Un derby pour rien

  • A
  • A
Un derby pour rien
Partagez sur :

Malgré les déclarations d'intentions formulées cette semaine et l'effervescence inhérente à tout derby, l'AS Monaco et l'OGC Nice n'ont pas su se départager, samedi soir à Louis-II, lors de la 15e journée de Ligue 1 (1-1). Un but de Mouloungui en fin de match a permis aux Aiglons d'arracher un point que le penalty de Park, transformé peu auparavant, semblait avoir soufflé. Si le nul n'arrange personne, le mérite revient à un Gym qui a évolué à dix plus d'une heure durant.

Malgré les déclarations d'intentions formulées cette semaine et l'effervescence inhérente à tout derby, l'AS Monaco et l'OGC Nice n'ont pas su se départager, samedi soir à Louis-II, lors de la 15e journée de Ligue 1 (1-1). Un but de Mouloungui en fin de match a permis aux Aiglons d'arracher un point que le penalty de Park, transformé peu auparavant, semblait avoir soufflé. Si le nul n'arrange personne, le mérite revient à un Gym qui a évolué à dix plus d'une heure durant. "Un match charnière" selon Puygrenier, "un déclic potentiel" pour Ruffier, "une rencontre sous tension" dixit Clerc, ce 102e derby azuréen entre l'AS Monaco et l'OGC Nice ne manquait pas de promesses avant coup. Malgré leurs positions délicates au classement, malgré leur faible rendement offensif, les deux équipes se devaient de bien figurer ce samedi en Principauté, histoire de rassurer et d'apaiser leurs supporters. Il faudra vraisemblablement pour cela attendre le match retour. La saison passée, les débats à Louis-II avaient tourné au pugilat, en tribunes et sur la pelouse, envahie alors par des hordes d'excités. Ce week-end, point de débordements. Le Rocher n'a guère eu l'occasion de frémir que sur l'ouverture du score de Park, sur un penalty transformé dans le dernier quart d'heure, puis dix minutes plus tard sur la réplique de Mouloungui. C'est dire si l'enjeu a pris le pas sur le jeu dans ce derby insipide, d'une grande pauvreté technique, conforme en somme à la hiérarchie actuelle. Tenue en échec ou battue sur son terrain lors de ses cinq réceptions précédentes, l'AS Monaco semblait pourtant détenir la clef nécessaire pour faire enfin la différence devant son public. Dès la 26e minute, M. Chapron, l'arbitre de la rencontre, s'était laissé aller à son péché mignon: une expulsion sévère à l'encontre de Diakité, coupable d'une béquille sur Coutadeur. Seulement les Monégasques n'ont pas su en tirer profit. Mbokani a eu beau obtenir un penalty en provoquant Sablé à l'entrée de la surface - sanction exécutée sans trembler par un Park sur le retour (1-0, 75e) - les Niçois ont eu le mérite de ne pas sombrer. Alors que l'affaire paraissait entendue, Mouloungui n'a pas manqué de concrétiser dans les dernières minutes l'une des rares occasions des Aiglons, amorcée par un contre rapide de Faé (1-1, 84e). Au final, le Gym reste certes dans la zone de turbulences, en 16e position, mais demeure moins à plaindre qu'une ASM 17e qui manque clairement de mordant cette saison. L'hiver s'annonce rude sur la Côte d'Azur.