Un Mondial à oublier

  • A
  • A
Un Mondial à oublier
Partagez sur :

La France a achevé son Mondial italien par une victoire ce samedi contre l'Espagne (25-17, 25-23, 16-25, 25-21) dans le match pour la 11e place. La campagne des Bleus, qui avait pourtant si bien débuté, a pris une tournure désastreuse avec l'exclusion d'Earvin Ngapeth en parallèle à plusieurs débâcles sur le terrain. Une sérieuse remise en question s'impose avant la Ligue mondiale 2011.

La France a achevé son Mondial italien par une victoire ce samedi contre l'Espagne (25-17, 25-23, 16-25, 25-21) dans le match pour la 11e place. La campagne des Bleus, qui avait pourtant si bien débuté, a pris une tournure désastreuse avec l'exclusion de Ngapeth en parallèle à plusieurs débâcles sur le terrain. Une sérieuse remise en question s'impose avant la Ligue mondiale 2011. L'équipe de France a quitté le Mondial italien par la petite porte. Les vice-champions d'Europe, qui visaient une place dans le dernier carré, ont terminé la compétition au 11e rang après leur succès ce samedi contre l'Espagne 3 sets à 1 (25-17, 25-23, 16-25, 25-21). Le bilan sportif, déjà décevant, est surtout entaché par l'affaire Ngapeth. Le réceptionneur-attaquant de Tours s'en est pris vertement aux choix de Philippe Blain lors du match contre le Japon, insultes à l'appui. Le sélectionneur a ensuite pris la décision de l'exclure du groupe pour "comportement incompatible avec la vie d'une équipe en compétition." Décision inévitable, qui a plongé l'ensemble des joueurs français et du staff dans la morosité, au point de perdre trois des quatre derniers matches disputés en Italie. Démobilisés, Stéphane Antiga et ses coéquipiers avaient, avant cette ultime levée, témoigné de leur soutien à leur coach, dans un communiqué publié par le quotidien Le Monde: "Nous souhaitons affirmer que contrairement à ce qui a été écrit, nous cautionnons la décision de Philippe Blain qui a été courageuse et juste, au vu d'un comportement inacceptable dans une équipe de haut niveau et a fortiori dans une équipe nationale. Nous affirmons notre déception de voir que le débat ait quitté le terrain du sport et aspirons à retrouver de la sérénité." Dix des treize joueurs du groupe bleu ont signé cette lettre, à l'exception de Vadeleux, Le Roux et Hardy-Dessources, proches de Ngapeth. La Fédération crée une commission d'enquête De son côté, la FFVB a décidé de ne pas rester sans réaction. Dans un communiqué, Patrick Kurtz, son président, a annoncé la création d'une commission chargée de faire toute la lumière sur ce triste épisode. "La Fédération française rappelle que l'objectif prioritaire de l'équipe de France est de terminer dans le top 10 mondial. La FFVB encourage l'ensemble des joueurs et du staff technique à relever ce challenge. Bien évidemment, la FFVB suit au plus près la vie du groupe France. A l'issue de la compétition, une commission ad'hoc, après avoir entendu toutes les parties concernées, fera connaître ses conclusions. A partir de là, la FFVB assumera ses responsabilités", pouvait-on lire il y a quelques jours dans le communiqué publié sur le site Internet de la Fédération. Le challenge n'est pas rempli. Pourtant, tout avait bien commencé pour les hommes de Philippe Blain. Après une première phase bien négociée (trois victoires en trois matches), les Bleus avaient ensuite essuyé une première défaite contre l'Argentine lors de la deuxième phase. La réaction contre le Japon était finalement un tournant dans la compétition avec le clash Ngapeth-Blain et la blessure d'Antonin Rouzier. Ou comment gâcher en quelques minutes des années de travail. La Ligue mondiale 2011, prochain rendez-vous de la France avant l'Euro en Autriche et en République tchèque (du 10 au 18 septembre), sera primordiale pour rebondir et tirer un trait sur ce bien triste Mondial italien.