisible et particulièrement sur les circuits urbains tels que le Marina Bay. "Si tout se passe selon nos plans, nous devrions être en bonne position dimanche. Même si le titre est désormais pratiquement hors de portée, je ferai tout pour obtenir le meilleur résultat possible. Je ne renoncerai jamais et piloterai pour la victoire, comme toujours." La pluie, annoncée sur l'ensemble du week-end, pourrait bien pimenter quelque peu les débats, et pourquoi pas faire les affaires du spécialiste en pareilles conditions: Jenson Button. Pour sûr, gagner dès dimanche la RB7 qui lui est promise par Dietrich Mateschitz en cas de deuxième sacre mondial ne sera pas un jeu d'enfant pour Sebastian Vettel.