Un derby de plus pour les Spurs

  • A
  • A
Un derby de plus pour les Spurs
Partagez sur :

Tottenham a remporté le derby londonien tant attendu face au rival Arsenal (2-1) ce dimanche lors de la 7e journée de Premier League. Van der Vaart et Walker ont répondu à Ramsey pour permettre aux Spurs de signer une cinquième victoire consécutive en championnat alors qu'Arsenal a encore montré ses limites. A 13 jours d'un déplacement au Vélodrome face à l'OM en Ligue des champions, les Gunners interrogent toujours autant.

Tottenham a remporté le derby londonien tant attendu face au rival Arsenal (2-1) ce dimanche lors de la 7e journée de Premier League. Van der Vaart et Walker ont répondu à Ramsey pour permettre aux Spurs de signer une cinquième victoire consécutive en championnat alors qu'Arsenal a encore montré ses limites. A 13 jours d'un déplacement au Vélodrome face à l'OM en Ligue des champions, les Gunners interrogent toujours autant. Comme depuis 2009, Arsenal n'a pas su battre le grand rival Tottenham lors d'un nouveau bouillant derby du nord de Londres. Entre deux équipes en quête de confiance après un début de saison raté mais débutant une série plus rassurante (quatre victoires consécutive en championnat pour les Spurs, trois succès consécutifs toutes compétitions confondues pour les Gunners), ce derby a longtemps vacillé mais s'est offert aux bras de l'équipe la plus volontaire. Encore soumis à une avalanche de blessés, Arsène Wenger avait eu bien du mal à composer sa défense, devant mobiliser Song aux côtés de Mertesacker en charnière, titularisant le Français et ex-Lorientais Coquelin au milieu. Et si le Camerounais a tenu le choc, fidèle à ses bonnes dernières semaines, le colosse Allemand a sombré, trop souvent pris de vitesse par le trident Bale-Adebayor-Defoe. Arsenal n'a pourtant pas démérité mais a fait preuve d'une maladresse maladive devant le but, rédhibitoire dans un tel match toujours acharné. L'entame donne le ton avec deux premiers déboulés de Spurs disposés à prendre de vitesse des Gunners encore hésitants sur leurs placements respectifs, à l'image d'un Aaron Ramsey totalement perdu sur la pelouse. Et alors que Gibbs prend de plus en plus l'eau dans son couloir gauche face à Walker ou Van der Vaart, Gervinho manque une énorme occasion sur un centre en retrait parfait de Van Persie. Voulant placer son plat de pied le long du poteau droit pour prendre à contre-pied Friedel, l'Ivoirien rate le cadre (29e) et l'occasion de prendre l'avantage contre le cours du jeu. En difficulté derrière, Arsenal semble s'offrir le droit de rêver en rejoignant les vestiaires avec ce score vierge. Peine perdue, Van der Vaart trouve l'ouverture cinq minutes avant la pause, concluant une action d'école des Spurs. Defoe, plein axe, trouve de l'extérieur du droit Adebayor bien placé. Le Togolais lance Van der Vaart en première intention. L'ancien Hambourgeois contrôle de la poitrine en s'aidant de la main et décoche une demie-volée croisée du pied gauche (1-0, 40e). Sagna sort sur une civière, Walker porte le coup de grâce La deuxième période repart sur le même rythme, à coup de débordements de Spurs bien décidés à martyriser des latéraux adverses souvent livrés à eux même. Bale déborde sur la gauche, bute finalement sur Sagna, limite sur son tacle glissé mais qui concède le corner. Le milieu gauche des Spurs retente sa chance deux minutes plus tard mais sa frappe frôle la barre de Szczesny (49e). Un Gallois en cache alors un autre puisqu'Arsenal, sous l'éteignoir, en profite pour revenir à la marque après avoir tant souffert. Song déborde sur la gauche et remet en retrait au premier poteau où Ramsey coupe parfaitement devant Walcott pour battre Friedel à bout portant (1-1, 51e). Les hommes de Wenger semblent y trouver le signe d'une révolte collective mais manquent l'occasion de prendre les devants quand Kaboul et King, coup sur coup, devancent d'un fil Van Persie, recherché dans la surface (53, 54e). Harry Redknapp ne s'affole pourtant pas sur son banc. Les Spurs ont laissé passer l'orage et repartent de plus belle même si Van der Vaart manque un doublé tout fait en manquant son face-à-face avec Szczesny (57e). Simple contretemps puisque Tottenham ravit un public de White Hart Lane bouillant en reprenant l'avantage grâce à Walker à moins de 20 minutes du coup de sifflet final. Si Modric bute sur Song, le ballon revient sur Walker qui, seul aux 30 mètres, reprend d'une frappe puissante du droit et flottante à mi-hauteur. Surpris par la vitesse du ballon, Szcezny commet une faute de main en ne pouvant dévier ce ballon qui finit sa course dans son petit filet (2-1, 72e). Proche du break sur de nombreux contres face à une défense totalement dépassée et privée de Sagna sorti sur une civière à la 68e minute en se plaignant de la cheville droite, les Spurs ne parviennent pas à s'assurer une fin de match tranquille. Face à des Gunners empruntés tactiquement, il n'y avait de toute façon pas besoin d'en faire plus. Arsène Wenger a encore du travail pour donner une allure à son nouvel Arsenal... Des Gunners qui réalisent leur pire début de saison en championnat depuis 1974.