Valbuena piaffe d'impatience

  • A
  • A
Valbuena piaffe d'impatience
Partagez sur :

Des 26 joueurs retenus pour la tournée dans l'Est, Mathieu Valbuena fait partie des quatre qui sont assurés de débuter jeudi contre la Pologne, parce que n'ayant à ce jour pas disputé la moindre minute de jeu. Autant dire que le Marseillais est pressé de renouer avec la sélection, lui qui l'avait quittée sur blessure, pour redevenir le titulaire qu'il était fin 2010.

Des 26 joueurs retenus pour la tournée dans l'Est, Mathieu Valbuena fait partie des quatre qui sont assurés de débuter jeudi contre la Pologne, parce que n'ayant à ce jour pas disputé la moindre minute de jeu. Autant dire que le Marseillais est pressé de renouer avec la sélection, lui qui l'avait quittée sur blessure, pour redevenir le titulaire qu'il était fin 2010. Au tour de Valbuena ? Après les exploits à Donetsk des néophytes, Younès Kaboul mais surtout Marvin Martin (sans oublier Kevin Gameiro, auteur de son premier but pour sa quatrième sélection), la dernière rencontre amicale de la tournée de l'Est de l'équipe de France permettra jeudi à quatre joueurs de faire leurs débuts, dont Mathieu Valbuena. Objet d'une surveillance médicale approfondie en début de stage en raison d'une légère blessure au genou, survenue à Caen lors de la dernière journée de Ligue 1, le Marseillais est désormais à 100% de ses moyens et forcément impatient de porter de nouveau une tunique bleue qu'il n'a plus endossée depuis la fin de l'année et sa prestation très aboutie à Wembley contre l'Angleterre (2-1). La faute à une blessure au genou gauche survenue en fin d'année qui l'a laissé sur le flanc trop longtemps pour postuler à un retour en Bleu en mars dernier pour les rencontres face au Luxembourg et à la Croatie. "C'est tout à fait normal, je ne suis pas encore tout à fait rétabli, confiait-il d'ailleurs au moment de commenter sa non-sélection. Je le savais avant et c'est tout à fait légitime. J'ai eu une grosse blessure à un genou et il a fallu du temps. Mais je travaille dur à l'entraînement et je suis déterminé pour revenir". Ce qu'il a réussi à faire au prix d'une bonne fin de saison qui lui a valu un rappel en Bleu, mais plus dans un rôle de titulaire qu'il tenait au moment de sa blessure, lui qui avait enchaîné trois matches de rang en débutant face à la Bosnie, la Roumanie puis l'Angleterre, deuxième but à Wembley à la clé. "Martin, un bon exemple" Du coup, le Marseillais a dû ronger son frein pendant les deux premières rencontres de cette tournée, mais pas question pour lui, qui ne compte après tout que 7 sélections, la première il y a un an face au Costa Rica, de ruer dans les brancards. "Pendant ce stage, le coach voulait voir pas mal de monde, il y a eu un match très important contre la Biélorussie, maintenant, c'est clair que j'ai très envie de jouer", a confié ce mercredi le lutin phocéen qui, même s'il s'en défend, sait qu'il aurait pu perdre gros lors de ses six mois sans sélection. "Ça fait partie du foot, c'est vrai qu'avant, ça s'est bien passé, j'ai souvent été décisif. Après, une blessure m'a contraint à abandonner l'équipe de France. Il y a beaucoup de concurrence et de très bons joueurs en équipe de France, j'ai essayé de revenir le plus vite possible, à moi de me battre, sans pression particulière." Au vu des performances des nouveaux alignés lundi dernier à Donetsk, Valbuena n'ignore pas que la barre est mise assez haute et que la pression sera bel et bien là. "Ceux qui devaient fêter leur première sélection l'ont fait et de quelle manière", a rappelé Laurent Blanc mercredi, comme pour mieux faire comprendre qu'il attendait autant des joueurs qui seront alignés jeudi sur la pelouse du stade du Legia Varsovie, avant d'insister, au détour d'une question sur la performance de Marvin Martin, sur l'état d'esprit qu'il attend de ses joueurs, anciens ou nouveaux: "Je souhaite que tout le monde rentre dans cette philosophie, il (Martin) a osé, il a pris des risques, c'est ce que je veux que les joueurs fassent, surtout quand ils sont inexpérimentés au niveau international, c'est un bon chemin à suivre." Alors Valbuena, le Martin de Varsovie ? Pourquoi pas, le Marseillais, lui aussi buteur pour sa première sélection, commentant, à propos de la performance du Sochalien lundi dernier: "Je suis très content pour lui, il est arrivé, très discret, avec beaucoup d'humilité, et il reste le même, timide, réservé, qui ne parle pas trop, mais ça fait super plaisir de voir ce qu'il a fait en un quart d'heure. Il a mis de l'audace, de la folie, sans jouer avec le frein à main. Sa rentrée a réuni tous ces éléments, le coach nous répète sans cesse de se lâcher d'oser, il ne s'est pas pris la tête, je pense que c'est un bon exemple." Un exemple dont Valbuena serait bien inspiré de se servir jeudi...