Un nul, deux perdants

  • A
  • A
Un nul, deux perdants
Partagez sur :

Il n'y a pas eu de vainqueur entre Metz et Ajaccio (2-2), en match de clôture de la 23e journée de Ligue 2. Alors que les Lorrains pouvaient sortir de la zone rouge, et les Corses grimper sur le podium, les deux formations se sont quittées sur un nul relativement logique et plaisant, mais qui va laisser des regrets dans les deux camps.

Il n'y a pas eu de vainqueur entre Metz et Ajaccio (2-2), en match de clôture de la 23e journée de Ligue 2. Alors que les Lorrains pouvaient sortir de la zone rouge, et les Corses grimper sur le podium, les deux formations se sont quittées sur un nul relativement logique et plaisant, mais qui va laisser des regrets dans les deux camps. "On est frustré, on menait, on avait fait le plus dur." Cette phrase, prononcée par le Messin Guerriero devant les caméras d'Eurosport, aurait très bien pu sortir de la bouche d'un Ajaccien. En match de la clôture de la 23e journée de Ligue 2, Metz et Ajaccio, conviés à Saint-Symphorien lundi soir, se sont quittés sur un match nul logique (2-2), mais qui laissera un gout d'inachevé dans les deux camps. Des regrets d'autant plus grands que les deux formations avaient un joli coup à faire en l'emportant : Metz pouvait sortir de la zone rouge, tandis qu'Ajaccio, en décrochant un deuxième succès en déplacement cette saison, avait l'occasion de grimper sur le podium. "Je ne sais pas trop comment on doit prendre ce point à l'extérieur, expliquait d'ailleurs Yoann Poulard après le coup de sifflet final. On aurait pu ramener les trois points. Ce premier but m'embête un peu, car il les a relancés." Avant le but de Duhamel, Metz n'avait pas vu le jour. Surclassés techniquement, les Messins n'ont fait que subir durant la première demi-heure, face aux assauts répétés des Corses. Socrier se créait deux belles occasions (5e, 14e), mais trouvait Delle sur son chemin, tout comme André (21e). L'international espoir allait finalement s'incliner devant Carl Medjani. Bien servi par Pierazzi, l'ancien Messin s'engouffrait dans le boulevard laissé par la défense centrale Diagne-Fréchaut, et trompait Delle d'une frappe entre les jambes (0-1, 11e). Metz revoyait finalement le jour grâce une erreur de Poulard, "aveuglé" par un projecteur, et qui laissait Duhamel filer vers le but (1-1, 35e). L'ancien troyen est la bonne pioche du mercato messin. "Il apporte de la fraîcheur", estime Guerriero. Déjà buteur contre Laval pour ses débuts avec les Lorrains (40e, 20e j.), Duhamel s'offrait un doublé en seconde période. Après un premier duel perdu contre Debès (53e), il trompait le gardien ajaccien avec l'aide du poteau (2-1, 68e). Malheureusement pour les hommes de Bijotat, une erreur de marquage de Fleurival, coupable d'un oubli sur Pierazzi sur un coup franc de Cavalli, allait les priver d'une troisième victoire en quatre matches (2-2, 70e). L'opération n'est évidemment pas neutre pour autant. Ajaccio remonte à la 5e place, Metz à la 18e. Un moindre mal.