Vettel, l'Europe à ses pieds

  • A
  • A
Vettel, l'Europe à ses pieds
@ Reuters
Partagez sur :

F1 - Sebastian Vettel a remporté dimanche un GP d'Europe marqué par l'accident de Webber.

F1 - Sebastian Vettel a remporté dimanche un GP d'Europe marqué par l'accident de Webber.Ses trois premières pole de la saison n'avaient pas tenu leurs promesses. Quatrième à Bahreïn après un problème moteur, contraint à l'abandon en Australie et sixième seulement en Chine, Sebastian Vettel n'avait jamais pu jusqu'alors tirer profit de sa position de force sur la grille de départ. Une constante brisée ce dimanche à Valence, où le pilote Red Bull a triomphé après avoir mené le Grand Prix d'Europe du début à la fin. Non sans avoir résisté aux velléités d'un Lewis Hamilton qui restait sur deux victoires de rang, en Turquie et au Canada.Auteur d'un départ canon, le Britannique a eu tôt fait de mettre la pression sur l'Allemand, découvert par son coéquipier Mark Webber, placé du mauvais côté de la première ligne et crédité lui d'un lancement pour le moins poussif. Tandis que l'Australien dégringolait dans la hiérarchie, jusqu'au neuvième rang, derrière les Williams de Barrichello et Hülkerberg, Hamilton portait ainsi une attaque à l'endroit de Vettel dès la deuxième courbe, ce qui valait aux deux hommes un léger accrochage - sans conséquence aucune. Une broutille au regard du crash qui s'ensuivait, quelques tours plus tard...Tout juste sorti des stands et relégué en queue de peloton, Webber, manifestement lassé de ronger son frein derrière Kovalainen, se précipitait dans sa manoeuvre de dépassement et percutait par l'arrière la Lotus du Finlandais dans la dixième boucle. La seconde RB6 partait alors dans un looping violemment réceptionné sur l'arceau, avant de finir sa course dans le mur de pneus. Indemne, l'Australien s'extirpait seul de sa monoplace pulvérisée, tel un miraculé. Un accident spectaculaire qui bouleversait l'ordre établi depuis l'extinction des feux... Pour les places d'honneur du moins. L'accident de Mark Webber :Principales victimes de l'apparition de la voiture de sécurité pour cinq tours et de la rentrée aux stands simultanée de la plupart des monoplaces pour changer de gommes, les Ferrari d'Alonso et Massa, troisième et quatrième avant coup, se retrouvaient 10e et 17e respectivement à la sortie de la safety car. Devant, Vettel et Hamilton poursuivaient leur explication au sommet, bien aidés en cela par un Kobayashi propulsé en troisième position et bien décidé à tenir son rang sur l'étriqué tracé valencien. Finalement, le duel entre les deux hommes de tête tournait court. Coupable aux yeux des commissaires d'un dépassement illicite de la voiture de sécurité au moment de l'insertion de cette dernière sur le circuit, Hamilton écopait d'un drive through en guise de pénalité. Un passage obligé aux stands dont le pilote McLaren se fendait à mi-course, avec suffisamment de marge cependant pour préserver sa deuxième place. Pour Vettel, dès lors, la course était gagnée. L'Allemand pouvait ainsi filer vers son second succès de l'année et se relancer dans la course au titre, derrière les Britanniques Hamilton et Button.Longtemps tenu en échec par Kobayashi, ce dernier profitait dans les dernières boucles du changement de pneumatiques obligatoire observé par la Sauber pour se hisser sur le podium. Au prix de deux dernières manoeuvres de classe exécutées aux dépens d'Alonso (9e) et Buemi (8e), le Japonais voyait lui sa combativité récompensée par une belle septième place, acquise dans le sillage de la Williams de Barrichello (4e), la Renault de Kubica et la Force India de Sutil. Autant de pilotes placés dans le collimateur des commissaires de course avant leur passage sous le drapeau à damiers...