Un dernier ticket pour la montée

  • A
  • A
Un dernier ticket pour la montée
@ Maxppp
Partagez sur :

LIGUE 2 - A l'heure de l'ultime journée, qui accompagnera Caen et Brest en Ligue 1 ?

LIGUE 2 - A l'heure de l'ultime journée, qui accompagnera Caen et Brest en Ligue 1 ?Arles-Avignon et sa "finale de Coupe du Monde"Situation: 3e, 57 points (+3). Reçoit Clermont.Monte en L1 s'il gagne ou s'il fait match nul et Metz ne gagne pas.En n'obtenant que le point du match nul à Sedan vendredi dernier (0-0), Arles-Avignon a fait durer le suspense quant à la troisième formation qui accèdera à l'échelon supérieur. Le club des Bouches-du-Rhône ne peut plus aujourd'hui commettre d'impair sous peine de se faire coiffer au poteau. Mais, c'est surtout la paralysie, qui a tétanisé les jambes des Provençaux dans cette partie, qui inquiète au moment de l'emballage final. Et ce, même si les coéquipiers de Sebastien Piocelle sont habitués à ces matches-couperets après trois montées à l'arraché en quatre ans. Car avant d'aborder cette ultime journée, le parcours des Arléso-avignonais est déjà extraordinaire pour un promu, censé lutter pour son maintien dans cette division. Mais voilà, à force de se voir dans la première partie de tableau, on s'y découvre forcément des ambitions. C'est en tout cas le mode de pensée de l'entraîneur, Michel Estevan: "Qui aurait pu imaginer voir l'ACA encore sur le podium avant la dernière et décisive journée ? Personne ! Et pourtant nous y sommes et si on est là, c'est qu'on le mérite. Si on gagne, ce sera merveilleux, si on ne gagne pas, cela sera un peu triste, mais en fin de compte, il n'y a pas de mystère, il n'y a pas de hasard." Aucun hasard pour le technicien acéiste qui a préparé son groupe toute la semaine pour cette "finale de Coupe du Monde" vendredi face à Clermont dans un Parc des Sports qui affichera complet.Metz veut éviter le bideSituation: 4e, 56 points (+5). Reçoit Vannes.Monte en L1 s'il gagne et Arles-Avignon ne gagne pas.Bien installés sur le podium puis lâchés de la course à la montée deux semaines plus tard, les Messins pensaient avoir laissé passer leur chance, persuadés de revivre une saison supplémentaire dans l'anti-chambre de l'élite. Il a fallu un déclic, un succès à l'arraché face à Angers (1-0), et quelques faux pas d'Arles-Avignon pour voir les Mosellans revenir du diable vauvert et espérer un retour en Ligue 1, deux ans après leur descente. Mais, avec un petit point de retard sur le promu provençal, les protégés de Joël Muller, qui a succédé à Yvon Pouliquen avec succès, seront forcément dépendants du résultat de leur rival. Une situation qui donne énormément de regrets au défenseur Matheus Vivian, interrogé dans France Football : "C'est dommage, il s'est passé la même chose que la saison dernière. Le même film ! On disait qu'il nous fallait apprendre de cet échec et on n'a rien retenu. Maintenant, j'espère que ce n'est pas trop tard." Porté par cette belle dynamique, l'expérience des grands rendez-vous et l'apport de Joël Muller en tant qu'entraîneur, Metz demeure le favori de la majorité des observateurs privilégiés de cette Ligue 2 pour arracher cette troisième place. Et les Grenats, Sylvain Wiltord en tête, comptent bien appliquer face à Vannes les mêmes recettes gagnantes que ces dernières semaines: "Nous allons essayer de ne pas nous occuper de l'autre match et juste demander le résultat à la fin. J'espère que ce sera avec des sourires."Clermont revient déjà de loinSituation: 5e, 54 points (+8). Va à Arles-Avignon.Monte en L1 s'il gagne, Metz ne gagne pas et Angers, même vainqueur, ne parvient pas à combler son retard à la différence de buts sur Clermont.Du bonus, rien que du bonus pour Clermont ! "Personne ne nous attendait là. Il ne faut pas oublier que nous étions derniers après six journées, mais le président nous à laissés travailler tranquillement. Résultat, depuis cette levée, on a le quatrième bilan de toute la division et on s'est offert le droit de jouer cette finale à Arles." Michel Der Zakarian, l'entraîneur auvergnat, a résumé en quelques mots dans France Football, la situation de son club, actuel 5e et considéré comme miraculé au vu de son début de saison catastrophique. Le 23 mars dernier, les médias titraient encore "Clermont se donne de l'air" après le large succès face à Ajaccio (3-0), lors d'un match en retard de la 24e journée. Un victoire importante pour les Clermontois qui s'éloignaient du coup de la zone des relégables. Depuis, les coéquipiers de Cédric Bockhorni tournent à 2,5 points de moyenne et sont revenus à trois petits points d'Arles, troisième et donc lauréat provisoire pour la montée. Un élan suffisant pour renverser cette situation et piquer à son adversaire du soir le strapontin du bonheur ? "Des fois, en football, tu sens des choses. Vannes va faire match nul à Metz et on va gagner à Arles. On va monter, ça va être extraordinaire. J'y crois, mes gars ont faim." Espérons pour Der Zakarian que ses prédictions se réalisent lors de cette rencontre décisive entre les deux plus petits budgets de Ligue 2.Angers, l'espoir fait vivreSituation: 6e, 54 points (+3). Va à Dijon.Monte en L1 s'il gagne sur un score lui permettant de combler son retard à la différence de buts sur Clermont, pendant que Metz et Arles-Avignon perdent.Angers n'a plus rien à perdre et pas forcément grand chose à gagner. Si mathématiquement, les joueurs de Maine-et-Loire sont toujours en course pour prendre l'ascenseur, il faudrait qu'ils bénéficient d'un concours de circonstances assez extraordinaire pour les voir ravir le dernier billet qualificatif pour la Ligue 1. 6e à trois longueurs d'Arles, les Angevins devraient passer six buts à Dijon et prier pour que les équipes de devant s'inclinent. D'ailleurs, le coach Jean-Louis Garcia n'y croit pas vraiment: "Pour l'emporter de six buts à Dijon, il faudrait que nos adversaires jouent en claquettes..." Angers s'est donc fait une raison même s'il jettera ses dernières forces dans la bataille en Côte d'Or. Au cas où...