Vettel mate les McLaren

  • A
  • A
Vettel mate les McLaren
Partagez sur :

La série se poursuit pour Sebastian Vettel qui a signé ce samedi à Monza sa 10e pole position de la saison. Le pilote Red Bull a dû composer avec des McLaren Mercedes envahissantes avec Hamilton 2e et Button 3e. Devant le public transalpin acquis à sa cause, Alonso a signé la 4e place et s'élancera de la 2e ligne juste devant un Mark Webber décevant. A noter la 7e place de Petrov qui devance Senna 10e.

La série se poursuit pour Sebastian Vettel qui a signé ce samedi à Monza sa 10e pole position de la saison. Le pilote Red Bull a dû composer avec des McLaren Mercedes envahissantes avec Hamilton 2e et Button 3e. Devant le public transalpin acquis à sa cause, Alonso a signé la 4e place et s'élancera de la 2e ligne juste devant un Mark Webber décevant. A noter la 7e place de Petrov qui devance Senna 10e. Les Red Bull devaient être en difficultés sur un circuit censé ne pas vraiment favoriser la RB7... Mais avec Sebastian Vettel, il faut désormais s'habituer à tout. Auteur d'un temps canon lors des essais libres 3, le pilote allemand a été contraint de batailler ferme durant les deux premières parties de la qualification. Le temps pour la concurrence de songer à un éventuel exploit puisqu'en Q1 par exemple, l'écart entre le premier et le cinquième n'était que de 172 millièmes. A l'écrémage suivant, Vettel a remis les choses en ordre en pointant en tête avant d'enfoncer le clou durant les dix dernières minutes en améliorant à chaque fois avec notamment un 1'22''613 (qui ne sera pas battu) puis surtout avec un 1'22''275 aussi impeccable que surprenant d'aisance. Car contrairement à ce qui s'était produit auparavant, il a collé une demie seconde à tout le monde ! De bon augure pourrait-on imaginer, sauf que la course ne devrait pas être aussi simple, on l'a vu en mode full attack commettre des erreurs ce qui peut laisser de l'espoir à la concurrence. Nous n'avons pas les mêmes contraintes aérodynamiques que les autres voitures, c'est pourquoi on est content de voir qu'on était rapides dans les 3 secteurs. Aujourd'hui on avait des réglages pour les qualifications, pour la course ce sera diffèrent. C'était ce qu'on devait faire, prendre la pole. Pour demain, on verra...", ajoute le pilote allemand conscient des qualités de la McLaren sur ce circuit, notamment sur les longs runs. D'ailleurs, autant Lewis Hamilton que Jenson Button ne semblaient pas vraiment déçus d'avoir été coiffés sur le fil pour la pole. Leur confiance en leur mécanique et la stratégie à suivre semble les conforter dans leurs certitudes. "La course n'est pas jouée", a glissé en conférence de presse un Hamilton, le sourire aux lèvres. De son côté, Jenson Button semblait parti pour améliorer lors de son dernier tour, il était devant le temps d'Hamilton avant de filer directement dans son stand plutôt que de finir son tour. Senna se hisse en Q3 Peut-être est-ce le choix du côté de la piste puisque personne ne pouvait plus changer la donne devant ? Toujours est-il qu'il pensait faire encore un peu mieux. "On n'a pas été en mesure de challenger Seb pendant ces qualifications. Nous avions une bonne voiture c'est pourquoi, c'est difficile à comprendre. On va le surveiller. On va voir demain. Et puis, de toute façon, ce n'est pas aussi important que cela de partir en pole position... grâce au DRS", expliquait Button en conférence de presse. La confiance étant dans les deux camps, il y aura forcément des déçus. Une déception qui doit également habiter un Fernando Alonso vainqueur à Monza en 2010 et seulement 4e sur la grille de départ. Rien d'infamant bien entendu, d'autant moins qu'il échoue à moins d'un dixième de la deuxième place mais cela lui complique tout de même la tâche. La Ferrari semble néanmoins dans le coup sur les longs runs en tendre ou en medium (Pirelli annonçant un écart d'une seconde au tour en fonction des gommes). L'Espagnol peut néanmoins continuer à regarder devant. Bonne pioche également pour Lotus Renault avec une solide performance d'un Bruno Senna qui a mis les trois quarts de la Q1 avant de trouver les réglages adéquats. Proche de la sortie, il a soudainement gagné une bonne seconde pour se rapprocher de Petrov et se hisser en Q2 puis en Q3 ce qui représente une belle performance même s'il n'y effectuera pas un tour. Il s'élancera donc en 10e position tandis que Petrov partira lui, de la 7e position.