Une saison, dix questions

  • A
  • A
Une saison, dix questions
Partagez sur :

A l'aube de la nouvelle saison de Ligue 1, qui pourrait voir émerger un "Big Four" à la française, difficile de ne pas déjà s'interroger sur les surprises, bonnes ou mauvaises, que le championnat réserve. Qui terminera meilleur buteur ? Qui sera le flop ? Toutes les questions qu'il faut se poser avant la première journée.

A l'aube de la nouvelle saison de Ligue 1, qui pourrait voir émerger un "Big Four" à la française, difficile de ne pas déjà s'interroger sur les surprises, bonnes ou mauvaises, que le championnat réserve. Qui terminera meilleur buteur ? Qui sera le flop ? Toutes les questions qu'il faut se poser avant la première journée. 1. Peut-on parler d'un "Big Four" à la française ? Le quatuor de tête de la saison dernière, avec, dans l'ordre, Lille, Marseille, Lyon et Paris, est encore attendu au commet. Être champion ne suffit pas pour rester au top, Bordeaux peut en témoigner, mais le Losc a compensé les départs de Rami, Cabaye et Gervinho par les arrivées de Basa, Pedretti et Payet, ce qui en fait toujours un favori. L'OM, déchu de son titre, et l'OL, revanchard, ont sur le papier les arguments pour jouer les premiers rôles. Quant au PSG, il s'est suffisamment renforcé avec Gameiro, Ménez, Matuidi et Sissoko pour, au moins, accrocher le podium. Derrière, peu d'équipes semblent en mesure de titiller ces quatre-là. Ce championnat pourrait donc être passionnant mais à double vitesse. 2. Qui terminera meilleur buteur ? Contrairement aux années précédentes, les meilleurs buteurs de la saison dernière n'ont pas tous fui à l'étranger. Moussa Sow est resté à Lille, Lisandro Lopez à l'OL, Loïc Rémy à l'OM, Grégory Pujol à Valenciennes, Kevin Gameiro a signé au PSG et Sochaux a conservé Modibo Maïga. Autant de joueurs qui seront donc attendus au tournant cette saison, sachant que certains comme André Ayew (Marseille) ou Olivier Giroud (Montpellier) peuvent exploser et que d'autres comme Florent Sinama-Pongolle (Saint-Etienne) ou Jérémie Aliadière (Lorient) peuvent ressusciter. Parmi ces joueurs-là figure sans doute le prochain meilleur finisseur du championnat. A moins qu'un gros client arrive avant la fin du mercato. 3. Quelles seront les révélations de l'année ? Si Mamadou Sakho (PSG) et Marvin Martin (Sochaux), notamment, ont montré de très belles choses en 2010-11, d'autres jeunes peuvent éclore cette saison. Jordan Ayew, par exemple, a déjà eu l'occasion de s'illustrer mais pourrait bien s'imposer à la manière de son frère aîné, André. A Montpellier, Rémy Cabella aura aussi du temps de jeu pour s'épanouir dans l'entrejeu, tout comme Benjamin Corgnet, arrivé tard au football, à Dijon. Auteur de trois buts en sept apparitions la saison dernière à seulement seize ans, M'Baye Niang est attendu comme l'une des révélations du côté de Caen. Un joueur comme Sébastien Corchia, recruté par Sochaux, devra aussi montrer que son potentiel est intact après une année passée en Ligue 2, au Mans. 4. Quel entraîneur sera licencié le premier ? Le marché a été si animé du côté du PSG qu'Antoine Kombouaré est désormais assis sur des braises. La moindre mauvaise passe et l'entraîneur parisien pourrait sauter. Mais vu l'effectif à sa disposition, il peut espérer que les résultats suivent et ne devrait pas être le premier menacé. Il faut plutôt regarder ailleurs, à Sochaux par exemple, où Mécha Bazdarevic aura la lourde tâche de faire aussi bien qu'en 2010-11, saison que le FCSM a conclue à une surprenante cinquième place. Avec la Ligue Europa à gérer en plus, les Lionceaux risquent d'avoir du mal à confirmer. A Evian Thonon Gaillard, Bernard Casoni a également du souci à se faire vu que ses dirigeants lui mettaient déjà la pression l'an passé alors que le club était en tête de la Ligue 2... 5. Que va-t-il se passer avant la fin du mercato ? Depuis le début de l'été, tous les regards sont tournés vers le PSG. Il n'y a pas de raison que ça change jusqu'à la fin du mois d'août. A Paris, les grandes manoeuvres ne sont pas encore finies. Javier Pastore est attendu dans les prochaines heures et un autre attaquant pourrait débarquer (Marco Borriello, Dimitar Berbatov). Mevlut Erding, voire Guillaume Hoarau, risquent donc de ne plus avoir de place. A Marseille, le départ le plus probable est celui de Lucho Gonzalez. Il faciliterait alors l'arrivée d'un attaquant de renom qui boucherait un peu plus l'horizon d'André-Pierre Gignac. Lyon, qui n'a toujours pas recruté, espère se renforcer avec l'arrivée de Delvin Ndinga. Bordeaux, plutôt discret jusque-là, pourrait aussi bouger si le début de saison est compliqué. 6. Les promus sont-ils trop tendres ? On dit parfois que l'euphorie de la montée peut aider à se maintenir en Ligue 1. Ça n'a pas vraiment été le cas pour Arles-Avignon, redescendu illico presto. Evian Thonon Gaillard, champion de Ligue 2, espère éviter ce scénario et s'est renforcé avec des joueurs d'expérience comme Jérôme Leroy et Sidney Govou. Dijon aussi a pas mal recruté avec notamment Grégory Thil, Daisuke Matsui, Abdoulaye Meité ou même Younousse Sankharé. Suffisant pour se maintenir parmi l'élite, où Ajaccio aura du mal à rester ? Il faut espérer pour eux que d'autres équipes, comme Nancy, Nice ou Caen, soient mal en point. Malgré tout, voir les trois promus relégués est rare. Leur chance est peut-être là... 7. Qui sera le bide de la saison ? Les déceptions viennent souvent de ceux dont on attendait énormément. André-Pierre Gignac, qui s'est perdu lors de sa première saison à Marseille, ou Yoann Gourcuff, recruté à prix d'or par Lyon sans jamais briller, en savent quelque chose. Les grosses recrues parisiennes, Jérémy Ménez ou Javier Pastore s'il signe, n'auront donc pas intérêt à se louper. Idem pour Dimitri Payet qui, en rejoignant Lille, sera forcément plus exposé qu'à Saint-Etienne, où Florent Sinama-Pongolle aura des choses à prouver. Mais le bide de la saison pourrait aussi être sur le banc: Rémi Garde est-il vraiment l'homme de la situation à Lyon ? Francis Gillot a-t-il les épaules pour entraîner Bordeaux ? 8. Y aura-t-il enfin du spectacle en Ligue 1 ? Le reproche du faible nombre de buts inscrits par journée est souvent fait au championnat de France. A raison. Mais l'arrivée de joueurs d'envergure, au Paris Saint-Germain notamment, et le fait que la Ligue 1 soit parvenue à conserver la majorité de ses principaux acteurs en 2010-11, dont Eden Hazard, laissent présager une saison prometteuse. Espérons juste que le sacre du Losc, qui a développé un beau football en obtenant des résultats, ait bouleversé les mentalités et que certaines équipes, même mal classées, préfèreront prendre des risques plutôt que bétonner en défense pour grappiller un point par-ci par-là. Que l'enjeu prenne le pas en fin de saison, pourquoi pas. Mais un peu de folie ne serait pas du luxe. 9. La lutte pour le maintien sera-t-elle aussi âpre qu'en 2010-11 ? C'est avec 45 points en poche que Nice, premier non relégable à l'issue de la 38e journée de la saison dernière, a acquis son maintien. Bordeaux, septième, n'en avait que six de plus... La fameuse barre symbolique des 42 points que les entraîneurs visent n'est plus une réalité mathématique, surtout si quatre clubs dominent réellement le championnat. L'homogénéité des équipes de milieu de tableau et le fait qu'aucun promu, hormis peut-être Ajaccio, ne semble être un ton en-dessous comme avait pu l'être Arles-Avignon risque de rendre la lutte pour le maintien aussi disputée que celle pour le titre. Personne ne s'en plaindra, surtout pas les diffuseurs. 10. L'arbitrage sera-t-il au niveau ? Véritable talon d'Achille du football français, l'arbitrage sera encore au coeur de toutes les polémiques cette saison. C'est inévitable. Reste à savoir si ces polémiques seront aussi nombreuses que la saison dernière. Selon Bruno Derrien, "Clément Turpin est l'espoir de l'arbitrage français", mais aussi l'arbre qui cache la forêt. "On a besoin d'une locomotive, voilà quelqu'un qui pourrait l'être, espère-t-il. Depuis 1986, aucun arbitre français n'a dirigé de finale de Ligue des champions, et plus généralement de Coupe d'Europe depuis 2001, avec Gilles Veissière. Clément Turpin perce, mais il faut aussi le protéger, il est très jeune."