Vettel la voulait

  • A
  • A
Vettel la voulait
Partagez sur :

Sebastian Vettel a fait comme si de rien n'était. L'Allemand, qui aurait pu lever le pied samedi lors des qualifications du Grand Prix du Japon, puisqu'un seul point ce week-end lui sera nécessaire pour conserver son titre, a été chercher sa 12e pole de la saison au forceps. Avec un chrono de 1'30"466, le pilote Red Bull devance Jenson Button (McLaren) de neuf millièmes, et Lewis Hamilton (McLaren) de 0"151.

Sebastian Vettel a fait comme si de rien n'était. L'Allemand, qui aurait pu lever le pied samedi lors des qualifications du Grand Prix du Japon, puisqu'un seul point ce week-end lui sera nécessaire pour conserver son titre, a été chercher sa 12e pole de la saison au forceps. Avec un chrono de 1'30"466, le pilote Red Bull devance Jenson Button (McLaren) de neuf millièmes, et Lewis Hamilton (McLaren) de 0"151. Il n'en avait pas spécialement besoin. Il n'en avait même pas besoin du tout, mais Sebastian Vettel ne se sentait pas de lâcher une séance de qualifications. Pas comme ça, pas le week-end de son sacre annoncé. "Baby Schumi" s'est battu comme un chiffonnier, en décrochant peut-être sa plus belle pole de la saison. Limite sur les vibreurs à plusieurs reprises dans son tour lancé décisif en Q3, l'Allemand a dû cravacher ferme pour devancer un Jenson Button en grande forme. Le Britannique, qui avait réalisé tous les meilleurs temps lors des trois séances d'essais libres, n'a échoué qu'à neuf petits millièmes. Sa performance est également remarquable. Il n'y avait simplement rien à faire de plus face à ce Vettel-là. Comme d'habitude, tout s'est joué dans la dernière minute, sur l'ultime tour lancé de tous les cadors. Alors que le drapeau à damiers était abaissé, les deux McLaren devançaient dans un premier temps les deux Red Bull, avec Lewis Hamilton devant Jenson Button. C'était avant le nouveau numéro du champion du monde en titre, qui n'aura donc jamais été aussi près de conserver sa couronne. Alors que quatre manches resteront encore à disputer d'ici la fin du championnat, Vettel n'a plus besoin que d'un point pour être certain de demeurer un an de plus sur le toit du monde. Vraiment, il n'avait pas besoin de faire tout ça... Qu'on l'aime ou pas, il faut simplement admettre que samedi, son panache fut sublime. A moins d'un souci technique... Tout le monde avait en tout cas compris qu'il faudrait laisser les top teams se battre entre elles, puisque seuls les pilotes Red Bull, McLaren et Ferrari ont rentré un chrono en Q3. Les quatre autres qualifiés, dans l'ordre Michael Schumacher, Vitaly Petrov, Bruno Senna et Kamui Kobayashi, ont préféré rester au stand pour économiser un train de pneus tendres. Derrière Vettel et Button, Lewis Hamilton et Felipe Massa partiront de la deuxième ligne. L'un était nettement plus malheureux que l'autre, à savoir Hamilton, qui tirait une tête de trois mètres de long au moment de rejoindre le duo de choc Vettel-Button avant de partir en conférence de presse... Alors que Hamilton a terminé à 0"151 de la pole et Massa à 0"338, Fernando Alonso et Mark Webber ont eux fini respectivement à 0"420 et 0"690 du meilleur temps. A noter également la nouvelle belle performance de Bruno Senna, qui partira 9e sur la grille après avoir assuré sa qualification en Q3 sur le fil en fin de Q2. Le Brésilien est d'ailleurs secondé par son équipier Vitaly Petrov, 8e temps. Régulier, heureux et détendu en cette fin de saison, Michael Schumacher a lui pris la 7e place. Fortunes diverses chez Mercedes, puisque Nico Rosberg n'a lui-même pas pu quitter son stand en Q1... Loin, très loin de ces soucis techniques, Vettel aura dimanche tout le loisir de fêter son deuxième sacre de champion du monde à Suzuka. Encore faudrait-il que Button gagne, et que l'Allemand soit justement victime d'un problème mécanique. Mais comme ça n'arrive qu'aux autres...