Un petit Tours en tête

  • A
  • A
Un petit Tours en tête
Partagez sur :

Vainqueur de Châteauroux (2-0), ce lundi soir en clôture de la 13e journée de Ligue 2, Tours a pris les rênes du championnat. Les hommes de Daniel Sanchez ont attendu le dernier quart d'heure pour faire la différence grâce à Cardy (74e), sur penalty, et Buengo (79e). Au classement, ils comptent deux points d'avance sur Sedan.

Vainqueur de Châteauroux (2-0), ce lundi soir en clôture de la 13e journée de Ligue 2, Tours a pris les rênes du championnat. Les hommes de Daniel Sanchez ont attendu le dernier quart d'heure pour faire la différence grâce à Cardy (74e), sur penalty, et Buengo (79e). Au classement, ils comptent deux points d'avance sur Sedan. Changement de leader en tête de la Ligue 2. Tours a chipé la pole position à Sedan grâce à sa victoire obtenue face à Châteauroux (2-0), ce lundi soir au stade de la Vallée du Cher, en clôture de la 13e journée. "Il fallait aller la chercher, on l'a fait avec les tripes, a commenté sur Eurosport l'entraîneur tourangeau, Daniel Sanchez. Au niveau de la qualité de jeu, on est capable de faire mieux que ça. On ne reproduit pas toujours ce qu'on fait à l'entraînement. Mais on avait face à nous une équipe de la Berrichonne très motivée, et c'est un bon résultat pour nous." Si le coach de Tours fait un peu la fine bouche, c'est qu'il a dû attendre le dernier quart d'heure pour voir ses joueurs faire la différence. Ils auraient pu marquer bien plus tôt dans cette rencontre. Car les occasions n'ont pas manqué. Mais quand ce n'était pas hors cadre, comme sur cette première tentative de Buengo (6e), les hommes de Daniel Sanchez ont eu le malheur de tomber sur un Fernandez des grands soirs dans la cage castelroussine. Le gardien des visiteurs a écoeuré les attaquants adverses en sauvant sur sa ligne une déviation de Buengo (30e) puis une belle frappe de Cardy (38e). Une réussite insolente qui lui a permis de conserver - un temps - sa cage inviolée même lorsqu'il a été dépassé, Reynaud l'ayant suppléé sur un tir de Diego (28e). Le calvaire de Dohin Regagner les vestiaires sans avoir encaissé le moindre but était donc un petit miracle pour Châteauroux, qui aurait tout de même pu tromper la vigilance de Thuram-Ulien à deux reprises: sur un duel face à Dupuis que le portier tourangeau a bien négocié (25e) puis sur un corner détourné de la tête par Lafourcade sur le poteau gauche (26e). Des occasions franches qui ont donné des idées à Haddad, juste après le repos, sur un coup franc enroulé côté gauche qui a filé devant le but sans que personne ne coupe la trajectoire du ballon (52e). Tours avait laissé passer sa chance, se disait-on alors. D'autant que Guie Gneki et Buengo ont semblé trop isolés en attaque. Il a fallu un incident de jeu, un vol plané de Dohin lors d'un duel avec Lejeune, pour libérer les Tourangeaux. Quelques instants plus tard, le latéral de Châteauroux, à peine revenu sur la pelouse, s'est rendu coupable d'un accrochage sur... Lejeune à la limite de la surface de réparation. Penalty, selon M. Rouinsard, que Cardy s'est chargé de transformer (1-0, 74e). Mais Dohin n'était pas encore au bout de ses peines. Au lieu de dégager proprement son camp, le défenseur s'est ensuite mis en difficulté ce qui a profité à Guie Gneki, passeur décisif pour Buengo aux dix-huit mètres (2-0, 79e). Un coup de massue pour la Berrichonne.