Un titre pour Branko

  • A
  • A
Un titre pour Branko
Partagez sur :

Insatiable Montpellier. Pour la treizième fois en seulement seize ans, le MAHB est devenu champion de France, samedi, après sa victoire face à Chambéry (34-25). Une victoire marquée par le sceau de l'émotion. Après le décès de Branko Karabatic, entraîneur des gardiens au club et père de Nikola et Luka, les Héraultais ont vécu une drôle de soirée, touchés par le départ d'un grand homme.

Insatiable Montpellier. Pour la treizième fois en seulement seize ans, le MAHB est devenu champion de France, samedi, après sa victoire face à Chambéry (34-25). Une victoire marquée par le sceau de l'émotion. Après le décès de Branko Karabatic, entraîneur des gardiens au club et père de Nikola et Luka, les Héraultais ont vécu une drôle de soirée, touchés par le départ d'un grand homme. Tout a démarré par une longue minute d'applaudissements. Une minute en hommage à Branko Karabatic, grand serviteur du club parti mercredi, des suites d'une longue maladie. Nikola et Luka ont alors baissé la tête, et frappé des mains, sans doute machinalement. L'aîné, meilleur joueur du monde à ses heures, a tout juste jeté un oeil vers le petit frère, histoire de voir s'il tenait le choc. Ensuite, pendant soixante minutes, les deux frangins n'ont rien montré de leur émotion, pour porter Montpellier vers son treizième titre de champion de France en seize ans. Chambéry n'a pas résisté, et Branko a été honoré. Après la rencontre et les quelques minutes de communions avec le public, l'émotion a bien vite fait son retour sur les visages des Héraultais. Patrice Canayer, au bord des larmes, est le premier à prendre la parole. "D'abord je voudrais dédier ce match à Branko. Ça a été pour nous une semaine très difficile, souffle un coach troublé par sa soirée. Ce soir c'était difficile pour Chambéry car on était un peu plus que Chambéry, on était guidé, accompagné. Le symbole, c'est la performance de nos gardiens en hommage à Branko". Stochl en larmes Il est vrai que dans sa cage, Richard Stochl a fait la loi. Impérial, le Slovaque s'est effondré à la fin de la rencontre, lui qui a côtoyé Branko Karabatic depuis moins d'un an. "Je suis très content de gagner ce titre pour le club et pour Branko, lâche le portier entre deux sanglots. Je suis content de faire ce grand match, parce que ce soir c'était particulier". En larmes, il n'ira pas plus loin. A ses côtés, Mladen Bojinovic y va aussi de son hommage: "Cette journée est vraiment particulière. On avait à coeur de gagner pour Branko". Sans oublier de dédier ce titre à "la famille Karabatic", Michaël Guigou et William Accambray n'en oublient pas la soif inextinguible de titre qui habite Montpellier. "Quand on est à Montpellier, on ne peut pas passer six mois sans gagner de titres", lance l'ailier multi-médaillé. "La saison a été longue, et on a fait un très beau championnat. Si on gagne nos deux derniers matches, on n'aura qu'une défaite cette saison. Ce qui est exceptionnel", souligne l'arrière bulldozer. Ne reste plus qu'à aller chercher cette Ligue des champions tant convoitée...