Une bonne nouvelle, mais...

  • A
  • A
Une bonne nouvelle, mais...
Partagez sur :

Le problème des assurances des joueurs NBA à peine réglé, les Bleus pensaient pouvoir poursuivre sereinement leur préparation au prochain Euro. Mais l'incertitude concernant Joakim Noah, qui garde "des séquelles d'une ancienne blessure", pourrait encore venir noircir le tableau après le récent forfait de Mickaël Pietrus.

Le problème des assurances des joueurs NBA à peine réglé, les Bleus pensaient pouvoir poursuivre sereinement leur préparation au prochain Euro. Mais l'incertitude concernant Joakim Noah, qui garde "des séquelles d'une ancienne blessure", pourrait encore venir noircir le tableau après le récent forfait de Mickaël Pietrus. "Une bonne nouvelle n'arrive jamais seule", dit l'adage. "Elle arrive parfois avec une mauvaise", pourrait-on préciser, après ce nouveau rebondissement dans l'actualité décidément bien agitée de l'équipe de France de basket. D'abord, la bonne nouvelle. Après près des huit mois de négociations, la Fédération a réussi à régler le problème des assurances des joueurs NBA, qui n'étaient plus couverts depuis le début du lock-out et risquaient donc de voir leur participation au prochain Euro, en Lituanie du 31 juillet au 18 août, sérieusement compromise. "L'Équipe de France pourra disposer de ses joueurs évoluant en NBA, a révélé la FFBB mardi dans un communiqué. Bien avant l'officialisation du lockout par la NBA le 1er juillet 2011, la Fédération Française de Basketball avait commencé à travailler sur l'assurance des contrats de travail des joueurs sélectionnables, en particulier en proposant une mutualisation des assurances pour toutes les fédérations concernées. A ce jour, et grâce à cette initiative française, la couverture des joueurs est finalisée." Une nouvelle, qui concernait en premier lieu Tony Parker (San Antonio), Joakim Noah (Chicago) Nicolas Batum (Portland), Boris Diaw (Charlotte), Ronny Turiaf (New York) et, dans une moindre mesure, Kevin Séraphin (Washington), qu'on pressentait toutefois ces derniers jours, notamment après les déclarations de Patrick Beesley. Au deuxième jour de la préparation, le directeur des équipes de France avait en effet évoqué "une évolution positive" dans ce "dossier très lourd", du fait des montants astronomiques de certains de ces contrats. Noah, l'incertitude demeure Un souci de moins pour Vincent Collet, qui pourrait néanmoins en voir un autre se profiler très rapidement, à l'heure où ses troupes ont rejoint Pau pour y poursuivre leur stage. Après les forfaits de Rodrigue Beaubois, de nouveau opéré du pied, puis de Yannick Bokolo (raisons personnelles) et surtout de Mickaël Pietrus, touché au genou et contraint de renoncer jeudi dernier, c'est le cas Joakim Noah qui pose maintenant problème. Des examens médicaux ont en effet révélé "des séquelles d'une ancienne blessure datant de trois mois, dévoile la Fédération dans le même communiqué. En toute transparence la FFBB a transmis les éléments à son club et à son agent. Ce dernier a souhaité prendre connaissance de la situation et faire le point à Chicago avec le joueur. Le staff médical de l'Équipe de France a proposé un protocole de réhabilitation afin de soigner dans les meilleurs délais le joueur pour qu'il puisse être opérationnel avec les Bleus le plus rapidement possible. La Fédération Française de BasketBall a dépêché sur place, à Chicago, Crawford Palmer, afin de coordonner le programme de réhabilitation du joueur en accord avec son agent." Après avoir manqué près de la moitié des matches de la dernière saison régulière de NBA en raison d'une blessure au pouce, alors qu'il avait déjà été handicapé par une aponévrosite plantaire en 2009-2010, le pivot tant attendu par les Bleus va-t-il enfin pouvoir disputer sa première grande compétition sous le maillot tricolore ? L'incertitude demeure, surtout pour un joueur qui a signé en octobre dernier une prolongation de contrat de cinq années et 60 millions de dollars. Sa disponibilité pour le premier match amical de cette équipe de France, le mardi 26 juillet face au Canada, est, d'ores et déjà, plus que remise en cause. En espérant que ça ne soit pas le cas lors de la suite du programme. Car Tony Parker et les siens n'ont pas besoin de ça...