Une frayeur pour commencer

  • A
  • A
Une frayeur pour commencer
Partagez sur :

L'Euro 2011 débute laborieusement pour l'équipe de France en Lituanie. Opposés à la Lettonie, l'équipe supposée la plus faible du groupe B, les hommes de Vincent Collet, menés à la pause, ont longtemps souffert face aux shooters baltes avant de faire la différence en seconde période (89-78). Les Bleus peuvent déjà remercier Tony Parker, auteur de 31 points.

L'Euro 2011 débute laborieusement pour l'équipe de France en Lituanie. Opposés à la Lettonie, l'équipe supposée la plus faible du groupe B, les hommes de Vincent Collet, menés à la pause, ont longtemps souffert face aux shooters baltes avant de faire la différence en seconde période (89-78). Les Bleus peuvent déjà remercier Tony Parker, auteur de 31 points. La Lettonie devait représenter un apéro sympathique pour une équipe de France gonflée à bloc. Janis Blums et les mitraillettes à 3 points baltes en ont décidé autrement. Les Bleus ont été contraints de batailler ferme dès ce premier match de l'Euro 2011, qu'ils ont fini par remporter 89-78 grâce notamment à une deuxième période plus intéressante et un Tony Parker déjà chaud (31 points). S'ils pouvaient éviter de répéter une telle entame lors des prochains rendez-vous, ce serait tout de même plus appréciable. De fait, la jeunesse et l'insouciance apportent parfois des surprises et le début de match fait mal à des Tricolores en délicatesse face à la vivacité adverse. Or, laisser l'adversaire rentrer les premiers shoots, c'est prendre le risque de le mettre en confiance. Il n'en fallait pas plus pour que Blums, accompagné de Kuksiks et Strelnieks, joue les artilleurs à longue distance afin de permettre aux Lettons de mener les débats durant le premier quart. Parker, Noah ou Batum limitent les dégâts mais un dernier panier primé de Bertrans au buzzer et les Bleus terminent le premier quart à -7 (18-25). Etrangement, les Tricolores sont même mangés au rebond (8-3)... Une réussite insolente à 3 points qui se poursuit tout au long du deuxième quart-temps si bien que les Tricolores, qui avaient réussi à passer devant 30-28 (16e) puis 35-33, voient leurs adversaires recoller et même reprendre l'avantage (40-41, 20e)grâce à un Blums impeccable (20 points à la mi-temps). A la pause, Vincent Collet semble leur remettre les idées en place puisqu'à la reprise, les Bleus sont transfigurés avec Diaw et surtout Parker face à des Lettons qui n'en mettent (provisoirement) plus et commettent cinq fautes en 2'08. Avec un score à 48-41, les perspectives sont devenues subitement plus intéressantes. 40 minutes de zone Mais plutôt que de courber l'échine, la Lettonie se rebelle grâce à un Blums en feu qui multiplie les tirs primés et les bonnes passes. A lui seul, il relance son équipe qui parvient à limiter la casse (63-59) à la fin du troisième quart. Pas vraiment sereins, les Tricolores lancent Tchicamboud, l'appelé de dernière minute, qui marque, intercepte dans les mains de Blums et provoque même une anti-sportive pour que le score passe à 69-63. Un premier écart puis un deuxième grâce à un tir primé de Parker (72-65). C'est d'ailleurs à 3 points que les Bleus vont définitivement se mettre à l'abri avec Batum puis Gelabale (78-70). Même Blums n'y peut plus rien malgré ses 32 points et ses 6 passes décicives. Les hommes de Vincent Collet se retrouvent en cette fin de match avec un Diaw qui éclaire bien le jeu et prend les rebonds qu'il faut. C'est le capitaine qui a le dernier mot (89-78). Une première loin d'être évidente qui devrait ressembler à la suite du programme. "Demain (jeudi), Israël, ce sera 40 minutes de zone. Il faudra donner la balle à Diaw pour éclairer le jeu et si les shooteurs la mettent, ça ira", consent à l'antenne de Canal+ Sport un Parker (31 points) au presque parfait. Au moins, les Bleus savent déjà à quoi s'attendre dans cet Euro.