Vettel: "J'ai géré"

  • A
  • A
Vettel: "J'ai géré"
Partagez sur :

Avec sa septième victoire en douze courses cette saison, Sebastian Vettel se rapproche de plus en plus du titre de champion du monde. Accompagné par son coéquipier Mark Webber et de Jenson Button sur le podium à Spa, le pilote allemand ne veut pas parler de titre avant d'être mathématiquement champion. Même s'il reconnait qu'il s'en est encore plus rapproché ce week-end.

Avec sa septième victoire en douze courses cette saison, Sebastian Vettel se rapproche de plus en plus du titre de champion du monde. Accompagné par son coéquipier Mark Webber et de Jenson Button sur le podium à Spa, le pilote allemand ne veut pas parler de titre avant d'être mathématiquement champion. Même s'il reconnait qu'il s'en est encore plus rapproché ce week-end. La victoire était-elle confortable étant donné l'inquiétude concernant l'état de vos pneus tendres avant la course ? Nous avions beaucoup d'inquiétudes avant la course avec nos pneus tendres, usés pendant les qualifications, alors on n'était pas complètement sûr. Nous avons pris pas mal de risques. Nous ne nous sentions pas trop confortable et, avec Mark (Webber), nous nous sommes tous les deux arrêtés assez tôt. On voulait voir comment les pneus seraient après quelques tours et il se trouve que le rythme était très bon pendant la course. Je me sentais très à l'aise dans la voiture et sans faire trop d'efforts, j'ai réussi à suivre les pilotes devant moi et à revenir dans le peloton de tête. A mi-course, après la safety car, il était crucial que je repasse en tête, de doubler Fernando (Alonso) et de creuser l'écart avec lui pour me rendre la fin de course plus confortable. J'ai plus géré la course que d'habitude, mais je dois dire que la voiture a fonctionné à merveille et je pense que, par rapport aux années précédentes, nous étions très compétitifs et je suis donc très content du résultat et très heureux de la course. La voiture de sécurité est-elle sortie au bon moment pour vous ? Et bien oui et non. Evidemment, nous avons pu nous arrêter et ne pas perdre trop de temps. Mais d'un autre côté, je pense que j'avais six ou sept secondes d'avance avant cet arrêt, nous avons donc perdu la tête et l'avance que nous avions. Je ne pense pas que cela a fait une grosse différence à la fin. Heureusement, avec la nouvelle règlementation, il y a très peu de chances que quelqu'un ait un gros avantage. Mais dans l'ensemble, il est bon de finir cette course. Ce fut une course vraiment amusante avec beaucoup de dépassements. Nous avons du doubler un grand nombre de voitures, mais la voiture était fantastique, nous avions le rythme et c'est pourquoi on est assis ici aujourd'hui. Au vu de vos précédents résultats ici, ce n'est pas votre meilleur circuit. Que représente une victoire à Spa pour vous ? Ça représente beaucoup. C'est un magnifique circuit. J'ai adoré chaque tour, la voiture était fantastique à conduire et dans ces cas-là à Spa c'est vraiment amusant. Ces virages rapides sont vraiments géniaux, chaque tour était agréable. Chaque tour était agréable Vous avez pris la tête a quatre reprises pendant la couse ? Oui, c'était très disputé au départ. Nous savions que le principal souci était les pneus tendres et que nous ne pouvions pas rester en tête très longtemps. Je crois que Mark s'est arrêté avant moi. J'étais en tête donc je pouvais contrôler le rythme un peu plus. Ensuite, je me suis battu pour revenir sur le groupe de tête. C'était drôle, alors que je venais de m'arrêter, j'ai ensuite réussi à les rattraper. J'ai du dépasser Nico (Rosberg) une nouvelle fois avant qu'il s'arrête à son tour. Etiez-vous inquiet au sujet des cloques sur les pneus ? Oui, bien sûr. Comme je l'ai déjà dit, c'était notre principale préoccupation avant de démarrer la course. Nous avons eu raison d'avoir confiance en nos pneus. L'alternative aurait été de changer de réglage et donc de partir des stands. Cela aurait peut-être été une course différente. Nous avons pris ce risque. Nous avons eu de longues discussions après les qualifications, samedi et dimanche. Nous avons fini premier et deuxième mais ce n'était pas une décision facile à prendre, ni une course facile. On conduisait dans l'inconnu. Personne n'a fait beaucoup de tours ici, surtout vendredi, avec les conditions climatiques, tout le monde était dans le même bateau. A ce stade de la saison, êtes-vous plus confiant concernant le titre de champion du monde ? J'ai plus de points qu'avant la dernière course. Bien entendu, je suis vraiment content du résultat et je sais que c'est très important de finir devant ces gars et tous les autres, donc ça nous amène plus près de notre objectif final. Mais il reste du chemin, les choses peuvent très vite changer. Si je me sors dans les deux prochaines courses et qu'un autre pilote gagne ces deux courses, ça peut changer. Alors, tout ce que nous faisons, c'est essayer d'être dans des conditions optimales à chaque fois.