Une leçon de Tango

  • A
  • A
Une leçon de Tango
Partagez sur :

Battu par Tarbes en finale de la LFB l'an passé, Bourges est bien parti pour reconquérir le titre de champion de France. Lors du match aller, disputé ce dimanche soir sur le parquet du TGB, les Berruyères l'ont emporté sans trembler (71-53). Elles auront l'occasion de conclure jeudi prochain au Prado, avant une belle éventuelle deux jours plus tard. Toujours dans leur salle.

Battu par Tarbes en finale de la LFB l'an passé, Bourges est bien parti pour reconquérir le titre de champion de France. Lors du match aller, disputé ce dimanche soir sur le parquet du TGB, les Berruyères l'ont emporté sans trembler (71-53). Elles auront l'occasion de conclure jeudi prochain au Prado, avant une belle éventuelle deux jours plus tard. Toujours dans leur salle. Les deux confrontations entre Bourges et Tarbes, en saison régulière, laissaient présager une finale de LFB disputée. Mais le match aller, disputé ce dimanche soir sur le parquet du TGB, a été à sens unique en faveur des Berruyères (71-53). "On a été dominé dans l'aspect athlétique et dans la dureté du jeu, a regretté sur Sport+ la meneuse de jeu des championnes de France. On a l'impression que [Bourges] est une équipe qui arrive en forme pour jouer le titre alors que nous, on est en bout de course." Un constat qui peut paraitre sévère, car sans doute teinté de frustration, mais qui est confirmé par quelques chiffres accablants pour les Tarbaises. Les filles d'Alain Jardel ont effectivement perdu bien trop de ballons (21 contre 14 pour leurs adversaires) et fait preuve de passivité en défense pour espérer quoique ce soit dans ce premier acte. Les Tango, guidées par Endene Miyem (14 points, 4 rebonds) et Paoline Salagnac (14 points, 2 rebonds), en ont profité pour punir leurs hôtes d'une adresse redoutable (53%) Lepron: "C'est notre boulot d'espérer...""En première mi-temps, on leur a laissé des tirs où elles voulaient les prendre, et il y a aussi au un problème au rebond, a déploré Florence Lepron. Elles ont fait exactement ce qu'elles voulaient. Elles nous ont fait un récital de zone pendant trois bonnes minutes. On a toujours été en retard. Mais bon, on espère encore. C'est notre boulot d'espérer..." Ce que les Pyrénéennes n'ont pas eu l'occasion de faire lors de ce match aller, que les joueuses de Pierre Vincent ont démarré pied au plancher grâce notamment à la réussite lointaine de Jennifer Digbeu (18-11, 10e). Une réussite qui n'a pas quitté les Berruyères, qui ont rejoint les vestiaires avec dix points d'avance (36-26, 20e) avant de creuser davantage l'écart dans le troisième quart à la faveur d'un 8-0 (44-26, 23e). La timide réaction du TGB, sous l'impulsion de Brooke Smith (13 points, 8 rebonds) et Roneeka Hodges (10 points, 2 rebonds), n'a rien changé. "L'équipe peut être fière de ce qu'elle a fait, on avait envie de venir gagner ici mais il reste un match à remporter, a déclaré Paoline Salagnac. On a essayé de suivre le plan qu'avait dicté le coach, on a respecté les consignes. A nous de remettre ça dès jeudi." Ce sera au Prado, où les Tango auront l'occasion de prendre leur revanche sur la finale de l'an dernier.