Un duo tourné vers les JO

  • A
  • A
Un duo tourné vers les JO
Partagez sur :

PATINAGE: Delobel et Schoenfelder ont dévoilé ce jeudi leur programme pour les JO de Vancouver.

Le duo Delobel-Schoenfelder a communiqué ce jeudi son programme de danse classique qu'il compte présenter aux Jeux Olympiques de Vancouver. "C'est un challenge ambitieux, mais jouable." Didier Gailhaguet, le président de la Fédération française des sports de glace (FFSG), a parfaitement résumé le défi qui attend Isabelle Delobel et Olivier Schoenfelder. Un peu plus de trois mois seulement après la naissance du fils de Delobel (Loïs, né le 1er octobre), les champions du monde 2008 de danse sur glace se préparent en vue des Jeux Olympiques de Vancouver (du 12 au 28 février) avec l'ambition de décrocher la médaille d'or au Canada, seul titre qui manque à leur palmarès. Ce jeudi, lors de la présentation à la presse de leur programme, un french cancan tout en rythme, les deux Français affichaient un large sourire, contents d'être sur le chemin d'un bel exploit.Ce passage devant la Direction technique nationale n'avait rien d'officiel, si ce n'est effectuer "un contrôle de forme", dixit Gailhaguet. Seul enjeu: leur présence ou non aux prochains Championnats d'Europe, programmés à Tallinn en Estonie (du 19 au 23 janvier). Si la participation du couple aux Jeux de Vancouver ne fait plus aucun doute, une question reste posée, celle de leur engagement au rendez-vous continental estonien. "C'est une question stratégique, on va voir", a expliqué Olivier Schoenfelder. "On fait chaque entraînement à 200%, comme si on y allait", a rebondi sa camarade, comme pour le rassurer. La décision devrait être prise dans les jours à venir, en accord avec la FFSG, dont le président, Didier Gailhaguet, a souligné que "l'objectif c'est les JO".Schoenfelder: "Nous sommes confiants"Et pour y parvenir, Delobel et Schoenfelder s'astreignent à de fortes doses d'entraînement. Muriel Zazoui, coach et chorégraphe des deux patineurs, a détaillé leur emploi du temps d'une journée-type: à la patinoire dès sept heures du matin, avec deux ou trois entraînements par jour, soit six heures quotidiennes au moins quatre jours par semaine sur la glace, plus le travail physique. Il faut souffrir pour devenir champion olympique. "Les juges sont venus les voir à Lyon (où ils s'entraînent) et tous les éléments techniques ont été validés. Ils ont aimé les deux programmes", a précisé Zazoui. Delobel et Schoenfelder, qui patinent ensemble depuis 20 ans, ont déniché et mis en pratique une chorégraphie originale, avec l'ambition d'impressionner les juges à Vancouver. Champion du monde en 2008 et d'Europe l'année précédente, le couple a mis sa carrière entre parenthèses en raison de la maternité d'Isabelle Delobel. La patineuse s'est néanmoins entraînée jusqu'au huitième mois de grossesse et a rechaussé les patins quinze jours après la naissance de son fils. "Nos programmes ne sont pas encore aujourd'hui ce qu'ils seront dans 36 jours. Cette convocation nous a lancés dans cette saison", a-t-elle expliqué. "A l'heure d'aujourd'hui, on voit nos progrès chaque jour. Nous sommes confiants. Le travail fait depuis qu'Isabelle est revenue est efficace", a ajouté Schoenfelder. Premier élément de réponse à Tallinn, s'ils y vont, avant de rejoindre le Canada et de viser un podium connu à l'issue du programme de danse libre le 22 février.