Un peu plus sereines

  • A
  • A
Un peu plus sereines
Partagez sur :

Assurée de sa qualification pour le deuxième tour de l'Euro 2011 avant d'affronter la Grèce, ce lundi soir à Katowice, l'équipe de France ne s'est pas contentée de ça. Les Bleues, portées par une Gruda omniprésente (19 points, 8 rebonds), sortent du Groupe D avec une deuxième victoire en poche (64-55) qui leur permet d'aborder la prochaine phase un peu plus confiantes.

Assurée de sa qualification pour le deuxième tour de l'Euro 2011 avant d'affronter la Grèce, ce lundi soir à Katowice, l'équipe de France ne s'est pas contentée de ça. Les Bleues, portées par une Sandrine Gruda omniprésente (19 points, 8 rebonds), sortent du Groupe D avec une deuxième victoire en poche (64-55) qui leur permet d'aborder la prochaine phase un peu plus confiantes. Sans peur, mais pas sans pression. Même certaine de sa qualification pour le deuxième tour de l'Euro 2011, suite à la victoire dans l'après-midi de la Lettonie contre la Croatie (67-61), l'équipe de France se devait de l'emporter face à la Grèce, sa dernière adversaire dans un Groupe D tout compte fait plus relevé que prévu. Pour se rassurer, d'abord, au lendemain d'une défaite surprenante et éprouvante face aux Baltes (56-59, a.p.). Pour embrayer, ensuite, et ne pas aborder la prochaine phase de poules avec zéro point. Mission accomplie pour les championnes d'Europe en titre qui, si elles ont été un peu poussives, n'auront tremblé qu'un seul quart-temps face aux Grecques (64-55). Le sélectionneur Pierre Vincent, qui attendait de voir comment ses troupes allait se débrouiller une fois "dans la tourmente", en sait sans doute un peu plus sur le potentiel de sa bande après ce premier tour, tout sauf reposant. Il peut déjà se satisfaire d'une chose: ses joueuses ont du caractère et savent s'adapter à une situation compliquée. Les Bleues, peu en confiance à longue distance, ont effectivement été confrontées à un nouveau problème de taille face à la défense de zone des Grecques. Un obstacle qu'elles ont contourné comme elles ont pu en trouvant Gruda sous le cercle. Mais Kaltsidou et Kalentzou étaient dans un bon soir et ont d'abord permis aux Hellènes de faire la course en tête (11-9, 6e). Ce n'est qu'en toute fin de premier quart que les Braqueuses ont repris confiance et profité d'une adresse désastreuse de leurs adversaires à deux points pour ensuite creuser l'écart avant la pause, Gomis inscrivant deux tirs primés bienvenus dans le deuxième acte (30-17, 19e). Au retour des vestiaires, la star de la sélection grecque, Maltsi, s'est réveillée (16 points, 3 rebonds) sans pour autant inquiéter les Braqueuses, qui ont trouvé avec Miyem ce qu'une Yacoubou frustrée n'a pas été en mesure d'apporter dans la raquette: de la percussion et surtout des points. Une solution qui les a soulagées et les a mises à l'abri, Digbeu et Lepron donnant même quinze longueurs d'avance aux Françaises (46-31, 29e). Un léger relâchement qui a redonné un peu d'espoir à la Grèce, revenue à quatre points grâce à une excellente Kalentzou (50-54, 37e). Sans conséquence, toutefois, puisque Gruda a poursuivi son chantier à l'intérieur (19 points, 8 rebonds). Dès mercredi, pour la deuxième phase de la compétition, les Bleues retrouveront le Monténégro, l'Espagne et la Pologne, issues du Groupe C. Un gros programme.