Un coeur de Lion

  • A
  • A
Un coeur de Lion
Partagez sur :

Près de trois mois après sa défaite au Mans, Peugeot a pris une belle revanche en s'imposant à Silverstone comme l'an dernier, cette fois grâce au duo Bourdais-Pagenaud. Mais si 2010 s'était achevé sur un doublé, ces six heures anglaises n'ont pas été avares de rebondissements avec les soucis rencontrés par la 908 de Montagny-Sarrazin dès la première heure de course. L'Audi de Bernhard-Fässler, vainqueurs des 24 Heures avec Tréluyer, suit à la deuxième place.

Près de trois mois après sa défaite au Mans, Peugeot a pris une belle revanche en s'imposant à Silverstone comme l'an dernier, cette fois grâce au duo Bourdais-Pagenaud. Mais si 2010 s'était achevé sur un doublé, ces six heures anglaises n'ont pas été avares de rebondissements avec les soucis rencontrés par la 908 de Montagny-Sarrazin dès la première heure de course. L'Audi de Bernhard-Fässler, vainqueurs des 24 Heures avec Tréluyer, suit à la deuxième place. Allan McNish avait promis "une course d'anthologie". L'Écossais de l'écurie Audi ne s'est pas trompé. A son corps défendant. Fidèle à sa réputation, l'ancien pilote Toyota en F1 n'a pas lésiné sur l'attaque. Même dans le tour de chauffe, partant en tête à queue avec son Audi n°2 ! Sans gravité. Ce n'était pas le cas moins de deux heures plus tard alors que le double vainqueur des 24 Heures du Mans (1998 et 2008) avait su prendre les commandes avec autorité, dépassant Bourdais au terme d'un splendide mano à mano. Sous pression, tentant de creuser l'écart, l'Écossais heurtait une Ferrari dans le trafic et était contraint de rentrer aux stands pour réparer. L'intervention allait s'éterniser, faisant perdre toute chance de victoire à sa R18 partagée avec Kristensen. Le Danois n'est pas verni, son coéquipier l'ayant déjà privé de toute bataille au Mans en sortant violemment suite à un accrochage avec une Ferrari après une heure de course. McNish doit commencer à voir d'un sale oeil les GT du Cavallino ! Une Pescarolo sur le podium ! Il pourra se consoler en remarquant qu'il n'a pas été le seul cador à tomber dans le panneau du trafic, loin de là. Montagny est en effet aussi parti à la faute dès la première heure de course, immobilisant sa 908 à Copse. S'il est parvenu à repartir, l'ancien pilote Super Aguri y a perdu toute chance de victoire. Et reste privé de succès cette saison avec son coéquipier Sarrazin. Après cette hécatombe précoce, la 908 restante et l'Audi n°1 (celle de Bernhard-Fässler, vainqueurs au Mans) se sont livrés une belle bagarre, tournant à l'avantage de Peugeot. Si Pagenaud souffrait face à Fässler, laissant finalement passer le premier Suisse vainqueur au Mans après pile trois heures de course, Bourdais réalisait un festival sur le relais suivant pour revenir sur Bernhard. La R18 n°1, victime d'un problème mécanique, s'arrêtait dans la foulée pour une intervention. Peugeot pouvait souffler et gérer l'écart, remportant sa deuxième victoire consécutive en ILMC après le succès d'Imola trois semaines après Le Mans. Le titre se rapproche pour le Lion, déjà sacré en 2010. Profitant des soucis de la 908 n°8 et de la R18 n°2, les moteurs à essence se sont aussi livrés une belle bagarre pour la troisième place, la Pescarolo du Oak Racing pilotée par Pla-Prémat et Nicolet devançant la Lola Rebellion de Belicchi-Boullion. Une vraie performance alors que la Pescarolo du team du quadruple vainqueur des 24 Heures prend la sixième place.