Valbuena, le moteur de l'OM

  • A
  • A
Valbuena, le moteur de l'OM
Partagez sur :

Il n'avait plus démarré de rencontre depuis la 20e journée de Ligue 1 et une victoire face à Bordeaux. Dimanche soir, c'est de nouveau en tant que titulaire que Mathieu Valbuena a foulé la pelouse du Vélodrome, lors de la victoire de l'OM face au PSG (2-1). Remplaçant Lucho Gonzalez dans un rôle de meneur de jeu plus axial, "Petit Vélo" a apporté mobilité et fluidité au jeu phocéen, étant également à l'origine des deux buts olympiens.

Il n'avait plus démarré de rencontre depuis la 20e journée de Ligue 1 et une victoire face à Bordeaux. Dimanche soir, c'est de nouveau en tant que titulaire que Mathieu Valbuena a foulé la pelouse du Vélodrome, lors de la victoire de l'OM face au PSG (2-1). Remplaçant Lucho Gonzalez dans un rôle de meneur de jeu plus axial, "Petit Vélo" a apporté mobilité et fluidité au jeu phocéen, étant également à l'origine des deux buts olympiens. "On essaie d'apporter un peu de vie." A la mi-temps du Clasico face au PSG, Mathieu Valbuena confiait au micro de Canal+ les intentions marseillaises, davantage portées vers l'avant qu'à l'accoutumée. Et pour cause, sous l'impulsion de l'international français, la troupe de Didier Deschamps est allée droit au but, un dicton qui était devenu un peu poussiéreux ces dernières semaines. Placé sur le papier à droite du trio de l'entrejeu, pendant de Benoît Cheyrou à gauche, "Petit Vélo" s'est en fait mué en meneur de jeu axial, n'ayant de cesse de dynamiser l'attaque phocéenne et servant de catalyseur au milieu des Loïc Rémy, André-Pierre Gignac et autre André Ayew. Sorti à la 62e minute, remplacé par Lucho Gonzalez, le créateur tricolore a également brillé par son absence, l'OM ne trouvant plus aucun liant après coup. Une protection de balle parfaite Surtout, l'ancien Pingouin de Libourne Saint-Seurin s'est attelé à jouer verticalement, démontrant s'il le fallait l'importance de sa protection de balle. Malgré un état physique encore en dents de scie, le milieu de terrain de 26 ans n'a jamais rechigné à aller au contact, quand certains joueurs semblent tétanisés à l'idée de retrouver les chocs de la Ligue 1 après une longue blessure. Lors d'une joute aussi intense qu'un Clasico, ce trait de caractère vaut la peine d'être souligné. D'autant plus que c'est en poussant jusqu'au bout ses actions, malgré des charges adverses plutôt saillantes, que Mathieu Valbuena a été à l'origine des deux buts marseillais. En première période, l'homme aux sept sélections en bleu obtenait notamment un très bon coup franc plein axe, à 25 mètres du but gardé par Grégory Coupet, poussant Christophe Jallet à la faute. Une sentence conclue en but par le magnifique coup franc de Gabriel Heinze (1-0, 16e). Et dans la foulée de l'égalisation parisienne (par Clément Chantôme à la 27e minute), "Petit Vélo" remettait un coup de braquet pour décaler Gignac, futur passeur décisif pour Ayew (2-1, 35e), alors que Mamadou Sakho allait forcément le sécher. Avec ou sans Lucho ? Courageux et collectif, Valbuena a rendu une copie très propre à un poste axial qui lui sied tout à fait. C'est d'ailleurs dans cette position qu'Eric Gerets l'avait lancé dans le grand bain à Liverpool, le soir où il s'était révélé aux yeux de l'Europe. Cette saison, également, il avait brillé sur la pelouse du Spartak Moscou (0-3) en Ligue des champions, dans un rôle de numéro 10 qu'il avait parfaitement assumé. Reste à savoir comment le onze majeur de l'OM va se dessiner lors du sprint final de la Ligue 1. Alors qu'il reste dix journées à disputer, les Phocéens pointent au second rang de l'élite, à quatre longueurs du leader lillois, et vont devoir utiliser toutes les forces vives pour conserver leur titre de champion de France. A cet effet, la forme vacillante d'un Lucho Gonzalez pourrait pousser Didier Deschamps à donner plus de responsabilités à son lutin du milieu. Évincé de la dernière liste de Laurent Blanc, Mathieu Valbuena n'attend que ça...