Un nul comme une victoire ?

  • A
  • A
Un nul comme une victoire ?
Partagez sur :

L'OM a concédé à Toulouse son troisième nul consécutif en championnat (0-0), samedi soir lors de la 10e journée de Ligue 1, mais les dirigeants marseillais s'en contentent. L'état d'esprit des Olympiens, réduits à dix à l'heure de jeu, a plu à José Anigo. Mais Didier Deschamps sait que ses joueurs sont capables de faire "beaucoup mieux".

L'OM a concédé à Toulouse son troisième nul consécutif en championnat (0-0), samedi soir lors de la 10e journée de Ligue 1, mais les dirigeants marseillais s'en contentent. L'état d'esprit des Olympiens, réduits à dix à l'heure de jeu, a plu à José Anigo. Mais Didier Deschamps sait que ses joueurs sont capables de faire "beaucoup mieux". "Il semblerait que le message soit passé..." Plus que le simple match nul que l'OM a ramené de Toulouse (0-0), le troisième de suite en Ligue 1, ou que sa situation problématique au classement, José Anigo a préféré retenir l'état d'esprit des Marseillais. Mis face à leurs responsabilités dans la semaine par la propriétaire du club Margarita Louis-Dreyfus et le président Vincent Labrune, les Olympiens ont été un poil plus entreprenants que face à Valenciennes (1-1) ou Brest (1-1). Et le directeur sportif phocéen a apprécié. "Je trouve que, par rapport notamment au dernier match contre Brest, on a vu une équipe qui a joué et surtout avec un autre esprit, a-t-il souligné sur OM.net. C'est important et cela prouve bien que quand ils prennent conscience qu'il y a le feu à la maison, il y a un autre esprit et ça, c'est pas mal." Est-ce suffisant pour combler une actionnaire majoritaire de plus en plus impatiente ? Pas sûr. Elle doit sans doute voir que samedi soir, lors de cette dixième journée, Marseille a encore perdu une place au classement... Désormais quatorzièmes, avec seulement deux points d'avance sur une équipe d'Ajaccio qu'ils recevront le week-end prochain, les Olympiens n'avancent pas. Mais dans la situation actuelle, et vu qu'ils ont été réduit à dix à l'heure de jeu après l'expulsion de Charles Kaboré (58e), l'important est ailleurs. Le point pris face au TFC est "un bon point" sur lequel l'OM ne crache pas. "L'équipe a été très solidaire, s'est félicité José Anigo. On ne peut pas se satisfaire du nul car nous étions venus pour gagner, mais pendant 25 minutes à dix, on a vu une forme de solidarité et on n'a pas reculé. On a eu le ballon. Si on y met cet esprit et un peu plus de réalisme devant, ce sera bien." Deschamps: "Je ne vais pas tomber dans la sinistrose" Un optimisme relativisé par Didier Deschamps. L'entraîneur marseillais, soutenu par ses dirigeants, estime lui que "pour que ça soit un bon point, il faudra s'imposer samedi face à Ajaccio". Il faudra pour cela que Loïc Rémy et André Ayew, les deux principaux atouts offensifs dont dispose l'OM en attendant le retour en forme d'André-Pierre Gignac, se montrent plus tranchants dans le jeu. Et que les milieux, Lucho Gonzalez notamment, retrouvent leur coup d'oeil. "En potentiel on est capable de faire beaucoup mieux et dans le jeu aussi, assure "DD". Evidemment, la perte de confiance et la fébrilité empêchent les joueurs de se libérer. [...] Je ne vais pas tomber dans la sinistrose." A trois jours d'un match important contre Arsenal en C1, où Marseille est dans un autre confort, les Phocéens ont-ils vraiment repris du poil de la bête ? Seuls les résultats le diront. Et Didier Deschamps en est conscient. "Il faut enchainer les bons matchs que l'on a pu faire en Ligue des champions, dit-il. Il y a quelques blessés, quelques suspendus et ça limite les choix. Mais de toute manière, on est repartis sur une série de matchs tous les trois jours. Il faut faire en sorte de grappiller des points, d'en prendre le plus possible, et d'arriver à la trêve avec un classement et surtout un capital point bien supérieurs !" Si ce n'est pas le cas à Noël, les fêtes risquent d'être agitées.