Un sacré coup de Poireau !

  • A
  • A
Un sacré coup de Poireau !
Partagez sur :

Le pays de Galles a composté samedi son billet pour le dernier carré du Mondial néo-zélandais, à l'issue d'une victoire remplie de maîtrise glanée face à l'Irlande (22-10), en quarts de finale. Plus entreprenant, le XV du Poireau signe là une performance de choix et s'offre une deuxième demi-finale de Coupe du monde après celle de 1987. Il y retrouvera l'équipe de France, qui a tombé l'Angleterre.

Le pays de Galles a composté samedi son billet pour le dernier carré du Mondial néo-zélandais, à l'issue d'une victoire remplie de maîtrise glanée face à l'Irlande (22-10), en quarts de finale. Plus entreprenant, le XV du Poireau signe là une performance de choix et s'offre une deuxième demi-finale de Coupe du monde après celle de 1987. Il y retrouvera l'équipe de France, qui a tombé l'Angleterre. "On dit toujours que l'on ne commence pas suffisamment bien les matches. Cette fois, on l'a parfaitement débuté." Le capitaine gallois, Sam Warburton, est un homme heureux, comme il le confie sur le site officiel de la Coupe du monde: le XV du Poireau s'est offert avec la manière une qualification pour les demi-finales de la Coupe du monde, en prenant samedi le meilleur sur l'Irlande (22-10). Pour ce faire, un départ sur les chapeaux de roue a permis au squad dirigé par Warren Gatland de prendre les commandes. Pour ne plus jamais les lâcher. On joue depuis à peine quatre minutes et Shane Williams, à la conclusion d'un long temps de jeu, trouve la faille en coin (0-7, 4e). Le XV du Trèfle, disposé à découvrir pour la première fois de son histoire le dernier carré d'un Mondial, reprend des couleurs et s'installe peu à peu dans le camp gallois. Sauf qu'O'Gara, auteur des trois seuls points de sa formation dans le premier acte - qui s'achève sur le score de 10-3 en faveur du Poireau - et ses partenaires tombent sur un mur et se cassent les dents sur une défense de fer. "Du n°1 au n°15, tout le monde a fourni d'énormes efforts défensifs", retiendra après coup Warburton. Une arrière-garde hermétique qui explique en grande partie le succès gallois. Une victoire méritée aux yeux du capitaine irlandais, Brian O'Driscoll: "C'était une grande opportunité pour nous de remporter notre poule, mais ils ont démontré qu'ils méritaient d'être en demi-finales donc bonne chance à eux", confiera au terme de ce choc le centre du Leinster. La légende irlandaise aura vu ses partenaires se réveiller au retour des vestiaires, l'ailier Earls signant un essai validé après intervention de l'arbitre vidéo, pour ramener l'Irlande à hauteur de son adversaire (10-10, 45e). Le pays de Galles, 24 ans après Un score de parité qui ne dure que cinq minutes, le temps pour Mike Phillips de voir le trou dans la ligne irlandaise et de s'engouffrer pour redonner cinq longueurs d'avance aux Gallois (10-15, 51e), là aussi après validation de l'arbitre vidéo. Le clou est définitivement enfoncé lorsque Jonathan Davies échappe à trois défenseurs pour aplatir. Priestland a la bonne idée de transformer (10-22, 65e) pour sceller la victoire du XV du Poireau et lui offrir une deuxième demi-finale de Coupe du monde, 24 ans après la première, perdue à Brisbane contre la Nouvelle-Zélande (6-49). Cette fois, c'est le XV de France qui disputera aux Gallois une place en finale. Comme une récompense du jeu offensif pratiqué par Leigh Halfpenny et ses compatriotes, ces dernières années, alors que la génération dorée du rugby irlandais voit le rideau se baisser. O'Driscoll, après sa dernière apparition en Coupe du monde, conclut: "Nous avions besoin de signer une prestation similaire à celle fournie contre l'Australie (ndlr, victoire 15-6) ou l'Italie la semaine dernière (ndlr, victoire 36-6). Nous n'avons pas su le faire aujourd'hui. Ils ont inscrit deux beaux essais et on a connu quelques faiblesses défensives. Nous sommes déçus de rentrer à la maison." Les Gallois tenteront eux de continuer à déjouer les pronostics, à 160 minutes d'un improbable bonheur...