Un goût de Chambon

  • A
  • A
Un goût de Chambon
Partagez sur :

Le XV de France a entamé depuis une semaine son stage au Chambon-sur-Lignon, en Haute-Loire. L'accent est toujours mis sur la préparation physique, mais les joueurs touchent de plus en plus le ballon. A moins de deux mois du Mondial, les Bleus ont aussi pu goûter à la proximité du public, venu en masse jeudi observer l'entraînement. Aurélien Rougerie et Thomas Domingo réintègrent le groupe vendredi.

Le XV de France a entamé depuis une semaine son stage au Chambon-sur-Lignon, en Haute-Loire. L'accent est toujours mis sur la préparation physique, mais les joueurs touchent de plus en plus le ballon. A moins de deux mois du Mondial, les Bleus ont aussi pu goûter à la proximité du public, venu en masse jeudi observer l'entraînement. Aurélien Rougerie et Thomas Domingo réintègrent le groupe vendredi. Dans sa longue quête vers une préparation idéale, le XV de France doit briser la monotonie. En organisant des concours de cuisine, en se prenant pour des militaires, mais aussi en changeant de camp de base. Réunis à Marcoussis depuis le 28 juin, les joueurs français ont transité la semaine dernière vers Le Chambon-sur-Lignon, en Haute-Loire. Un lieu pas si original que ça, finalement... La bourgade est même franchement sollicitée par les sportifs de haut niveau, avec un agenda bien rempli sur tout le mois de juillet. Heureusement que les hommes de Marc Lièvremont ont réservé leurs onze jours de présence, du 8 au 19 juillet, car ils sont pris en sandwich entre trois clubs de Ligue 1 de football: Saint-Etienne est resté du 30 juin au 8 juillet, Lille viendra dès le départ des Bleus pour une durée de cinq jours, suivi par Dijon du 24 au 30 juillet. Mais dans ce sacré agenda, la foule locale ne s'y trompe pas. Ceux qu'il ne faut pas manquer, ce sont bien les rugbymen qui partiront en Nouvelle-Zélande dans un mois et demi. L'entraînement de jeudi s'est déroulé devant une assistance très conséquente - 2500 personnes - et la même affluence est attendue pour la séance de dimanche. "Ça fait vraiment chaud au coeur de voir cet engouement, indiquait le manager des Bleus, Jo Maso, à La Dépêche du Midi. Les gens sont au rendez-vous. Bien sûr, ils aimeraient que toutes les séances soient ouvertes, mais les joueurs ont besoin de calme pour travailler, alors que jeudi, ils étaient obligés de crier pour s'entendre. On est là pour préparer une Coupe du monde, ne l'oublions pas." Rougerie et Domingo de retour De quoi permettre aux joueurs de signer quelques autographes, et aussi de retoucher un peu plus le ballon. Même si le programme reste essentiellement physique, la dose de travail est moins chargée qu'à Marcoussis. Toutefois, le XV de France reste encore dans la fameuse "journée A", décrite le 30 juin dernier par le préparateur physique Julien Deloire: "La journée A correspond à un travail énergétique à base de courses et de déplacements dès 7 heures du matin et un travail musculaire avec deux séances de musculation en groupe restreint de six joueurs." La journée B, focalisée "sur la puissance musculaire et la vitesse de déplacement", devrait prendre le relais à partir du 25 juillet, lors du stage à Saint-Laurent-de-Cerdans, dans les Pyrénées-Orientales. Au rayon des bobos, ils restent petits. Maxime Mermoz a été ménagé jeudi et vendredi, tandis qu'Alexis Palisson, Cédric Heymans, Fabien Barcella, William Servat, Imanol Harinordoquy et Fulgence Ouedraogo sont eux aussi à l'arrêt (Fabrice Estebanez est en phase de reprise). Rien de foncièrement inquiétant, tant l'échéance du Mondial est encore lointaine... Au rayon des bonnes nouvelles, puisqu'il y en a quand même, Aurélien Rougerie et Thomas Domingo rejoignent tous les deux leurs coéquipiers vendredi. Les Clermontois, en rééducation depuis dix jours à Saint-Raphaël (une semaine pour Domingo), effectuent le trajet en voiture. Ainsi, le groupe sera décimé, mais au moins, il sera complet.