Vettel, champion fidèle

  • A
  • A
Vettel, champion fidèle
Partagez sur :

Champion du monde en titre, Sebastian Vettel a officiellement prolongé son contrat avec l'écurie Red Bull ce lundi. Désormais lié avec l'équipe de Milton Keynes jusqu'en 2014, l'Allemand poursuit l'aventure et met ainsi un terme aux rumeurs de départ vers Ferrari. Le geste est fort de la part de Red Bull à moins de quinze jours du début de la saison 2011.

Champion du monde en titre, Sebastian Vettel a officiellement prolongé son contrat avec l'écurie Red Bull ce lundi. Désormais lié avec l'équipe de Milton Keynes jusqu'en 2014, l'Allemand poursuit l'aventure et met ainsi un terme aux rumeurs de départ vers Ferrari. Le geste est fort de la part de Red Bull à moins de quinze jours du début de la saison 2011. Vettel, champion du monde de l'intox ? L'annonce ce lundi de sa prolongation de contrat avec Red Bull pourrait en effet prêter à sourire après un hiver où les rumeurs et déclarations d'amours à la Scuderia Ferrari se sont succédées. "Je suis heureux chez Red Bull mais je rêve de Ferrari", assurait le pilote originaire de la Hesse dans la Gazzetta dello Sport le 15 février dernier. "Je serais prêt à payer un an de vacances à Fernando Alonso (pilote n°1 de l'écurie, ndlr) pour avoir une voiture rouge". Avant que, la raison aidant (accompagné d'un joli chèque ?) et le début de saison approchant, l'Allemand ne prolonge de trois ans un bail devant s'achever en 2011. L'annonce n'a en soit rien de surprenant tant "Baby Schumi" est devenu en deux saisons l'enfant de Red Bull, collant au concept marketing de la célèbre marque de boissons énergétiques: Jeunesse, dynamisme et talent. Plus jeune pilote à prendre un point en Grand-Prix (Indianapolis en 2007 sur la BMW de Robert Kubica accidenté à Montréal), à arracher une pole-position et gagner un Grand-Prix (Monza 2008 avec Toro-Rosso) puis à glaner le titre mondial (2010 pour sa deuxième saison chez Red Bull), Vettel est perçu logiquement comme l'avenir de la Formule 1. Newey devrait aussi prolonger Un futur que Vettel voit donc chez Red Bull, rejoint en 2008 après de nombreuses années passées dans les cellules de détection de la marque, notamment en Formule BMW. "La raison pour laquelle je vais rester jusqu'en 2014 avec Red Bull Racing, c'est que je me sens très à l'aise dans l'équipe", a-t-il ainsi déclaré ce lundi sur le site internet de l'écurie. "Je suis fier de faire partie de l'équipe, et je suis fier de ce que nous avons réalisé à ce jour et de ce que nous ferons dans le futur." Un choix sans doute raisonnable au vu de sa position au sein de l'écurie et conforté par les probables prolongations d'une cellule technique performante. Adrian Newey devrait d'ailleurs annoncer officiellement dans les prochains jours le renouvellement de son contrat, confirmant la poursuite de l'investissement de Red Bull en F1. Une présence et une soif de victoires dont Vettel sera la figure de proue. Déjà mis dans une situation favorable l'an dernier par rapport à son coéquipier Mark Webber (notamment à Silverstone où il avait bénéficié d'un aileron avant tout neuf prévu pour son coéquipier), l'Allemand sait qu'il est désormais le pilote numéro 1 incontestable de l'écurie basée à Milton Keynes et pas seulement en raison du chiffre désormais inscrit sur le museau de sa RB7. Mark Webber en fin de contrat en novembre 2011, l'éventuel futur coéquipier de Vettel saura à quoi s'en tenir: il sera bel et bien le numéro 2. La concurrence est prévenue. La RB7 affichant déjà un potentiel intéressant, elle sera en plus pilotée par un Vettel en pleine confiance et totalement tourné vers la piste.