Un Tour new look et resserré

  • A
  • A
Un Tour new look et resserré
Partagez sur :

C'est ce vendredi que débute à Dunkerque le Tour de France à la voile 2011, une édition particulière puisque marquant l'arrivée d'un nouveau support, le M34, qui remplace le Farr 30. Côté participation, on ne se bouscule pas au portillon, puisqu'ils ne sont que quinze équipages au départ. Mais à défaut de quantité, la qualité est là avec le tenant, Bertrand Pacé, les doubles lauréats du Tour que sont Daniel Souben, Jimmy Pahun et Fabien Henry, mais également Nicolas Troussel et Corentin Douguet.

C'est ce vendredi que débute à Dunkerque le Tour de France à la voile 2011, une édition particulière puisque marquant l'arrivée d'un nouveau support, le M34, qui remplace le Farr 30. Côté participation, on ne se bouscule pas au portillon, puisqu'ils ne sont que quinze équipages au départ. Mais à défaut de quantité, la qualité est là avec le tenant, Bertrand Pacé, les doubles lauréats du Tour que sont Daniel Souben, Jimmy Pahun et Fabien Henry, mais également Nicolas Troussel et Corentin Douguet. C'est reparti pour un Tour ! Comme chaque année à la fin du mois de juin, une autre caravane du Tour se met en branle, précédant d'une semaine celle, bien plus médiatisée, qui se dispute sur deux roues, et comme souvent, c'est de Dunkerque que sont lancés les débats avec des premiers parcours bananes dès vendredi, la première étape de ralliement, à destination de Blankenberge, en Belgique, étant prévue pour le lundi 27 juin. Si le parcours s'inscrit dans la continuité des années précédentes, repassant par des villes habituées comme Dunkerque, Dieppe, Calais, Saint-Quay-Portrieux, Royan, Gruissan, Marseille ou La Seyne-sur-Mer, cette 34e édition se distingue des précédentes, puisque le Farr 30, après plus de dix ans de bons et loyaux services, cède la place à un nouveau bateau, le M34, monocoque de 10,34 mètres plus toilé que son prédécesseur et qui a été bien éprouvé en ce début de saison par tous les équipages engagés. "Nous avons passé beaucoup de temps à optimiser notre nouveau voilier, explique ainsi Daniel Souben, double vainqueur du Tour (2008 et 2009) à bord de Courier-Dunkerque. En avant-saison, en plus des régates, nous avons navigué 45 jours en entraînement dont 40 jours à l'Ecole Nationale de Voile de Quiberon. Ces stages ont permis donc de tester le bateau mais également d'assurer une cohésion dans l'équipage. C'est important de vivre ensemble avant une épreuve longue comme le Tour de France à la voile." De son côté, Jimmy Pahun, figure d'une épreuve à laquelle il est fidèle depuis quasiment les premières éditions, ajoute: "C'est un voilier qui a été construit pour tenir des compromis en navigation. Il manque un peu de largeur mais il est agréable dans le petit temps. Dans la brise et la mer forte, nous ne le connaissons pas vraiment. Cela sera une vraie découverte. En tout cas, il est joli à voir naviguer. C'est bon pour le spectacle." Nicolas Troussel ambitieux Du spectacle, il devrait y en avoir sur l'eau, même si l'on regrettera une participation en nette baisse cette année, avec quinze bateaux sur la ligne de départ, assez loin de la petite trentaine des années précédentes. Mais si la quantité n'est pas au rendez-vous, la qualité le sera avec une flotte plus homogène, ce qui promet, espérons-le, un suspense plus important qu'en 2010, Bertrand Pacé ayant vite assommé la concurrence l'année dernière. Les favoris ? Laissons les principaux intéressés faire les pronostics, notamment Daniel Souben dont l'objectif est clair: "Monter sur la première marche du podium": "Pour moi, deux équipages sortent du lot. En début de saison, l'équipe de Nicolas Troussel a démontré ses capacités. Ils seront de redoutables adversaires sur les parcours offshore (au large). Nicolas est, tout de même, double vainqueur de la Solitaire du Figaro et puis il y a de nombreux bons éléments à bord. Le team de Bertrand Pacé sera évidemment aussi au rendez-vous. Ils sont tenants du titre en Farr 30. Bertrand est un grand spécialiste de la course au contact." Tenant du titre et triple vainqueur de l'épreuve, Bertrand Pacé, qui navigue cette année sous les couleurs de Sud de France-Languedoc-Roussillon, sera effectivement l'homme à battre de cette 34e édition, lui qui, l'an dernier, a fait preuve d'une impressionnante régularité dans le haut du classement. Mais il aura fort à faire pour se débarrasser des habitués du Tour que sont Daniel Souben, Fabien Henry (Toulon-Provence-Méditerranée), vainqueur en 2005 et 2007, ou Jimmy Pahun (Région Ile-de-France), lauréat en 2006, mais également de revenants, comme les anciens Figaristes Corentin Douguet (Nantes-Saint-Nazaire-E.Leclerc) et Nicolas Troussel (Bretagne-Crédit Mutuel-Elite), ce dernier ayant mis entre parenthèses ses envies de Vendée Globe pour se consacrer à ce nouveau projet: "C'est la première fois que je suis chef d'un projet comme celui-ci. J'essaie d'apprendre au jour le jour, notamment en échangeant avec des gens d'expérience et en étant à l'écoute de chacun. Ça me passionne parce qu'à ce niveau, la voile devient un sport collectif et j'aime ça. Maintenant, c'est à la fin du mois de juillet, au moment où le verdict tombera que je saurai si j'ai bien mené ma barque !" Mais au vu des résultats enregistrés depuis le début de la saison, le skipper de la Baie de Morlaix est déjà dans le coup, lui qui ne cache pas ses ambitions: "Nous sommes engagés dans un projet sur trois ans et cette année, nous allons essayer de combler le retard par rapport aux autres, aux habitués du Tour. Il faudra également bien gérer le fait que nous naviguons sur un nouveau bateau. Nous avons beaucoup travaillé sur les réglages et poursuivrons en ce sens. A nous maintenant de trouver les petits détails qui feront la différence avant que les autres ne le fassent !" Verdict de ce Tour 2011 le 24 juillet à La Seyne-sur-Mer.