Vendredi: Monfils emporté par la tornade

  • A
  • A
Vendredi: Monfils emporté par la tornade
Partagez sur :

Pilonné de coups gagnants, Gaël Monfils s'est brutalement incliné au troisième tour de l'Open d'Australie, contre le Suisse Stanislas Wawrinka (7-6, 6-2, 6-2). Le n°1 Tricolore a eu sa chance dans la première manche, avant de s'écrouler par la suite. Avec l'élimination de Richard Gasquet contre Tomas Berdych (6-2, 7-6, 6-2), Jo-Wilfried Tsonga, qui affrontera Dolgopolov samedi, est le dernier Français encore en lice dans le tableau masculin.

Pilonné de coups gagnants, Gaël Monfils s'est brutalement incliné au troisième tour de l'Open d'Australie, contre le Suisse Stanislas Wawrinka (7-6, 6-2, 6-2). Le n°1 Tricolore a eu sa chance dans la première manche, avant de s'écrouler par la suite. Avec l'élimination de Richard Gasquet contre Tomas Berdych (6-2, 7-6, 6-2), Jo-Wilfried Tsonga, qui affrontera Dolgopolov samedi, est le dernier Français encore en lice dans le tableau masculin. Décidément, Gaël Monfils a du mal à s'exporter. C'est récurrent depuis plusieurs années, le Parisien réussit ses plus gros "trucs" devant son public, à Roland-Garros ou à Bercy, mais aussi en Coupe Davis. Pour le (gros) reste, il manque encore quelque chose au n°1 Français, qui a calé, comme l'an passé, au 3e tour de l'Open d'Australie, le premier tournoi du Grand Chelem de la saison. En 2010, Monfils avait été roué d'aces et de services gagnants par John Isner. Cette fois, son bourreau aura été le revers à une main, spécialité suisse, du 19e joueur mondial (7-6, 6-2, 6-2). Wawrinka, pourtant, n'est pas un adepte des exploits en Grand Chelem. Il n'avait jamais dépassé le 3e tour à Melbourne jusqu'à aujourd'hui, et son meilleur résultat dans l'un des quatre tournois majeurs date du dernier US Open, un quart de finale perdu contre Mikhail Youzhny, après avoir sorti Murray un peu plus tôt. On aurait presque du mal à le croire, vu le niveau de jeu affiché par le Suisse sur la Rod Laver Arena. Dans ces cas-là, quand un joueur perd contre un adversaire moins bien classé (Monfils est 12e), on se demande ce qui n'a pas fonctionné, où il a raté le coche. Monfils le sait, c'est assurément dans la première manche. Quel dommage de ne jouer à son niveau que lors d'un seul set. Quel dommage, surtout de l'avoir perdu. Wawrinka affrontera Roddick en huitièmes Autant Monfils s'était mis en difficulté du seul contre De Bakker, en oubliant de démarrer son match du 1er tour avant de l'emporter en cinq sets, autant le Français a bien débuté contre Wawrinka, mieux, même, que son adversaire. Il a breaké le premier, pour mener 3-2. Il menait même 4-2 dans le tie-break, au moment du changement de côté. Mais Monfils a trouvé le moyen de perdre le set, 7 points à 4. Ou plutôt, Wawrinka a trouvé le moyen de le gagner. "Avec Stan, on se connaît par coeur, expliquait Monfils avant le match. On se voit aussi souvent en dehors du tennis. On aime nos types de jeu. C'est toujours à celui qui change, qui ose, qui provoque un peu." On ne peut pas dire que le Vaudois ait énormément varié de stratégie, pourtant. Il faut dire que sa stratégie a fonctionné à merveille. L'attaque, tout simplement. Lors des 73 minutes qu'a duré la première manche, Wawrinka a réalisé pas moins de 29 coups gagnants (pour 15 fautes directes), la plupart avec ce revers à une main, qui lui a en outre permis de trouver les angles pour balader le Français sur le court. Pilonné, agressé, Monfils n'a pas trouvé la solution. Et comme il en a la mauvaise habitude, il s'est laissé gagner par la frustration. Dès la seconde manche, des signes de lassitudes tant physiques que morales sont apparus dans les attitudes du protégé de Roger Rasheed. Il s'est mis à frapper le plus fort possible dans la balle, et même à monter régulièrement à la volée, alors que son service le lâchait (35% de premières balles dans le deuxième set). "Gagner le premier set était très important, expliquera Wawrinka après sa victoire. J'ai été un peu surpris par sa stratégie de venir monter au filet lors des 2e et 3e sets, il était probablement fatigué, peut-être pas physiquement mais dans sa tête, car il a été breaké dès l'entame, les 2e et 3e sets ont donc été plus confortables pour moi." Confortable, c'est le mot. Le Suisse s'est procuré des balles de break lors des trois premiers jeux de service dans le deuxième set ; il en a réalisé deux. Puis dans la troisième manche, Wawrinka s'est de nouveau emparé d'entrée du service de son adversaire. Jamais Monfils n'a semblé en mesure de renverser la vapeur. Il laisse donc Wawrinka aller défier Roddick en huitièmes de finale. "Je l'ai déjà rencontré trois fois et ça ne m'a pas toujours réussi", déplore le Suisse. Il avait aussi un bilan négatif contre Monfils (1-2) avant de l'affronter.