Un Tour dans le rétro

  • A
  • A
Un Tour dans le rétro
Partagez sur :

L'édition 2011 du Tour de France s'est achevée ce dimanche sur les Champs-Elysées à Paris. Cadel Evans en est le grand vainqueur, devant les frères Schleck. Les trois semaines de course ont été marquées par les dix jours en jaune de Thomas Voeckler, la victoire de Pierre Rolland à l'Alpe-d'Huez, le coup de force des Norvégiens et le maillot vert de Mark Cavendish.

L'édition 2011 du Tour de France s'est achevée ce dimanche sur les Champs-Elysées à Paris. Cadel Evans en est le grand vainqueur, devant les frères Schleck. Les trois semaines de course ont été marquées par les dix jours en jaune de Thomas Voeckler, la victoire de Pierre Rolland à l'Alpe-d'Huez, le coup de force des Norvégiens et le maillot vert de Mark Cavendish. Le joli tir groupé des Français Le classement général Dans le sillage de Thomas Voeckler, maillot jaune pendant dix jours et quatrième du classement général, quatre autres Français ont pris place parmi les quinze premiers: Jean-Christophe Péraud (10e à 10'11"), Pierre Rolland (11e à 10'43"), Jérôme Coppel (14e à 18'36") et Arnold Jeannesson (15e à 21'20"). Un joli tir groupé qui fera date puisqu'il faut remonter vingt ans en arrière pour trouver la trace d'une performance équivalente. Sur le Tour 1991, remporté par Miguel Indurain, cinq Tricolores étaient également présents dans le top 15 (Charly Mottet 4e, Luc Leblanc 5e, Laurent Fignon 6e, Gérard Rué 10e et Jean-François Bernard 14e). Plusieurs explications à cette percée au classement général: les circonstances de course particulières, notamment les chutes qui ont impliqué plusieurs leaders (Wiggins, Van den Broeck, Brajkovic, Vinokourov, Klöden, Leipheimer), et vraisemblablement un nivellement par le bas des performances. Ça allait moins vite en montagne et les coureurs français ont pu suivre, ce qui n'était pas forcément le cas les années précédentes. Cavendish, enfin Le classement du maillot vert Pour la première fois de sa carrière, Mark Cavendish a ramené le maillot vert à Paris. Vainqueur de cinq étapes sur le Tour 2011, dont la dernière sur les Champs-Elysées, le Britannique a lutté dans la montagne pour garder sa place dans le peloton et arriver dans les délais. Repêché après l'étape du Galibier, le sprinteur de l'équipe HTC a fourni beaucoup d'efforts. "Ça n'a pas été facile avec les nouvelles règles, j'ai dû me battre tous les jours, j'ai eu de la chance, mes équipiers ont travaillé très dur, on a gagné tous ensemble, a réagi le Britannique devant la caméra de France 2. J'étais proche les deux dernières années et je suis vraiment ému d'avoir ramené le maillot vert à Paris." Cavendish compte désormais 20 victoires sur la Grande Boucle. Deuxième du classement par points, l'Espagnol José Joaquin Rojas (Movistar) n'a pas gagné d'étape, mais a souvent été placé. Philippe Gilbert, vainqueur au Mont des Alouettes, pointe quant à lui à la troisième place. Sanchez par défaut Le classement du maillot à pois Vainqueur à Luz-Ardiden, deuxième au plateau de Beille et à l'Alpe-d'Huez, Samuel Sanchez est logiquement récompensé en ramenant le maillot à pois à Paris. Cette tunique de meilleur grimpeur du Tour n'était pourtant pas sa priorité "Mon objectif était de gagner l'étape. Le maillot à pois c'est uniquement du bonus. Mais il récompense le travail de l'équipe", avait-il expliqué à l'arrivée de la 19e étape vendredi. Le champion olympique, sixième du général, devient le premier Espagnol en tête du classement de la montagne depuis 37 ans et Domingo Perurena en 1974. Andy Schleck, vainqueur au Galibier, a terminé à la deuxième place, à dix points de Sanchez, tandis que Jelle Vanendert, qui s'est imposé au plateau de Beille, décroche une inespérée troisième place. Le premier Français de ce classement, Jérémy Roy, pointe à la 7e place, à la faveur de plusieurs journées passées à l'avant de la course. Anthony Charteau, meilleur grimpeur du Tour 2010, n'est pas dans son assiette cette année et n'a pas fait illusion. Rolland, récompense et espérance Le classement du maillot blanc Equipier modèle pour Thomas Voeckler dans la défense du maillot jaune, Pierre Rolland a enfin atteint le niveau que ses premières années chez les professionnels laissaient espérer. Le coureur de l'équipe Europcar s'est en plus brillamment illustré en remportant l'étape de l'Alpe-d'Huez, 25 ans après Bernard Hinault, et a ramené le maillot blanc de meilleur jeune à Paris. Onzième du classement général final, le natif de Gien s'est arraché dans le contre-la-montre de Grenoble pour conserver moins d'une minute d'avance sur l'Estonien de la Cofidis, Rein Taaramäe, son plus proche concurrent. Généreux dans l'effort, Rolland concrétise dans les résultats son bon potentiel. Meilleur grimpeur du Critérium du Dauphiné en 2008, il avait eu du mal à digérer cette révélation par la suite, avant de renaître cette année sur les routes de la Grande Boucle. Mais le plus dur commence peut-être, avec l'heure de la confirmation. Les Norvégiens ont envahi la France Le récapitulatif des étapes 45 Français au départ du Tour, une seule victoire d'étape: Pierre Rolland à l'Alpe-d'Huez. Deux Norvégiens au départ du Tour, quatre succès: deux pour Thor Hushovd (à Lourdes et à Gap) et deux autres pour Edvald Boasson Hagen (à Lisieux et à Pinerolo). La faible colonie norvégienne a animé la course, avec ses deux coureurs de talent, capables de s'imposer sur des terrains différents. Avec son maillot de champion du monde, Hushovd a étonné en allant chercher ses victoires dans des étapes accidentées, tandis que Boasson Hagen, l'un des cracks du peloton actuel, a fait valoir ses qualités de puncheur. Pour la Belgique, Philippe Gilbert (au Mont des Alouettes) et Jelle Vanendert (au plateau de Beille) ont assuré, Luis Leon Sanchez (à Saint-Flour) et Samuel Sanchez (à Luz-Ardiden) aussi pour l'Espagne, tout comme Andre Greipel (à Carmaux) et Tony Martin (à Grenoble) pour l'Allemagne. Garmin-Cervélo la joue placé Le classement par équipes Avec un seul coureur dans le top 10 de la Grande Boucle (Tom Danielson 9e), Garmin-Cervélo a pourtant gardé la tête du classement par équipes. Christian Vande Velde et Ryder Hesjedal sont certes 17e et 18e du général, mais la formation américaine a surtout profité des échappées victorieuses de Thor Hushovd à Lourdes et à Gap, où il a été accompagné par Hesjedal dans le final. L'équipe Leopard-Trek des frères Schleck termine logiquement à la deuxième place, juste devant deux formations françaises, AG2R-La Mondiale et Europcar. En queue de peloton se trouve la Movistar de David Arroyo, décevant leader qui termine à une anonyme 36e place au classement général.