Un sacre et de l'émotion à Bourges

  • A
  • A
Un sacre et de l'émotion à Bourges
Partagez sur :

Bourges a facilement conservé son titre de champion de France de basket féminin en dominant Tarbes, mardi, lors du match d'appui opposant les deux formations (72-52). L'occasion pour les Tango de fêter leurs deux stars Cathy Melain et Céline Dumerc qui ne seront plus là la saison prochaine.

Bourges a facilement conservé son titre de champion de France de basket féminin en dominant Tarbes, mardi, lors du match d'appui opposant les deux formations (72-52). L'occasion pour les Tango de fêter leurs deux stars Cathy Melain et Céline Dumerc qui ne seront plus là la saison prochaine.Il y avait des larmes de joie mais pas seulement, ce mardi soir, sur le parquet de Bourges. Beaucoup de nostalgie aussi, de vague à l'âme. Leur titre de championnes de France, les Berruyères, il est vrai, n'ont pas eu à aller le chercher au-delà de leurs forces. Poussées au match d'appui de cette finale LFB par des Tarbaises qui avaient su se surpasser pour les dominer sur leur terrain (55-47), les Tango avaient su remettre les pendules à l'heure le week-end dernier, en étrillant leurs rivales (78-37). Ne restait plus qu'à confirmer...Or ce mardi, il n'y a pas eu plus de suspense que trois jours plus tôt. Très vite, les joueuses de Pierre Vincent ont pris la mesure de leurs adversaires, au point d'avoir bouclé le premier quart fortes d'une avance déjà significative: 18-8. Un rapport de force également vrai sous les paniers puisqu'alors les Berruyères comptaient 14 rebonds – contre 4 en faveur des Tarbaises. Le deuxième acte était celui de la résignation côté pyrénéen. Conclue sur la marque de 43-19, cette période voyait les locales dérouler leur basket, à l'image de Céline Dumerc qui gratifiait son public d'une dernière prestation de choix.Meilleure marqueuse de la rencontre avec 19 points au compteur, portée notamment par un impressionnant 5/6 au tir primé, la Tarbaise de naissance, ironie du sort, réussissait là ses adieux au Prado, avant de disputer dimanche la finale de la Coupe de France, toujours face à Tarbes, et de s'envoler vers Ekaterinbourg. Pour Cathy Melain, sortie sous les ovations des travées du Palais des Sports berruyer à quelques secondes de la fin des débats, alors que le tableau lumineux affichait déjà un écart définitif de 20 points: 70-50, pour 72-52 au final, l'émotion était plus grande encore. En larmes, l'éternelle arrière-ailière du Bourges Basket tirait sa révérence sur une prestation en demi-teinte, mais coiffée d'une huitième couronne de championne. La neuvième de l'histoire des Tango !