"Un retour irréaliste à ce stade"

  • A
  • A
"Un retour irréaliste à ce stade"
@ Reuters
Partagez sur :

NATATION - Laure Manaudou dit n'avoir pas encore en tête un plan de retour à la compétition.

Par le biais d'un communiqué, Laure Manaudou a quelque peu douché l'enthousiasme qu'avait fait naître l'annonce de son retour dans les bassins, jeudi. Oui, la championne olympique a bien l'intention de renager. "J'ai en effet eu envie de me remettre à l'eau, au Cercle des nageurs de Marseille, club dont je suis toujours licenciée. Après 2 ans d'arrêt, j'ai ressenti le besoin de retourner dans une piscine afin de savoir si je pouvais retrouver le plaisir de nager. Un plaisir qui m'a manqué et qui revient aujourd'hui petit à petit", explique Manaudou dans un communiqué.

"J'apprécie l'enthousiasme"

Mais non, elle n'a pas encore de plan pour un retour à la compétition. "Je comprends et j'apprécie l'enthousiasme que peut susciter, pour les médias et le public, l'espoir de me revoir nager au plus haut niveau, mais il est à ce stade irréaliste pour moi d'envisager tout retour à la compétition", souligne Manaudou, mère d'une petite fille de cinq mois. Plusieurs sources avaient indiqué jeudi que la triple championne du monde avait repris l'entraînement depuis lundi et qu'elle devait quitter la France pour les Etats-Unis le 14 octobre prochain pour s'entraîner sous les ordres de Brett Hawke.

Hawke confirme son arrivée à Auburn

Interrogé par le quotidien L'Équipe, l'entraîneur australien a confirmé l'arrivée prochaine du couple Bousquet-Manaudou dans sa structure d'entraînement, à Auburn, dans l'Alabama. "Fred et Laure vont s'entraîner dans le cadre de la préparation des Jeux de 2012. L'objectif est d'être dans la meilleure forme possible pour atteindre le succès à Londres. Laure sera aussi performante qu'elle le voudra. Elle aura à sa disposition certains des plus grands coaches et profitera des structures parmi les meilleures du monde. Le reste lui appartient. Je n'ai aucun doute sur ses capacités à redevenir la meilleure". Il faut désormais que la principale intéressée en soit convaincue.