Valence, c'est du sérieux

  • A
  • A
Valence, c'est du sérieux
Partagez sur :

Derrière les intouchables Barça et Real, le FC Valence fait son trou à la 3e place de la Liga. Une belle performance, quasiment inattendue pour un club lourdement endetté et délesté de David Villa et David Silva l'été dernier. Les hommes d'Unai Emery sont à prendre au sérieux. Ils ont un beau coup à faire, dès mardi, contre Schalke 04 en Ligue des champions.

Derrière les intouchables Barça et Real, le FC Valence fait son trou à la 3e place de la Liga. Une belle performance, quasiment inattendue pour un club lourdement endetté et délesté de David Villa et David Silva l'été dernier. Les hommes d'Unai Emery sont à prendre au sérieux. Ils ont un beau coup à faire, dès mardi, contre Schalke 04 en Ligue des champions. Ça n'aurait pu être qu'une saison de transition. Mais le FC Valence, endetté jusqu'au cou, et obligé de se séparer de ses David champions du monde, Villa et Silva, est complètement dans les clous pour réussir une très bonne saison, au regard de ses ambitions. Clairement, le club 'ché' n'avait pas cette année, et n'est pas prêt d'avoir, les moyens du FC Barcelone et du Real Madrid. Dès lors, le mieux que pourraient faire les joueurs à la Chauve-souris cette année serait de terminer troisième voire quatrième de Liga et surtout aller le plus loin possible dans la très lucrative Ligue des champions. A la mi-février, Valence est plus que dans les temps. Les coéquipiers de David Navarro sont troisièmes de Liga depuis ce week-end, devant Villarreal, avec une marge importante (9 points) sur l'Athletic Bilbao, cinquième. Eliminés en 1/8e de finale de Coupe du Roi, les Valencianistas se sont extirpés sans difficulté du modeste groupe C de la Ligue des champions, derrière Manchester United, et devant les Rangers et Bursaspor. Un quart de finale dans la compétition la plus relevée d'Europe serait même loin d'être utopique, puisque le tirage au sort a fait de Schalke 04 l'adversaire de Valence en huitièmes, avec match aller ce mardi au Mestalla. Bref, si les finances du club sont dans le rouge, les voyants sportifs sont au vert. Le retour de Raul Sa bonne forme, Valence le doit certainement à un recrutement réussi l'été dernier. Aritz Aduriz (9 buts en Liga) et l'imposant Roberto Soldado (6 buts en championnat, 5 en Ligue des champions) donnent pleinement satisfaction, tout comme l'Argentin Tino Costa. Dans un collectif homogène, l'ancien montpelliérain est le dépositaire du jeu valencian, avec le talentueux Mata. La patte gauche de Costa, buteur à l'occasion (4 réalisations en Liga), fait des ravages sur les coups de pied arrêtés, et permet de sublimer le collectif du sorcier Unaï Emery. Depuis qu'ils ont validé leur place en huitièmes de finale de la Ligue des champions, les coéquipiers de Jérémy Mathieu planent : 23 points sur 27 possibles. Schalke 04, prochain adversaire de Valence, est prévenu. Mais s'il considère que "le troisième de Liga est forcément une équipe solide", Felix Magath a retenu quelque chose de la lecture des statistiques d'avant-match. "Les équipes espagnoles ont toujours du mal contre les équipes allemandes", a assuré le technicien allemand en conférence de presse lundi. C'est d'autant plus vrai pour Valence, qui reste sur cinq nuls et une défaite contre des visiteurs germaniques. Mais Schalke est peut-être l'équipe la plus hispanophone de Bundesliga, avec Metzelder (ex-Real Madrid), Jurado (ex-Atletico) et bien sûr l'incontournable Raul. Lequel revient jouer en Espagne pour la première fois depuis son départ du Real l'été dernier. Un événement de l'autre côté des Pyrénées.