Unis par le même maillot

  • A
  • A
Unis par le même maillot
Partagez sur :

Tout au long de cette VIIe Coupe du monde, notre site vous fait vivre au plus près de l'équipe de France. Tout ce qu'il faut savoir de l'actualité tricolore est à suivre au quotidien dans le Journal des Bleus. La victoire face à l'Angleterre s'est sans doute aussi dessinée à l'occasion d'une remise des maillots pleine d'émotions, où les "toasties" ont touché au coeur les titulaires. Lièvremont a apprécié la visite de David Douillet, les leaders continuent l'analyse vidéo sans le staff et Yachvili doit se ménager.

Tout au long de cette VIIe Coupe du monde, notre site vous fait vivre au plus près de l'équipe de France. Tout ce qu'il faut savoir de l'actualité tricolore est à suivre au quotidien dans le Journal des Bleus. La victoire face à l'Angleterre s'est sans doute aussi dessinée à l'occasion d'une remise des maillots pleine d'émotions, où les "toasties" ont touché au coeur les titulaires. Lièvremont a apprécié la visite de David Douillet, les leaders continuent l'analyse vidéo sans le staff et Yachvili doit se ménager. Dans la trajectoire à ce point torturée de cette équipe de France, il restera l'apéro-électro-choc d'un lendemain de défaite à Wellington. Cela fait partie de l'intimité des Bleus et de ces instants d'exception dans la vie d'un groupe, qui permettent de construire les grandes victoires. A n'en pas douter, celle sans appel acquise samedi, à l'Eden Park, sur l'Angleterre (19-12) en quarts de finale de la Coupe du monde, aura trouvé une partie non négligeable de sa genèse lors d'une remise des maillots particulièrement émouvante. Lorsque les joueurs écartés de la feuille de match, ces fameux "toasties", auquel on rebute à donner ce nom tant il minimise leur part dans l'aventure, ont chacun remis la tunique bleue au titulaire de leur poste. "Le staff a laissé les joueurs, qui n'étaient pas dans le groupe nous remettre les maillots, décrit ainsi William Servat au comble de l'émotion encore après le match. Et ça, pour moi, c'est quelque chose qui touche quand Guilhem Guirado me remet mon maillot avant mon match. Par respect pour lui, ça me donne envie d'être à la hauteur. Parce que je le respecte, simplement. De le redire, j'en ai des frissons. C'est quelque chose, je vous assure, c'est quelque chose..." La gorge se noue, les mots se perdent: la Bûche ou de l'émotion à l'état brut. Pascal Papé, qui à l'image des 23 joueurs présents sur la pelouse de l'Eden Park, sut tout autant se sublimer, confirme pudiquement la scène, soucieux de préserver une part du jardin secret: "C'était entre nous, un moment assez intense." Et si le groupe s'est figé, au moment, paradoxe ultime, où il touchait le fond face aux Tonga, alors surtout n'oublier personne sur le bord de la route... Servat, samedi, aura pris soin d'aller chercher son jeune coéquipier toulousain Jean-Marc Doussain, une ombre parmi les ombres depuis son arrivée mouvementée en Nouvelle-Zélande, pour savourer le tour d'honneur: "Il a remis le maillot lui aussi, il était tout gêné d'ailleurs et qu'il soit gêné, ça montre ses qualités. C'est beau, je trouve ! Je pense que c'est à travers de mecs comme lui que l'avenir du rugby est florissant." C'est sans doute à travers aussi ce genre d'instants que le rugby se préserve encore. Mais aussi: La visite de Douillet a pesé Si certains, décidément soucieux de taquer la petite bête n'importe où, ont pu laisser sous-entendre que David Douillet, débarqué spécialement en Nouvelle-Zélande en sa qualité de nouveau Ministre des sports, pour assister au quart de finale des Bleus face à l'Angleterre, avait pu être boudé par l'équipe de France, Marc Lièvremont a apporté un démenti formel à cette rumeur infondée , le sélectionneur allant même jusqu'à souligner la portée du discours de l'ancien judoka sur ses troupes avant la victoire sur le XV de la Rose: "On a apprécié la visite de David Douillet, on était ravi de l'avoir. Nous, on n'a pas reçu le Ministre des Sports, on a reçu l'ancien champion. Il a passé un bon moment avec nous, on a bien échangé de manière très simple ; j'ai particulièrement apprécié les mots qu'il a dits aux joueurs parce que ce n'était pas les mots d'un politique, c'était les mots d'un ancien champion." Leaders, "débrief'" et vidéo "Il y a une nuance entre prendre le pouvoir et se responsabiliser." Marc Lièvremont, qu'on se le dise, s'il a pu par son discours sembler confier "les clés du camion" tricolore à ses joueurs avant le quart de finale face à l'Angleterre, n'a certainement pas abdiquer tout pouvoir au sein de son groupe. Bien au contraire. Simplement a-t-il souhaité voir enfin ses joueurs prendre leurs destin en mains: "Ils l'ont fait et c'est ce que je prône depuis pas mal de temps, explique-t-il, Je leur ai demandé de continuer. Par exemple dans la continuité de ce que je leur ai proposé, moi, j'ai revu le match, mais les leaders, un petit groupe de joueurs, vont se réunir, le revoir ensemble, le débriefer ensemble et livrer leurs impressions collectivement, sans moi." Autour de Dusautoir, Harinordoquy, Servat ou encore Nallet vont tenter de débusquer les points à travailler avant la demi-finale face aux Gallois. Quoi de neuf, Doc' ? Déjà plus circonspect que la veille, à l'issue du match, Marc Lièvremont a donné ce dimanche matin, en conférence de presse, des nouvelles de son demi de mêlée, Dimitri Yachvili, victime d'une contusion à la cuisse face à l'Angleterre (19-12). Si un forfait du Biarrot face au Pays de Galles n'est en aucun cas envisagé à ce jour, ce dernier sera ménagé tout au long de la semaine à venir, comme l'avaient été avant le match face à l'Angleterre Aurélien Rougerie -qui a un petit peu mal encore...- et Thierry Dusautoir, a précisé le sélectionneur tricolore, dont la composition pour affronter le Pays de Galles samedi, en demi-finales de la Coupe du monde, sera dévoilée mardi matin (02h00, heure française). "Au niveau du timing et du programme de la semaine, ce sera identique à la semaine passée, si ce n'est qu'on a gagné un jour supplémentaire quelque part puisqu'on avait fait notre troisième mi-temps le dimanche, là, on ne l'a faite que le samedi." Consulter: Tout LE JdB...