Valverde termine fort

  • A
  • A
Valverde termine fort
@ Reuters
Partagez sur :

CYCLISME - L'Espagnol a mis tout le monde d'accord en remportant le Tour de Romandie.

CYCLISME - L'Espagnol a mis tout le monde d'accord en remportant le Tour de Romandie.La course aura tenu ses promesses jusqu'au bout. Si le classement final de la 62è édition du Tour de Romandie était indécis avant la dernière étape, la gloire est revenue à un Alejandro Valverde des grands jours, sorti de son nid dans les derniers kilomètres de Sion pour décrocher la victoire d'étape mais surtout le classement général de l'épreuve suisse. Car l'Espagnol, talonnant Michael Rogers à une seconde au départ de la course ce matin, était parfaitement placé pour espérer coiffer l'Australien au poteau et enfin accrocher l'épreuve à son palmarès, lui qui avait terminé troisième en 2006 et quatrième en 2009. La victoire s'est dessinée dans les treize derniers kilomètres de l'arrivée avec une attaque d'Igor Anton, très vite rejoint par Valverde et Spilak, tous deux en course pour la gagne sur les routes suisses. A dix kilomètres du terme, un autre favori de l'épreuve rentre dans ce petit groupe, à savoir Denis Menchov, ni plus ni moins que le cinquième du général pointé à dix secondes de Rogers. Un final entre favorisLes gros bras se retrouvent donc en tête, hormis le maillot jaune pointant à 52", et l'autre Russe en course pour le classement général, Vladimir Karpets. Si les deux hommes vont combler une vingtaine de secondes de retard sur les échappés, leur effort ne sera pas suffisant pour disputer le sprint final que va justement lancer Anton. A cinq-cents mètres de l'arrivée, le puncheur espagnol place une attaque à laquelle seul son compatriote peut réagir. Plus fort en côte, plus puissant, Valverde rattrape le coureur basque d'Euskaltel puis le passe sur la ligne dans cette arrivée jugée au sommet. "C'était une journée compliqué avec les conditions météo, mais cette année je m'adapte mieux au froid et à la pluie. Les bonifications avaient beaucoup d'importance, mais je n'ai pas voulu tout risquer sur les sprints et c'est pour ça que j'ai attaqué dans la dernière montée", s'est expliqué le récent lauréat du Tour Méditerranéen aux micros des organisateurs.Un finish haletant modifiant partiellement l'ordre du podium, le trio de l'étape du jour devenant celui du classement général. Envers et contre tous, Valverde a démontré qu'il était un coureur de tempérament. Car, outre le froid et la pluie, le natif de Las Llumbreras doit toujours faire face aux accusations de dopage. Michael Rogers, lui, n'a pu rééditer sa performance de la veille où il avait parfaitement limité les dégâts. Plus rouleur que grimpeur, le coureur du Team Columbia a cette fois cédé et glisse au pied du podium, à 35" du vainqueur.