Vettel en attendant Webber ?

  • A
  • A
Vettel en attendant Webber ?
Partagez sur :

Et de 13 pour Sebastian Vettel. Privé de pole en Corée du Sud par Lewis Hamilton, Sebastian Vettel, le désormais double champion du monde, a remis les pendules à l'heure en Inde, signant le meilleur temps des qualifications devant l'Anglais. Mais ce dernier, pénalisé de trois places sur la grille, abandonne la deuxième place en première ligne à Mark Webber, bien décidé à en profiter pour remporter, enfin, sa première course de la saison.

Et de 13 pour Sebastian Vettel. Privé de pole en Corée du Sud par Lewis Hamilton, Sebastian Vettel, le désormais double champion du monde, a remis les pendules à l'heure en Inde, signant le meilleur temps des qualifications devant l'Anglais. Mais ce dernier, pénalisé de trois places sur la grille, abandonne la deuxième place en première ligne à Mark Webber, bien décidé à en profiter pour remporter, enfin, sa première course de la saison. L'écurie Red Bull a beau avoir déjà tout gagné cette saison, le titre constructeurs et le titre pilotes avec Sebastian Vettel, elle n'est pas encore rassasiée. Et Christian Horner, le patron de l'équipe autrichienne, loin d'être encore en vacances. Si cette saison a été beaucoup plus facile à gérer que la précédente pour lui tant Vettel a écrasé la concurrence depuis le début de l'année, Webber compris, Horner est placé devant un premier cas de conscience. D'un côté son pilote n°1 continue de courir après les records, les 14 poles sur une saison de Nigel Mansell en 1992 et les 13 victoires sur un même exercice de Michael Schumacher en 2004. De l'autre, son pilote n°2 attend toujours sa première victoire de l'année et espère encore terminer au deuxième rang de la hiérarchie pour sauver une saison bien difficile. Doit-il ou non trancher en faveur de l'un ou de l'autre ? Ou doit-il rester en retrait et laisser ses pilotes s'expliquer en course ? "Pour Mark, c'est important de terminer deuxième. Et puis ce serait bien de le voir gagner une course cette saison. L'objectif de Sebastian est lui purement statistique", résumait l'intéressé avant de rejoindre l'Inde, donnant l'impression d'avoir fait son choix. "Pour l'équipe, je pense que nous ferons tout pour aider Mark", disait-il. Tout, jusqu'à demander à Vettel de laisser passer Webber en course, abandonnant l'opportunité d'égaler le record de victoires sur une saison de Schumacher ? "Nous avons besoin d'en parler avec les pilotes, reconnaissait-il. Mais je suis persuadé que Mark voudrait remplir son objectif de son propre chef. Je ne suis pas sûr qu'il aimerait qu'on lui offre quelque chose, même si je pense que si on lui demandait, Sebastian serait d'accord pour l'aider." Alonso, Button et Hamilton en chasse Réponse de Vettel samedi après avoir signé la pole position du Grand Prix d'Inde, la 13e de sa saison, à une unité du record de Mansell : "On part demain avec Fernando derrière, Jenson pas loin. On verra demain. Il y aura pas mal de pression sur nous. Mark et moi, on veut tous les deux gagner la course." Pas le commentaire d'un pilote disposé à abandonner à autrui, qu'importe que ce soit son coéquipier, le fruit de ses efforts consentis en qualifications, un meilleur tour en 1'24"178 sur une piste inconnue de tous qui prouve à quel point il est bien l'homme le plus rapide de la saison. Horner demandera-t-il à son double champion du monde de s'effacer dimanche en course au profit de l'Australien ? Pas sûr. D'autant que ce dernier, déjà pas malheureux de récupérer la deuxième place sur la grille de départ aux dépens de Lewis Hamilton, auteur du deuxième chrono du jour mais pénalisé de trois places pour n'avoir pas respecté les drapeaux jaunes la veille, a encore trois courses pour tenter de remplir son objectif à la régulière. Et qu'une deuxième place dimanche le rapprocherait un peu plus du deuxième rang mondial, à condition déjà qu'il résiste en course à Fernando Alonso, Jenson Button et Hamilton, lancés à ses trousses. Bref, pas d'urgence comme le disait Horner : "Si jamais on se retrouve lors de la dernière course dans une situation où un changement de position pourrait tout changer, ce sera peut-être différent. Mais pour le moment ils sont libres de faire ce qu'ils veulent." Sauf de se priver d'un doublé comme ils ont pu le faire la saison dernière en Turquie...