Uruguay et Pays-Bas ouvrent le bal

  • A
  • A
Uruguay et Pays-Bas ouvrent le bal
@ Reuters
Partagez sur :

CM 2010 - L'Uruguay et les Pays-Bas vont se disputer le premier ticket pour la finale.

CM 2010 - L'Uruguay et les Pays-Bas vont se disputer le premier ticket pour la finale. Invaincus. A l'heure d'affronter l'Uruguay, mardi (20H30), à l'occasion de la première demi-finale de la Coupe du monde 2010, les Pays-Bas surfent sur une série ininterrompue de victoires (en rencontres officielles) depuis les éliminatoires jusqu'au dernier carré du Mondial sud-africain. Un record disputé par aucune autre nation encore en lice dans la compétition. De quoi gonfler la confiance des Oranje et l'enthousiasme de leurs supporters. "Je comprends tout à fait l'euphorie au pays. C'est même beau, confie le sélectionneur néerlandais Bert Van Marwijk sur le site de la FIFA, mais ce genre de situation s'est déjà produit par le passé et les gens avaient ensuite été déçus". Les années 1970, grandes pourvoyeuses de joies et de désillusions pour le football néerlandais, reviennent évidemment à l'esprit. Les éditions 1974 et 1978 avaient ainsi vu les Pays-Bas atteindre la finale par deux fois consécutivement, échecs à la clé. Egaler puis dépasser leurs glorieux aînés, Sneijder et consorts en rêvent. "Il faut prendre le duel face à l'Uruguay très au sérieux, rappelle Van Marwijk. Mentalement, c'est difficile de se remettre dans le bain après un succès contre le Brésil, note le technicien néerlandais bien conscient qu'un excès de confiance pourrait bien être néfaste pour ses troupes. "Cela fait deux ans maintenant que j'essaie de faire comprendre aux joueurs que pour être champions du monde, ils doivent briller dans la régularité sans jamais se relâcher", confie Van Marwijk. Face à eux, l'Uruguay devra également faire fi de son prestigieux passé pour écrire un nouveau chapitre de son histoire en Coupe du monde. Double championne du monde, la Celeste, sacrée en 1930 et 1950, n'a plus goûté aux joies d'une finale d'un Mondial depuis 60 ans ! "Je ne sais même pas ce qui se passerait si on arrivait à réaliser ce qu'a réalisé l'équipe de 1950", souligne le sélectionneur sud-américain Oscar Tabarez, on considère toujours ces champions comme des idoles". Privé de l'un de ses joueurs clé, Luis Suarez - suspendu pour un main sur une action de but face au Ghana au tour précédent -, le technicien de la Celeste note : "s'il y a une lueur d'espoir, nous allons nous y accrocher." Diego Forlan, auteur de trois buts jusque là, portera en grande partie sur ses épaules les aspirations uruguayennes. Jean-Alain Boumsong, consultant Europe 1, présente Uruguay - Pays-Bas et insiste sur le rôle de Mark van Bommel. Propos tenus lundi soir dans "Bienvenue au club" au micro de Pierre-Louis Basse.