Un tout petit goût de Ryder

  • A
  • A
Un tout petit goût de Ryder
Partagez sur :

La 7e édition du Vivendi Seve Trophy se tient de jeudi à dimanche au golf de Saint-Nom-la-Brétèche. En l'honneur de Severiano Ballesteros, qui avait déjà apposé son nom à la compétition de son vivant, l'équipe d'Europe continentale (menée par Jean van de Velde) défie une sélection du Royaume-Uni et d'Irlande. Plusieurs têtes d'affiches manquent à l'appel, mais pas Raphaël Jacquelin, appelé de dernière minute.

La 7e édition du Vivendi Seve Trophy se tient de jeudi à dimanche au golf de Saint-Nom-la-Brétèche. En l'honneur de Severiano Ballesteros, qui avait déjà apposé son nom à la compétition de son vivant, l'équipe d'Europe continentale (menée par Jean van de Velde) défie une sélection du Royaume-Uni et d'Irlande. Plusieurs têtes d'affiches manquent à l'appel, mais pas Raphaël Jacquelin, appelé de dernière minute. En football, la Coupe du monde est secondée par l'Euro ou la Copa America, pour donner le change pendant les années de creux. En golf, entre deux années de Ryder Cup, ce rôle est un peu rempli par la Presidents Cup (qui oppose les Etats-Unis à l'Australie), ou par le Vivendi Seve Trophy. Un peu seulement, car la portée de ces deux compétitions reste évidemment à des années-lumière de la mythique compétition biennale entre les Etats-Unis et l'Europe. Encore plus pour le Vivendi Seve Trophy, un bébé dans le monde du golf, puisqu'il n'a vu le jour qu'en 2000 (la création de la Presidents Cup remonte elle à 1993). La 7e édition de ce trophée strictement européen oppose à partir de jeudi l'équipe d'Europe continentale à une sélection composée uniquement de joueurs du Royaume-Uni et d'Irlande. Tel est le principe de ce Vivendi Seve Trophy, nommé ainsi en l'honneur de Severiano Ballesteros (et ce avant même son décès). Pour cette édition 2011, les absents sont tout de même de marque, puisque Luke Donald, Rory McIlroy et Martin Kaymer - pour ne citer qu'eux - ne seront pas de la partie. Une preuve de la caisse de résonance relativement faible de l'évènement... Mais pas pour le golf français, qui a cette année plusieurs raisons de se réjouir de la tenue de ce Vivendi Seve Trophy. Trois, exactement. Van de Velde: "Super d'avoir Jacquelin dans l'équipe" Primo, le golf de Saint-Nom-la-Bretèche accueille la compétition pour la deuxième fois de suite. Secundo, Jean van de Velde est le capitaine de l'équipe européenne. Et tertio, Raphaël Jacquelin a été sélectionné à la dernière minute, en remplacement de l'Espagnol Alvaro Quiros, blessé. "Ce sera super de l'avoir dans l'équipe, il a beaucoup d'expérience, il connaît très bien Saint-Nom et je suis sûr qu'il recevra le soutien du public français, se réjouissait Van de Velde au moment de l'officialisation de la sélection de Jacquelin, lundi dernier dans des propos relayés par le site de l'European Tour. Il est très impatient de jouer, c'est un fin compétiteur qui sera un excellent ajout à notre équipe continentale." C'est ce qui s'appelle recevoir la bénédiction du capitaine. Pour le reste, la composition des équipes aura quand même belle allure. Thomas Björn, récent vainqueur en Ecosse puis à l'European Masters, Miguel Angel Jimenez, Matteo Manassero ou Francesco Molinari représenteront l'Europe continentale, tandis que Lee Westwood mènera l'équipe du Royaume-Uni et d'Irlande - qui a remporté les cinq dernières éditions après une défaite en 2000 - au côté de Darren Clarke (vainqueur du British Open), Ian Poulter ou Simon Dyson (victorieux le week-end dernier en République tchèque). Paul McGinley a été nommé capitaine, et n'en est pas peu fier: "C'est un vrai honneur d'avoir été invité et c'est une compétition que j'attends avec beaucoup d'impatience, déclarait lundi l'Irlandais. Avec l'organisation future de la Ryder Cup par la France, je suis certain que l'évènement sera suivi." En mémoire de Seve.