United revient de loin

  • A
  • A
United revient de loin
Partagez sur :

Mené de deux buts à dix minutes de la fin, Manchester United est parvenu à arracher le point du match nul sur la pelouse d'Aston Villa (2-2), ce samedi, lors de la 13e journée de Premier League. Macheda (81e) et Vidic (85e) ont tiré les Red Devils d'un bien mauvais pas. Mais au classement, ce résultat n'arrange pas vraiment les joueurs d'Alex Ferguson.

Mené de deux buts à dix minutes de la fin, Manchester United est parvenu à arracher le point du match nul sur la pelouse d'Aston Villa (2-2), ce samedi, lors de la 13e journée de Premier League. Macheda (81e) et Vidic (85e) ont tiré les Red Devils d'un bien mauvais pas. Mais au classement, ce résultat n'arrange pas vraiment les joueurs d'Alex Ferguson. Le verre est-il à moitié vide, où à moitié plein ? Au terme du match nul entre Aston Villa et Manchester United (2-2), samedi pour le compte de la 13e journée de premier League, il y a deux grilles possibles pour analyser le match des Red Devils. La première est surtout statistique. Avec ce septième match nul de la saison, les hommes de Sir Alex Ferguson restent en effet la seule équipe invaincue dans le championnat. D'un point de vue plus particulier, cela fait également 15 ans et 26 matches toutes compétitions confondues que MU n'a plus perdu à Villa Park. Il y a aussi ces deux buts en fin de match, synonymes d'égalisation. Deux buts signées Macheda (81e) et Vidic (85e), symboles d'une équipe qui a de la ressource, et qui compte bien lutter jusqu'au bout pour le titre en Premier League. Un renouveau dans la rencontre provoqué par les entrées en jeu du buteur italien et d'un autre espoir du club, Gabriel Obertan. Incisif, le Français s'est montré sous son meilleur jour, libéré de toute pression. Une prestation qui devrait encourager son coach à lui faire plus confiance à l'avenir. Où es-tu, Berbatov ? Un ressenti renforcé par la méforme des titulaires. Car le verre est aussi à moitié vide. Pendant 75 minutes, les Mancuniens ont souffert le martyr face à une équipe de Villa rajeunie par les blessures. Il y a tout d'abord ce duo offensif invisible. Si la performance d'Hernandez est tout juste passable, Berbatov n'a été que l'ombre de lui-même, traînant sa nonchalance autant que ses pieds aux quatre coins du terrain. Le Bulgare s'est même permis de rater un face à face avec Friedel (17e) pour mieux rappeler que le retour de Rooney devient de plus en plus urgent. Et si les attaquants axiaux ont été catastrophiques, les ailiers n'ont pas donné leur part au chien non plus. Incapables de faire la différence, Nani et Park ont délaissé leurs latéraux, livrés à la vitesse des milieux adverses, Downing et Albrighton en tête. Le premier marquera même le deuxième but, sur un service du premier (76e). Un but venu du côté d'un Brown à côté de ses pompes, et coupable sur le penalty transformé un peu plus tôt par Young (72e). Au final, le point du match nul est mérité, mais la prestation des Red Devils inquiète, et il faudra mieux faire pour lutter jusqu'au bout avec les Blues.