Un derby sans pression

  • A
  • A
Un derby sans pression
Partagez sur :

Victorieuse avec la manière en Bulgarie vendredi dernier (3-0), l'Angleterre a fait un grand pas vers l'Euro 2012. Mais à la veille de la réception du voisin gallois à Wembley, Fabio Capello se montre toujours aussi exigeant envers ses joueurs. Andy Carroll l'a appris à ses dépens.

Victorieuse avec la manière en Bulgarie vendredi dernier (3-0), l'Angleterre a fait un grand pas vers l'Euro 2012. Mais à la veille de la réception du voisin gallois à Wembley, Fabio Capello se montre toujours aussi exigeant envers ses joueurs. Andy Carroll l'a appris à ses dépens. L'Angleterre a beau avoir fait un pas crucial vers la qualification pour l'Euro 2012 en dominant facilement la Bulgarie vendredi soir à Sofia (0-3), les journalistes ne ménagent pas pour autant Fabio Capello, qui a dû répondre à plusieurs questions sur ses joueurs en conférence de presse. Face aux éventuels états d'âme de Frank Lampard, seulement remplaçant face aux Bulgares la semaine dernière - ce qui ne lui était plus arrivé en sélection depuis 2007 ! -, le manager italien a tenu à rassurer le milieu de Chelsea. Ce dernier reste pour lui un cadre de la sélection et devrait retrouver le onze de départ lorsqu'il sera en meilleure forme. Le "Maestro" a en revanche été beaucoup plus ferme en ce qui concerne Andy Carroll. Pour Capello, l'attaquant de Liverpool doit changer de comportement en dehors du terrain s'il veut s'installer à la pointe de l'attaque anglaise. "Son mode de vie est un problème et il a besoin de faire attention, car c'est un joueur important aussi bien pour nous que pour Liverpool. Je pense qu'il a compris ce qu'il devait faire. S'il veut être un excellent joueur, il doit moins boire que d'habitude", a déclaré Capello selon SkyNews. Appelé pour ces deux confrontations, Carroll n'est pas entré en jeu en Bulgarie, où Rooney, auteur d'un doublé, a marqué les esprits. Ce sera peut-être le cas mardi face au Pays de Galles. Victorieuse à l'aller à Cardiff (2-0), la sélection aux Three Lions a besoin d'un nouveau succès pour se rapprocher encore un peu plus de la Pologne et de l'Ukraine et s'assurer un voyage paisible au Monténégro le 7 octobre prochain (une victoire face aux Gallois et un nul au Monténégro leur assureraient la première place du groupe). John Terry et ses coéquipiers devront toutefois rester prudents, car les Gallois, qui restaient sur quatre défaites lors de leurs quatre premières rencontres de ses éliminatoires, ont créé la surprise la semaine dernière en dominant ses mêmes Monténégrins (2-1). Fort de ce résultat, accrocher leurs voisins anglais dans leur antre de Wembley ne serait sans doute pas pour leur déplaire.